Gauguin Mort Ou Vif DEVOIS447

MARIE DEVOIS

Gauguin Mort Ou Vif


Aux éditions COHEN & COHEN


Visitez leur site

591

Lectures depuis
Le jeudi 27 Mai 2016

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Gauguin mort ou vif

sur
Amazone

fleche
fleche

Marie DEVOIS




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Le Pouldu est un village côtier de la commune de Clohars-Carnoët, à la frontière entre le Sud-Finistère et le Morbihan. Le 17 juillet, se promenant sur le "chemin des peintres", Luc Péron y découvre un cadavre tatoué allongé dans une crique : “Les tatouages étaient insolites. À part le diable sur le crâne, il découvrait des tas de figures géométriques qui formaient plusieurs ensembles surprenants sur l'intégralité du corps et des membres.” À côté, quelques objets complètent ce tableau macabre. Le témoin a alerté les gendarmes, mais à leur arrivée, le cadavre a disparu. Le procureur Louis Stern est par ailleurs occupé par une affaire de tableau volé. Plus exactement, il s'agit d'une reproduction de la toile de Paul Gauguin “Contes barbares”. Un vague suspect semble posséder un alibi.

Stern se déplace de Quimper jusqu'au Pouldu, pour suivre l'enquête. Les techniciens de la police ne disposent guère d'indices exploitables. Seule évidence, le cadavre fantôme n'est pas mort d'une chute depuis la falaise. Les objets sur le sable peuvent aussi bien avoir été oubliés par des touristes. Il apparaît que Luc Péron est un militaire traumatisé lors d'un récent conflit. Sujet à des hallucinations, il peut avoir imaginé ou mal évalué ce dont il a été témoin. Néanmoins, grâce à un dessinateur et aux descriptions précises de Luc Péron, on obtient une version des tatouages vus sur le corps disparu. Ils ont été réalisés par un expert quimpérois, Steve Denis. Une piste à suivre. Un nouveau fait divers se produit au Poudu, où la maison-musée dédiée à la mémoire de Gauguin a été dégradée.

Tout comme en Polynésie, où les lieux qui abritèrent le peintre ont été remplacés par des reconstitutions, cette maison n'est pas authentiquement celle où Marie Henry logèrent Paul Gauguin et Meyer de Haan. Néanmoins, l'endroit est symbolique. Non loin de là, Marthe Pierson est de retour en Bretagne. Aujourd'hui veuve de son mari Charles, elle fut dix ans plus tôt conseillère municipale ici. Le couple organisa à l'époque un voyage jusqu'à Hiva Oa, où Gauguin vécut les dernières années de sa vie "en primitif", comme il le souhaitait. Pensant qu'un rôdeur s'est approché de sa maison, Marthe a alerté la gendarmerie, qui n'a rien noté de suspect. Toutefois, quelques jours plus tard, elle est victime d'un accident, une chute depuis un échafaudage, près du célèbre musée de Pont-Aven.

Policier à Quimper, Paul Magnin a été chargé par le procureur Stern d'enquêter sur ces affaires troublantes, visiblement toutes en rapport avec Gauguin. Le magistrat a compris que le thème de l'Oie, cher au peintre, était certainement une des clés dans ce dossier. Pendant ce temps, dans l'ombre, un certain Koké observe et ne reste pas inactif, jouant un rôle énigmatique. C'est à Atuona, dans les Marquises, que Paul Magnin espère trouver des renseignements décisifs, et des confirmations. Peut-être aussi quelques rapprochements entre l'époque de Gauguin et un passé bien plus récent…

Peut-être est-il judicieux de rappeler que Marie Devois n'est pas une nouvelle venue dans le polar. Après “Bon anniversaire Monsieur Le Guillou” en 2003, elle a situé trois de ses titres dans le Vexin (Trois cercueils pour Pontoise, Allées sans retour, Faits d'hiver à Montigny). On y trouvait déjà des références culturelles, en l'occurrence sur le Val d'Oise. En 2014, elle présente dans la collection ArtNoir “Van Gogh et ses juges”, puis “La jeune fille au marteau” (sur les traces de Velázquez) en 2015. Cette fois, c'est l'univers de Paul Gauguin qui inspire ce suspense riche en mystère. Si la région de Pont-Aven a été marquée par la présence d'une colonie d'artistes-peintres à la fin du 19e siècle, il ne s'agit pas d'un polar historique, mais bien d'une intrigue contemporaine.

Bien sûr, l'auteure s'est parfaitement documentée sur ce personnage qu'était Gauguin, qui ne fut pas dénué de sombres ambiguïtés. Si ses tableaux sont plutôt lumineux et son talent indéniable, sa vie s'avéra plus contrastée. Quand aux hommages qui lui sont rendus de France métropolitaine jusqu'aux Marquises, leur aspect commercial est à l'opposé de l'authenticité que rechercha le peintre. Loin d'une enquête linéaire, Marie Devois soigne la construction scénaristique de ce “Gauguin mort ou vif”, ce qui anime le récit de très belle manière. Magistrats, gendarmes, policiers, témoins, et protagonistes "impliqués" ont chacun leur place dans le déroulement de l'affaire. Cadavre fantôme, oies vénérées à travers les siècles, rébus mathématique, mode de vie polynésien, sont autant d'éléments de l'énigme passionnante que nous soumet Marie Devois.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Gauguin Mort Ou Vif

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Collection ArtNoir. Parution 19 mai 2016. 258 pages. 20,00€.

Un coup j'te vois, un coup j'te vois plus...

C'est ce qu'aurait pu dire aux gendarmes Luc Péron qui effectue sa promenade hygiénique matutinale. Et pour mieux se remettre sur pied rien ne vaut la marche à pied. C'est ainsi que Luc Péron, longeant la falaise du Pouldu, sur la commune de Clohars-Carnoët aperçoit un homme allongé sur le sable, inerte. Il descend, s'approche, met un doigt sur la carotide afin de savoir si elle bat toujours. Rien. L'homme est nu, est entièrement tatoué, jusque sur le crâne. Près du corps, des vêtements, des sandales, un sac à dos, et plus étonnant un plateau de jeu.

Il prévient immédiatement la gendarmerie puis remonte tranquillement et péniblement le raidillon jusqu'au haut de la falaise. A son arrivée, il se retourne, plus de cadavre. Envolé le tatoué. Le témoin et les gendarmes sont bien embêtés, car sans corps comment procéder à une enquête. Et il ne s'agit pas d'une farce de la part de Luc Péron, les objets ci-dessus décrits étant encore présents. L'adjoint du procureur de la République ainsi que le maire sont prévenus, car les gendarmes ne lâchent pas prise.

Deux jours auparavant, un vol avec effraction a été commis à Tourch, au centre culturel communal, et un tableau, enfin une copie, prêtée par la conservatrice de Pont-Aven, dans le cadre d'une exposition itinérante a disparu. A la place du tableau une inscription a été placée : Contes Barbares.

D'autres faits se produisent, notamment dans la maison de Gauguin, mais un tatoueur de Quimper va faire progresser sensiblement l'enquête. En effet le promeneur à la santé fragile possède une excellente mémoire et il a pu décrire fidèlement les représentations figurant sur le corps. Le tatoueur était en vacances lors des événements qui se sont déroulés sur l'estran du Pouldu, et en compulsant les journaux lors de son retour, il reconnait immédiatement l'un des clients qui lui avait demandé de procéder à ces décalcomanies corporelles.

A la grande frustration des gendarmes qui avaient conduit l'enquête du départ, c'est le commissaire Paul Magnin de Quimper qui hérite du dossier.

Paul Gauguin est l'invité vedette de ce roman et les iles Marquises offrent un décor incomparable en sus des paysages bretons. La présence de Gauguin est toujours prégnante dans ces deux endroits qu'il a marqué de son empreinte durablement.

Outre cette intrigue admirablement maîtrisée, intrigue construite comme un jeu puisque justement c'est un jeu de l'Oie, jeu qui fit les délices de notre enfance avant d'être détrôné par les jeux vidéos, qui est l'une des composantes principales.

Mais le personnage de Paul Gauguin nous livre des côtés obscurs de sa personnalité grâce à Marie Devois qui ne le montre pas forcément comme une figure emblématique de la cellule familiale. Si le talent du peintre n'est pas à mettre en doute, sa vie privée elle est assez fluctuante pour attiser l'attrait d'un auteur qui connait bien les arcanes de l'art pictural, comme elle nous l'avait déjà démontré dans ses précédents romans.

Un roman de suspense et d'énigme tout en étant un roman historique, dévoilant le côté clair-obscur d'un artiste au multiples facettes et un roman-jeu.

Quant au pourquoi de la mise en scène sur la plage, elle est à rechercher dans les arcanes des îles Marquise et des escroqueries d'un couple, mise en scène qui n'atteint pas la personne qui devait en faire la découverte.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
marie devois



La Jeune Fille Au Marteau

Peindre N’est Pas Tuer

Turner Et Ses Ombres

Van Gogh Et Ses Juges

livrenpoche
Chercher marie devois



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar