Bye, Bye, Chérie EXBRAYAT104

CHARLES EXBRAYAT

Bye, Bye, Chérie


Aux éditions LIBRAIRIE DES CHAMPS ELYSEES

43

Lectures depuis
Le mardi 13 Aout 2019

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Bye, bye, chérie

sur
Amazone

fleche
fleche

Charles EXBRAYAT




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Collection Le Masque jaune n°1330. Editions Librairie des Champs Elysées. Parution 1er trimestre 1974. 256 pages.

ISBN : 2-70242-121-0

Et au plaisir de ne pas te revoir…

Jeune attaché d’ambassade en poste à Londres, Guillaume de Saint-Sève accepte la mission confiée à lui par des agents des Services Secrets français. Il s’ennuie un peu et la possibilité de rompre avec la routine l’enchante. Il est fiancé avec Helen Otterburn, fille de nobliaux enrichis en s’adonnant aux transactions boursières et il ne sait trop comment lui annoncer son départ pour Nice afin de récupérer une lettre convoyée par un agent des Services Secrets et la rapporter à Londres.

Mais la jeune fille est enthousiasmée par cette nouvelle, malgré le dépit enregistré de ne pouvoir accompagner son fiancé. Il faut avouer que ni l’un ni l’autre ne s’aiment vraiment. Il s’agit plus d’un projet de mariage leur permettant d’acquérir une position sociale enviable que d’une véritable union maritale générée par Cupidon.

Bref, Guillaume Saint-Sève promet à Helen de lui narrer les aventures dont il sera le héros, elle n’en doute pas.

Mais dans les services secrets britanniques, américains, russes et même chinois, des agents s’activent car des fuites se sont produites, grâce à des oreilles collées aux portes, à des communications téléphoniques, des indiscrétions de couloirs. Celles ou ceux qui ont propagé l’annonce de la mission de Guillaume de Saint-Sève ne sauront jamais si celle-ci réussira car elles, ou ils, connaitront une fin d’existence tragique.

Guillaume de Saint-Sève embarque donc pour la France et en cours de route les espions qui le surveillent font parfois cause commune pour éliminer l’un d’eux. Le premier à trépasser étant un agent chinois. Guillaume de Saint-Sève s’aperçoit que des espions étrangers l’épient, mais il sait que tant qu’il n’aura pas réceptionné la fameuse missive, rien ne pourra lui arriver. Après, advienne que pourra.

A Nice, Guillaume de Saint-Sève prend une chambre d’hôtel toujours espionné par ses confrères, qui eux sont aguerris. La chasse est ouverte et les dissensions entre les agents des différents services secrets les amènent à vouloir s’annihiler. Et notre héros est même l’auteur malencontreux d’un accident de défenestration, ce qui oblige les policiers locaux à enquêter. Et lorsqu’il narre à Helen cet épisode, elle ne se sent plus, elle en redemande.

Toutefois, à cause de la guéguerre que se livrent les divers espions qui gravitent dans cette histoire, Guillaume de Saint-Sève se met en valeur auprès d’immigrés Siciliens, ce qui lui permet de trouver en eux des alliés inattendus.

Ce roman mi-espionnage mi-policier se situe dans la veine humoristique des écrits de Charles Exbrayat, et qui s’inscrit dans la parodie, façon la série des Imogène, d’Une ravissante idiote et de quelques autres.

Un humour subtil qui n’est pas sans rappeler celui pratiqué par bon nombre de romanciers Anglo-Saxons dont P.G. Wodehouse avec ses protagonistes décalés. Guillaume de Saint-Sève apparaît au début comme un personnage un peu falot, ingénu, mais il prend peu à peu de la consistance. Il est vrai que les situations et les épisodes qu’il vit aident à le développer psychiquement, et il devient mature. Quant à Helen, c’est une jeune fille un peu écervelée.

Les répliques sont savoureuses, et n’empruntent jamais à une quelconque vulgarité ou humour lourd. Les jeux de mots sont inexistants, seules les situations, les remarques et les dialogues offrent ce côté bon enfant. Mais Charles Exbrayat, en mettant en scène des personnages d’horizons et de confessions politiques différents ne manque pas de griffer au passage.

Fédor Petrovitch était le type même du bon stalinien : fanatique et borné.

Les Français sont capables de n’importe quoi, c’est pour cela que l’on ne s’ennuie jamais avec eux.

Ne vous rappelleriez-vous pas, Commissaire, que les Américains ne sont jamais que des Anglais qui ont mal tourné ?

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
charles exbrayat



Des Demoiselles Imprudentes...

Le Château Des Amours Mortes (1980)

Le Clan Morembert (1970)

Les Blondes Et Papa

livrenpoche
Chercher charles exbrayat



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar