Gaza Dans La Peau DABBAGH495

SELMA DABBAGH

Gaza Dans La Peau


Aux éditions L'AUBE NOIRE


Visitez leur site

611

Lectures depuis
Le mardi 19 Septembre 2017

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Gaza dans la peau

sur
Amazone

fleche
fleche

Selma DABBAGH




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

À notre époque, la famille Mujahed vit dans la bande de Gaza. Si tout est dévasté autour de leur immeuble, ils bénéficient d’un certain confort. Sans doute parce que le père, Jibril, a appartenu aux cercles officiels palestiniens. Il s’est exilé dans un état du Golfe depuis un certain temps. C’est son épouse qui, dans l’ambiance incertaine de Gaza, gère le quotidien de leurs enfants. L’aîné, Sabri, proche de quarante ans, est un handicapé dépendant. Il a perdu ses jambes et sa famille – son épouse Lana et leur fils Naji – dans un attentat à la voiture piégée. Sabri écrit depuis l’histoire des Palestiniens, à travers les témoignages, les documents et les événements actuels qui continuent de secouer Gaza.

Le plus jeune des Mujahed, c’est Rashid, âgé de vingt-sept ans. Avec son ami Khalil, il fait partie de l’équipe du Centre de documentation des Droits de l’Homme à Gaza. Toutefois, amateur de joints de cannabis, Rashid ne se sent que modérément impliqué. Son but est de rejoindre à Londres son amie anglaise Lisa, militante favorable aux Palestiniens. Rashid vient d’obtenir une bourse d’études, et n’a qu’une hâte : filer le parfait amour avec Lisa. Leur sœur Iman fit des études en Suisse, avant de revenir à Gaza où elle est enseignante. Elle participe à un comité féminin local, sans y trouver réellement sa place. Bien que peu férue de religion, Iman pourrait se laisser séduire par l’islamisme radical.

Les Israéliens viennent de bombarder Gaza, suite à un attentat perpétré par une jeune femme d’une famille estimée en Palestine. Taghreed, une élève d’Iman, et le militant Raed ont été mortellement touchés par cette riposte. Des intégristes musulmans ont besoin de femmes comme Iman ? Elle se sent prête au sacrifice. D’autant qu’elle est la fille de Jibril Mujahed, un notable, ce qui aurait un impact symbolique. Mais Ziyyad Ayyoubi, lui aussi fils de martyrs du combat palestinien, garde un œil sur elle. Cet officier de l’Autorité sait aussi qu’Abou Omar, le voisin des Mujahed avec lequel la mère d’Iman se chamaille assez souvent, est plus suspect qu’on l’imagine. De ceux qui trahissent la Gazaouis, peut-être.

Quand, quelques temps plus tard, Rashid se retrouve à Londres, chez Lisa et ses parents, il fait preuve d’une maladresse certaine vis-à-vis des Occidentaux soutenant la cause des Palestiniens. C’est plutôt son frère Sabri qui devrait être à sa place. Il reste en contact par mail avec lui, ainsi qu’avec Khalil. Malgré les bonnes volontés londoniennes, Rashid est conscient que ça fait peu progresser leur combat. De son côté, sa sœur Iman a rejoint leur père dans son exil. Elle y est prise en charge par Suzi, amie de Jibril. Bien que son cœur reste à Gaza, et qu’elle pense souvent à Ziyyad, Iman retrouve Rashid quelques mois plus tard à Londres. Jusqu’où peut aller leur implication concrète en faveur de leur peuple ?…

(Extrait) “Khalil devait revoir sa stratégie. Les garçons pouvaient agir à sa façon, mais ce n’était pas, ce n’était plus pour elle. [Iman] avait besoin d’agir. Elle s’était rendue là-bas. Eux n’avaient pas vu Taghreed et Raed tout brûlés, leurs corps calciné et tordus. Cela changeait tout. La mort d’un enfant changeait tout. C’étaient les morts d’enfants qui déclenchaient les mouvements de résistance. Ce qui comptait, c’était d’agir, peu importait qui était l’homme qu’elle suivait ; à quoi bon couper les cheveux en quatre, se demander sans cesse quel parti, quel chef soutenir, quelle position celui-ci avait prise sur les accords de 1973, 1978, 1994 ? Qui ça intéressait ? Ras-le-bol de tout ça ! Ce qu’il fallait, c’était agir. Que les Front Populaire, Parti du Peuple et Commandement Unifié aillent se faire foutre, eux aussi. Seule comptait l’action, il n’ y avait pas d’autre solution.

Pas question de rester à la maison et préparer des pickles à longueur de journée comme sa mère. Elle disait sans arrêt qu’il fallait se battre, mais qu’avait-elle vraiment fait, à part épouser leur père ? Et lui, malgré son glorieux passé, n’avait-il pas fini par partir d’ici ?”

Il est légitime que les Israéliens assurent leur sécurité. Ce n’est pas avec des attentats extrémistes d’inspiration religieuse, visant les populations d’Israël, que la situation sera pacifiée au Moyen-Orient. Malgré tout, les représailles contre les habitants de Gaza sont-elles acceptables ? Voilà des décennies que ce territoire, ressemblant fort à une prison à ciel ouvert, subit une destruction qui apparaît démesurée. Aucun accord de paix n’a été longtemps respecté, de part ou d’autre. Compter les victimes civiles semble dérisoire, car on ne sent aucune volonté d’améliorer les choses. Et c’est un terreau fertile pour les fanatiques islamisés, qui en profitent pour attiser les dissensions, qui manipulent les plus fragiles en les incitant à passer à l’acte. Il faut croire que "la guerre est plus rentable que la paix", selon une vieille formule toujours d’actualité au 21e siècle.

Que la diplomatie internationale ne soit pas en mesure de résoudre le cas de ces territoires, c’est dramatique. En tant qu’Occidentaux, nous n’avons pas à juger ce qui se passe en Palestine. Ce qui ne nous empêche pas d’observer, fut-ce ponctuellement. Alors, à travers une fiction comme “Gaza dans la peau”, on peut essayer de comprendre ce que traversent ces êtres humains ordinaires. L’auteure ne manque pas de rappeler les étapes de l’histoire palestinienne de 1947 à nos jours, et surtout depuis cinquante ans. Chaque membre de la famille Mujahed possède sa propre vision du problème. Passionnée telle Iman, "en décalage" comme Rashid. Un puzzle de sentiments, avec un point commun puissant : Gaza. On peut aimer sa terre, même si elle est en ruines, et probablement pour cette raison en priorité.

Sachant que l’on ne convainc que ceux qui le veulent bien, Selma Dabbagh ne cherche pas à nous apitoyer, à assombrir des faits déjà évocateurs. Son roman nous offre un regard sur la Palestine et ses habitants. À chacun d’en tirer ses conclusions.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com
 

livrenpoche
Chercher selma dabbagh



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar