comme un cheval fourbu de Jean CONTRUCCI


Comme Un Cheval Fourbu CONTRUCCI87

JEAN CONTRUCCI

Comme Un Cheval Fourbu


Aux éditions L ECAILLER DU SUD

2665

Lectures depuis
Le jeudi 16 Aout 2007

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
comme un cheval fourbu
sur
Amazone


fleche
fleche

Jean CONTRUCCI




Une lecture de
L A

L A  

«Cette nuit, j'ai entendu parler à voix basse, près de mon lit. Ils étaient au moins deux. Ce qu'ils se disaient, je ne le comprenais pas, mais c'était si présent que j'ai cru m'être réveillé. Je rêvais, certainement.»
Ce que Jacques Morançon, Professeur agrégé au lycée Ernest-Reyerde (Marseille), croit être son lit est, en vérité, celui de l’hôpital où il a été transporté d’urgence après son accident sur la route de Cassis. 
Accident… tentative de suicide, meurtre ou légitime défense? Comment savoir? Toujours est-il que Jacques Morançon ne rêve pas et que ce lit il ne le quittera qu'au terme d’une longue introspection… 
« Et l’on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l’on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l’on se sent tout seul peut-être mais peinard» Léo Ferré
Seul, Jacques Morançon ne l’est pas vraiment, il est en bonne compagnie, il est avec lui-même, aux prises avec ses souvenirs, ses angoisses, ses déceptions, ses rêves, ses échecs, ses infidélités pitoyables… ses filles, celle qui aurait aimée et celle qu’il ne sait pas comment aimer.

Avec ce nouveau roman Jean Contrucci s’en va-t-en guerre, contre tous ceux qui considèrent ses Nouveaux Mystères de Marseille comme des polars mineurs, contre toux ceux qui s’imaginent que la couleur du talent est le noir et qu’ailleurs est le néant...
Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir...
Oui, Jean Contrucci est un Auteur essentiel et il le prouve ici avec éclat!

Post-scriptum :  Ce roman n’est en fait qu’une réédition… paru en 1984 aux éditions Belfond, il avait connu un succès critique… mais les amateurs de noirs semblent avoir la mémoire obscurcie...  L’Ecailler du Sud à raison de la rafraîchir…



Une autre lecture du

Comme Un Cheval Fourbu

de
RENE BARONE

RENE BARONE

l, juin 2007, 229 pages, 7,50 €

 4° de couverture

« Jusque-là, tout va bien » , comme disait le type tombant du vingtième étage en passant devant les fenêtres du troisième.

Mais dans un roman noir, il y a forcément quelque chose qui se détraque, même si « jusque-là » tout semblait tracé. Professeur agrégé dans un lycée de Marseille, Jacques Morançon, tandis que sa vie privée se délite, va se voir contesté dans ce qu’il a de plus cher : sa vocation d’enseignant. Les principes s’effacent et les assurances s’effondrent, même si en apparence tout est comme avant. Face à sa vie retournée comme une crêpe, dans cet hôpital où il est arrivé il ne sait comment, que va bien pouvoir faire Jacques Morançon ? Mourir, tout simplement ? Ou, avant cela, comprendre pourquoi il est là

 

Journaliste, historien, écrivain, Jean Contrucci est l’auteur d’une série de romans policiers historiques passionnants sous l’intitulé des « Nouveaux Mystères de Marseille ».

Dans ce roman psychologique et très sombre au contexte presque « chabrolien » il prend le lecteur par la main pour lui conter une fable sournoise menée avec une rare malice.

 

Le roman de Jean Contrucci s’ouvre sur cette citation de John Lennon :

« La vie, c’est ce qui arrive quand on prévoyait autre chose »

D’emblée le lecteur est prévenu ! Tout ne sera pas rose dans cette histoire.

Les souvenirs se bousculent dans la tête de Jacques Morançon, immobile sans son lit.

Son lycée : «  C’est une caserne faite de cubes juxtaposés, répartis dans une pinède, une immense garderie abritant deux mille cinq cents élèves résignés qui attendent que ça passe et quelques centaines de profs qui en font autant »

Ses élèves : « … Christian Rousselier, avec sa tête blonde d’ange déchu et son regard fixe. Le chef incontesté. L’âme du groupe. Mais bien trop intelligent pour se commettre en première ligne. Et ses lieutenants. Ses hommes de main : Ferrand, Franceschi, Pelletier, Oussekine et l’ineffable Pinatel, le fils du Michel-Ange de la pièce montée, le plus gros pâtissier de la ville. Aussi futé qu’un baba au rhum.

- Qu’est-ce que vous voulez que ça me foute, à moi, les études ? Je vais prendre la suite de mon père. Et je me ferai cinquante fois plus, avec les éclairs et les mille-feuilles, que vous avec vos livres et les couillonnades de Chateaubriand et de l’autre tarte, là… comme l’appelez, déjà ? L’abbé Prévost. »

Sa femme : «  Je le reconnais volontiers, Nicole, j’ai ma part de responsabilité : nous nous sommes installés dans la vie familiale comme dans de vieilles pantoufles ».

Et puis il y a ses filles. Marianne qui ne pense qu’à quitter la maison où elle étouffe, avec qui toute discussion est impossible : “- Quoi que tu en penses, le bonheur passe avant la réussite matérielle. L’amour passe avant l’argent...”. Je me suis ressaisi à ces mots et j’ai pu, à mon tour, placer une réplique, mais elle était inutilement blessante : “- Surtout quand on vit avec celui de papa...”. J’ai vu le mépris dans son regard : “-Vraiment, pas la peine que je t’explique...”

Heureusement il y a Christine, une pianiste surdouée : « Au début du concert, j’étais fou d’angoisse. En un soir, la carrière de Christine se jouait à pile ou face (…) Comme elle était belle, notre Christine, dans ce fourreau noir qui faisait ressortir l’éclat de ses cheveux. » 

 

Par une succession de chapitres courts et poignants, comme les souvenirs de son “héros”, Jean Contrucci  construit une intrigue solide et prenante au rythme haletant.

Un beau roman, noir et tragique.

Comme la vie.

Celle qui arrive quand on prévoyait autre chose.

Prévoir ?

Autres titres de
jean contrucci



Double Crime Dans La Rue Bleue

L'affaire De La Soubeyranne

L'enigme De La Blancarde

L'inconnu Du Grand Hôtel

La Faute De L'abbé Richaud

La Nuit Des Blouses Grises

La Somnambule De La Villa Aux Loups

La Vengeance Du Roi-soleil

La Ville Des Tempêtes

Le Guet-apens De Piscarotis

Le Guet-apens De Piscatoris

Le Printemps Des Maudits

Le Secret Du Docteur Danglars

Le Spectre De La Rue Saint-jacques

Le Vampire De La Rue Des Pistoles

Le Vol Du Gerfaut

Les Diaboliques De Maldormé

Les Voleurs De Mémoire

Marseille Des Faits Divers

N'oublie Pas De Te Souvenir

Rendez-vous Au Moulin Du Diable

Un Jour Tu Verras
livrenpoche
Chercher jean contrucci



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar