Les Loups De Belleville DOUNOVETZ509

SERGUEI DOUNOVETZ

Les Loups De Belleville


Aux éditions FRENCH PULP


Visitez leur site

719

Lectures depuis
Le mardi 30 Janvier 2018

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Les loups de belleville

sur
Amazone

fleche
fleche

Serguei DOUNOVETZ




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Nestor Burma admet son erreur : “Je commençai à réaliser que je m’étais embringué dans une histoire qui n’était pas de mon ressort.” Un détective privé s’occupe d’affaires de mœurs, d’enquêtes criminelles, mais pas d’assassinats politiques. D’autant moins quand il s’agit d’embrouillaminis entre les Kurdes et le MIT, les services secrets turcs. Et les Loups Gris, baroudeurs fascistes, y participerait également. Tout ça au sujet d’un mystérieux dossier brûlant, qui a disparu – s’il a jamais existé. L’un des responsables de ce pataquès, c’est le journaliste Niki Java, ami de longue date de Nestor Burma. Le reporter avait sympathisé avec un activiste kurde et sa sœur. Les obsèques de Niki Java au Père Lachaise auraient dû mettre fin au problème.

C’est l’inverse qui s’est produit, vu que Niki Java n’était pas clamsé. Par contre, son ami militant Kurde se trouvait à sa place dans le cercueil. La sœur du défunt ayant une fâcheuse tendance à réclamer publiquement la vérité, il était probable qu’on finisse par la supprimer. C’est là qu’entre dans le jeu une panthère vêtue d’un treillis, une Kurde elle aussi, mais version féministe pure et dure. Ayant rectifié le rôle de chacun, elle offre une piste au détective. Un marchand d’arme qu’on nomme Potemkine traiterait aussi bien avec les Turcs qu’avec les Kurdes, vu que c’est un métier où vendre à des clients importe plus que toute idéologie. La guerrière féministe le connaît mieux qu’elle ne l’avoue dans un premier temps. Nestor Burma ne tarde pas à dénicher l’adresse de Potemkine.

Le détective tombe sur une élégante sexagénaire orientale, qui l’accueille en le menaçant avec un petit flingue. Burma n’a pas le flegme d’un James Bond, mais il ne manque pas de réflexes non plus. Quand un fuyard en profite pour leur fausser compagnie, le détective parvient à le choper. Mais c’est seulement la doublure du fameux Potemkine, pas le vrai. Estimant que l’immeuble en question mérite une exploration plus poussée, Nestor Burma y retourne accompagné de sa sculpturale secrétaire métisse. Et si, derrière cette affaire, il s’agissait d’esclavage sexuel, de prostitution organisée, même si les lieux paraissent aujourd’hui désaffectés ? Le duo intrépide va descendre jusque dans les plus hostiles sous-sols de l’immeuble. Pas rassurant, mais ils y découvriront peut-être des indices.

Bien qu’il soit sorti du tunnel avec une valise, qui va servira de monnaie d’échange contre des infos auprès de son contact à la DGSE, Burma n’est pas au bout de ses peines. Car la virevoltante féministe kurde continue son combat contre le pouvoir turc, visant la tête de l’État. Avec des éléments compromettants en poche, c’est encore mieux. Pour le nettoyage final, Nestor Burma pourra compter sur la commissaire Faroux, patronne de la PJ…

(Extrait) “Le pilote, grand et costaud, sa carrure amplifiée par les protections de son blouson de motard, tourna lentement la tête. Sa vision panoramique intégra forcément dans le décor ma voiture de cirque. Peut-être aurais-je dû me garer plus loin ? Mais il était trop tard pour entamer un nouveau créneau. Le motard hissa son monstre sur le trottoir, coupa les gaz et immobilisa l’engin sur sa béquille. Tout en conservant son casque noir à visière fumée, il s’engouffra dans le hall. Je sortis de la Fiat et me ruai sur ses talons. La minuterie était HS. Potemkine montait quatre à quatre les marches disjointes en s’éclairant à l’aide de son smartphone. Je le suivais prudemment, me guidant uniquement avec la rampe branlante, scrutant ostensiblement l’obscurité afin de repérer l’étage où l’homme en noir finirait sa course.”

Nestor Burma, détective de choc, patron de l’agence Fiat-Lux, est de retour. Ce n’est plus tout-à-fait le personnage mythique imaginé par Léo Malet, grande figure du polar. Il était évidemment nécessaire de l’actualiser, tout en conservant les caractéristiques du héros d’origine. Par nature, le détective privé est un solitaire, avec son libre arbitre, mais pas insensible au charme féminin, ni absolument désabusé quant à la nature humaine. Il sait faire preuve d’un humour teinté très souvent d’ironie. Si le monde a bien changé depuis l’après-guerre, il n’a pas gagné en simplicité. Les sujets de société, les rapports sociaux, les problèmes de sécurité, autant de thématiques complexes alimentant la criminalité. Un gaillard comme Nestor Burma, quadragénaire sportif, ne craint pas de s’y frotter.

Il est assisté d’une descendante d’Hélène Châtelain, ou au moins d’une homonyme. La belle Kardiatou Châtelain est une métisse franco-sénégalaise âgée de vingt-cinq ans, diplômée et diablement attirante. C’est, bien sûr, sa compétence qui prime, Burma devant refréner ses pulsions. Par ailleurs, le détective emploie Mansour Kébaïli, jeune d’origine Kabyle, originaire de Bondy nord, non pas parce que c’est un traficoteur de banlieue, mais pour ses talents en informatique. Les nouvelles technologies, ça reste quelque peu abstrait dans la pratique de Nestor Burma. Si son aïeul entretenait de bonnes relations avec le policier Florimond Faroux, c’est à une quinquagénaire chevronnée que le détective doit de nos jours s’adresser : la commissaire Stéphanie Faroux. Encore que Burma, libertaire dans l’âme, garde généralement ses distances avec la police.

À partir de 1954, Léo Malet écrivit une série de quinze romans intitulée "Les nouveaux mystères de Paris", où son détective enquêtait à chaque fois dans un arrondissement différent. Sur le même principe, le Burma nouveau commence par le 20e, pour cette aventure racontée par Serguei Dounovetz. Des péripéties multiples sont au rendez-vous dans cette histoire, comme il se doit. Non sans évoquer les ambiguïtés de la Turquie, où la démocratie paraît mal assurée. Bienvenue dans la vie agitée de Nestor Burma !

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Les Loups De Belleville

de
L A

L A

En 1943, un certain Nestor Burma, de retour du Stalag, s’installe dans le roman policier comme le premier détective privé français, façon US. Cet enfant littéraire du poète surréaliste Leo Malet (1), qui met le mystère KO, qui a fricoté avec milieux anarcho-trotskystes et qui entretient des relations houleuses avec la police officielle, va arpenter quinze arrondissements parisiens entre 1954 et 1959, à la poursuite de criminels et souvent en courant la poupée (2).

Après trois escales sur grand écran, parois malheureuses et deux excursions dans des téléfilms, il connait un long moment de gloire télévisuelle entre 1991 et 2003 (3).

Depuis cette date chacun était resté sans nouvelles de lui…

Oyez ! Oyez !

Amateurs de hard boiled, du coup de gourdin sur la cafetière, du polar sarcastique qui drague les bas fonds où s’entremêlent politiques et barbouzes, truands, proxos et services parallèles, le grand Nestor est de retour. Il reprend ses périples parisiens en équarrisseur de mœurs. D’un bordel désaffecté en passages souterrains qui débouchent dans un caveau de famille, il court le marchand d’armes, évite les balles d’une sexagénaire au service de l’Etat de Turc et autres fascistes des Loups Gris et prend fait et cause pour les combattantes Kurdes.

Si la mythique Helene Châtelain ne le seconde plus, il peut compter sur une autre collaboratrice dont le charme ne le laisse pas de marbre, la sublime Kardiatou Châtelain. Il peut compter sur elle, mais aussi sur le débrouillard Mansour Kébaïli et l’indulgente commissaire Faroux, patronne de la PJ..

Oyez ! Oyez !

Amateurs de hard boiled, Nestror Burma arpente Belleville sous la plume légère, mais acérée, de Serguei Dounovetz, auteur atypique et polymorphe à qui les éditions French Pulp ont proposé d’inaugurer cette résurrection tant attendue depuis sa disparition des petits écrans.

 

1-         http://www.rayonpolar.com/Dossiers/Article_texte.php?nom=l%20a&titre=L%E9o%20Malet,%20une%20br%E8ve%20biographie&num=40

http://www.rayonpolar.com/Dossiers/Article_texte.php?nom=l%20a&titre=Leo%20Malet,%20po%E8te%20surr%E9aliste&num=43

 

2-         http://www.rayonpolar.com/Dossiers/Article_texte.php?nom=l%20a&titre=L%E9o%20Malet,%20une%20br%E8ve%20bibliographie&num=41

 

3-         http://www.rayonpolar.com/Dossiers/Article_texte.php?nom=l%20a&titre=L%E9o%20Malet%20au%20cin%E9ma&num=42

http://www.rayonpolar.com/Films/series_text.php?num=23



Une autre lecture du

Les Loups De Belleville

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Paris XXe. Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma. Collection Polar. Parution le 18 janvier 2018. 250 pages. 15,00€.

Prom’nons-nous dans Belleville,

Voir si le loup n’y est pas…

La saga des Nouveaux Mystères de Paris de Léo Malet, qui devait être une rétrospective des enquêtes de Nestor Burma dans les différents arrondissements parisiens, ne comporta que quinze volumes, cinq arrondissements n’ayant pas été explorés par le premier détective privé de la littérature policière française. Pour diverses raisons propres à l’auteur.

Jérôme Leroy, avec l’accord de Jacques Malet, a décidé de pallier ce manque, et peut-être de nous refaire visiter certains quartiers de la Capitale, en confiant l’écriture des nouvelles aventures du détective de choc à des romanciers d’aujourd’hui, établissant un cahier des charges à respecter, une Bible qui permettra de lier ces nouvelles enquêtes.

A l’enterrement d’une feuille morte, comme l’a écrit Jacques Prévert, Nestor Burma s’est rendu et il assiste à un événement surréaliste au cimetière du Père-Lachaise. La feuille morte, qui est également une boisson anisée, c’est son ami le journaliste Niki Java. Niki Java, le spécialiste des faits-divers, même en été, qui à cause de son intempérance descend au fond du trou au milieu des tombes de célébrités.

Bref Nestor Burma, après une visite à la sépulture de Jean Baptiste Clément, mais si vous connaissez, celui qui s’est trompé dans la couleur des fleurs de cerisiers et de pommiers, Nestor Burma se dirige vers celle de Niki Java. Il y a du beau monde à saluer le pardessus en chêne, notamment des policiers, dont Stéphanie Faroux, la fille de feu Florimond. L’assistance est bigarrée, la canicule sévit, s’invite alors une furie qui se proclame comme la sœur du défunt et exige que soit pratiquée une autopsie sur le corps de son frère.

Evidemment la commissaire Faroux, qui dirige le 36 Quai des Orfèvres mais se sent à l’aise hors de son bureau, essaie d’interpeller l’intruse mais celle-ci s’échappe en jouant à saute-moutons avec les stèles et les mausolées.

Alors qu’il a regagné le bureau de son agence de détective, Fiat-Lux.com, sis dans la rue des Petits-Champs et qu’il tarabuste comme à son habitude sa secrétaire, la belle et jeune Kardiatou Châtelain, il reçoit un appel téléphonique. Normalement c’est Kardiatou qui doit répondre, mais comme elle est occupée par ailleurs à se manucurer, il décroche. Si Burma n’était pas assis, il en serait tombé sur le fondement, et ce avec fondement. Niki Java est au bout du fil et annonce qu’il n’est pas mort.

Niki lui demande de passer chez René, dans le XVIIIe, lequel René tient un rade qui se nomme Les Amis de la police, une petite provocation amicale. Séance tenante, Burma se rend sur place et René lui remet une enveloppe que lui a confiée une femme qui justement est dans le troquet. Le temps de lui dégoiser ces quelques paroles, la femme habillée en treillis militaire s’est évaporée.

C’est avec plaisir que Burma retrouve nuitamment son ami Niki au Père-Lachaise. L’homme qui a été enterré à sa place est un journaliste kurde de Turquie, réfugié politique, qui devait lui remettre un dossier brûlant. L’intruse de l’enterrement n’étant autre que la sœur du journaliste. Tout s’éclaire, malgré la nuit, ou presque pour Burma qui va devoir enquêter pour retrouver ce fameux dossier.

Et c’est ainsi que notre détective de choc se trouve coincé entre la DGSE, et plus particulièrement de l’un des représentants de cette institution nommé Marchand, Yves de son prénom, la commissaire Stéphanie Faroux, Mâlin Berbang, qui se présente comme une militante du PKLF, Parti kurde de la libération de la femme, une snipper comme on dit dans les romans américains, sa fille Syrmîn, d’une quinzaine d’années et tout l’avenir devant elle à condition qu’elle ne lui tourne pas le dos, un individu nommé Potemkine, un alias, trafiquant d’armes et autres objets illicites, un cuirassé dans son genre, des agents du MIT, le service de renseignement turque, une maquerelle au doux nom de Yüksel, les Loups gris, mouvement néo-fasciste turque, et quelques autres personnages dont la fréquentation est à éviter.

Fidèle à ses principes bien établis, Burma va encaisser quelques coups sur la tronche, mais même s’il y est habitué il se retrouve toutefois dans les vapes, devoir démêler une intrigue complexe en jouant les spéléologues dans des boyaux inconnus du grand public et des tripiers, jouer avec sa vie et celle de Kardiatou qui ne demande qu’à le suivre. Heureusement il peut compter sur Mansour, originaire du 9.3, de Bondy exactement (ce qui me permet de placer cette vanne connue mais qui fait toujours de l’effet : T’habite Bondy ? Non, Porte des Lilas !), un peu voleur, un peu dealer (mais Burma peut lui faire confiance, il ne dit rien) surtout efficace dans les empoignades musclées et à l’intelligence affûtée (pourquoi pas ?).

Alors il s’agit d’un Nestor Burma d’aujourd’hui, comme si le premier du nom s’était téléporté ou transporté dans notre époque, et dont l’entourage, est identique mais pas pareil. Il vapote, fume de temps à autres des cigarettes, mais garde en relique une vieille pipe à tête de taureau.

Il ne s’agit pas d’un copié-collé, d’une parodie, ou pis d’un plagiat, mais d’un pastiche dans le bon sens du terme qui signifie : remplir plusieurs fonctions : de mémoire, d'humour, d'hommage (plus ou moins respectueux), voire de purs exercices de style. Mémoire, Humour et Hommage sont bien les ingrédients qui sont inclus dans cette aventure, et l’on reconnaitra le caractère anarcho-libertaire du héros, de son père spirituel, et éventuellement de ses successeurs en écriture.

Visiblement Serguei Dounovetz s’est amusé en écrivant ce roman, mais comme il n’appartient pas au corps diplomatique, il dézingue à tout va et certains en prennent pour leur grade. Ce ne sont pas des victimes littéraires innocentes. C’est le privilège des romanciers, il en use, et c’est une bouffée de fraîcheur.

Si Serguei Dounovetz a eu la lourde tâche d’étrenner ces Nouvelles aventures de Nestor Burma, d’autres romanciers, eux aussi de talent, ont été pressentis et l’on devrait retrouver bientôt des romans signés Jérôme Leroy et Michel Quint.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
serguei dounovetz



Born Toulouse Forever

Fleur De Bagne

La Vie Est Une Immense Cafétéria

Le Rap De La Butte-aux-cailles

Les Gens Sérieux Ne Se Marient Pas à Vegas

Odyssé Odessa

Sarko Et Vanzetti

Spirit 59

Tue-chien

Un Ange Sans Elle

Vipères Au Train

livrenpoche
Chercher serguei dounovetz



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar