La Bête Noire Du Château De Jeufosse DECKER565

MICHEL DE DECKER

La Bête Noire Du Château De Jeufosse


Aux éditions PRESSES DE LA CITE


Visitez leur site

131

Lectures depuis
Le mardi 3 Septembre 2019

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
La bête noire du château de jeufosse

sur
Amazone

fleche
fleche

Michel de DECKER




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Collection Les énigmes policières de l’histoire N°7. Presses de la Cité. Parution le 02 janvier 1991. 192 pages.

ISBN : 9782285004546

Hommage à Michel de Decker, décédé le 17 août 2019.

Veuve depuis dix ans du comte de Jeufosse, à quarante-cinq ans Elisabeth de Beauvais, son nom de jeune fille, est encore désirable. Elle vit seule en compagnie de sa fille Blanche, âgée de dix-huit ans, et de quelques domestiques dont Crepel le garde-chasse qui avait promis au comte agonisant de veiller sur le château et ses dames.

Les deux fils, Albert et Ernest, ont gagné la capitale et leur principale occupation est de bambocher, dilapidant les rentes familiales. Ernest surtout. Seulement il manque quelqu’un dans cette demeure mi-gentilhommière mi-forteresse, située à Saint-Aubin-sur-Gaillon, dans l’Eure, non loin d’Aubevoye. Une préceptrice pour Blanche, ou plutôt une institutrice comme l’aime à dire madame de Jeufosse.

Or Ernest rencontre par hasard Laurence Thouzery, jeune fille de vingt-cinq ans, fille d’un ancien sous-officier ayant servi sous les ordres du comte lorsqu’il commandait un régiment de cavalerie. Comme elle recherche du travail, tout naturellement Ernest lui propose la place d’institutrice auprès de Blanche. Laurence accepte et elle prend donc le train, la ligne Paris-Rouen, et est réceptionnée par Constant, le cocher de la comtesse, en gare d’Aubevoye. Heureux temps où les petites villes étaient desservies par les liaisons ferroviaires.

La comtesse de Jeufosse est favorablement impressionnée par la joliesse de Laurence. Blanche ne tarde pas à s’en faire une amie. D’ailleurs elles vont coucher dans la même lit, la chambre de Blanche donnant directement sur celle de madame de Jeufosse, et qui ne possède pas d’autres sorties. D’autre porte officielle, mais dans ces vieilles demeures, rien n’est moins sûr. Donc il faut passer par la chambre de la comtesse pour entrer dans celle de Blanche. Et inversement. Ce qui est fort pratique pour la comtesse lorsqu’elle est atteinte d’insomnie pour convier Laurence à la rejoindre nuitamment.

Mais d’autres personnes sont admiratives de la grâce et la beauté de Laurence. Les familiers du château de Jeufosse. Le cousin Léonce Odoard, quinquagénaire rougeaud et pansu, notaire, Joseph-Hyacinthe Tripet, châtelain et ancien diplomate, maître Huet, notaire à Gaillon, et madame, sans oublier le jeune Emile Guillot d’origine provençale, farceur et libertin malgré son mariage avec Renée de quelques années plus vieille que lui. Manque à cette assemblée de présentation, le jeune Edmond Pitte, séminariste promis à un bel avenir épiscopal.

Tous sont fascinés par Laurence qui ne ménage pas ses effets. Elle se montre même quelque peu aguicheuse envers Emile, même si elle semble choquée par un baiser posé sur l’oreille. Ou dans. Et elle aurait été vue dans la chapelle du château, agenouillée sur un prie-Dieu, la croupe flattée par la main vagabonde d’Emile. C’est Crepel qui a remarqué ce manège, mais Emile se défend de tout geste inconvenant, accusant même le garde-chasse d’avoir des idées mal placées. Mais il parait que Laurence aurait été aperçue en compagnie du séminariste dans une position fort peu religieuse. On, vecteur de rumeurs et de ragots.

Le soir, un individu joue du cor dans le parc, des cailloux sont lancés contre les vitres des fenêtres, un visage se profile, des incidents s’échelonnent, des lettres sont découvertes adressées à une jeune fille qui n’est pas désignée et non signées… On parle d’homme noir, de loup-garou, de bête noire… Mais les convictions sont faites. Il s’agit d’Emile Guillot qui jette la perturbation dans la demeure. Il s’y introduirait même. Certains détails le laissent penser.

Il paraîtrait même qu’il se vante de coucher avec Laurence, puis avec Blanche. Blanchette comme elle est surnommée. Et la comtesse n’en peut plus, elle demande avis à ses fils, à Crepel aussi. Au bout de quelques mois, elle décide de se débarrasser d’Emile et elle charge son garde de veiller dans le parc et de tirer sur l’importun. Ce qui est dit est fait et bien fait. Emile est abattu de coups de carabine.

Un procès s’ensuit et des avocats renommés bientôt vont s’affronter à la barre du tribunal d’Evreux. Crepel est le coupable idéal, avoué, mais il faut jauger la culpabilité de la comtesse et de ses fils dans ce qui est considéré comme un assassinat. Pourtant, elle s’était renseignée auparavant et les magistrats lui avaient spécifié que si un individu s’introduisait chez elle, elle pouvait en toute impunité tirer, ou charger un de ses domestiques de tirer sur l’importun. Et ce en toute légalité.

Michel de Decker relate cette affaire qui a défrayé les chroniques judiciaires en 1857, nombreux journalistes locaux ou provenant de la capitale, couvrant le procès.

Or le dossier s’avère complexe. Les nombreux témoins se rétractant, n’ayant rien vu, rien entendu, rien dit, ou au contraire chargeant soit la comtesse dont les relations avec Laurence étaient apparemment plus qu’amicales, à moins qu’il ne s’agisse que d’une banale affaire de gros sous, soit Laurence elle-même, soit Blanche qui aurait succombé au charme d’Emile mais n’est pas présente à la barre.

Les avis divergent et la loi est si bien faite qu’elle peut être interprétée selon le sens qu’on veut bien lui donner. Les avocats ont beau jeu d’accuser les uns ou les autres, d’autant qu’Emile, décédé, ne peut apporter sa version des faits.

Michel de Decker s’est inspiré de l’affaire de Jeufosse pour écrire ce court roman, les faits étant avérés, mais il a changé quelque peu le nom et l’âge de Laurence Thouzery.

Cette affaire qui fit grand bruit sert de base au concours de plaidoirie de l’académie de Rouen.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher michel de decker



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar