Le Vacarme Du Papillon CHAVET469

ERIC CHAVET

Le Vacarme Du Papillon


Aux éditions ATELIER MOSESU


Visitez leur site

357

Lectures depuis
Le mardi 21 Novembre 2017

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Le vacarme du papillon

sur
Amazone

fleche
fleche

Eric CHAVET




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Collection Parabellum. Parution le 14 septembre 2017.

Première parution In Libro Veritas. Février 2012.

Jolie fleur de pa pa pa

Jolie fleur de papillon

Dit une voix dans l' pa pa pa

Dans le pavillon…

En 1972, Edward Lorenz posait cette question fondamentale : Le battement d'ailes d'un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? Ray Bradbury apporte en 1952 une réponse anticipée dans sa nouvelle Un coup de tonnerre.

Partant de ce postulat, la présence d’un Parnassius Apollo dans le logement de monsieur Lange provoque-t-il la cascade en chaîne qui nous est proposée dans ce roman ? Je serais tenté de répondre oui, mais à condition d’y adjoindre un second animal déclencheur, un chat mité du nom de Podekol.

Installons le décor, et visionnons les prémices de ce drame.

Monsieur Lange est bien embarrassé. Il vient de recevoir un appel téléphonique de Roberto Sacchi à qui il doit de l’argent. Il met une bonne daube à réchauffer sur le gaz puis monte se doucher. Les ennuis d’argent attendront plus tard, car étant en villégiature dans sa maison familiale dans le Vercors, il ne compte pas se rendre immédiatement à Lyon régler sa dette. Pas de problème pour Sacchi qui va se déplacer pour rechercher son dû. Pour l’instant tout va bien. Mais ne voilà-t-il pas que le Parnassius Apollo vient titiller les moustaches du félin qui lui saute dessus renversant une carafe disposée près du gaz. Monsieur Lange n’aura plus de problèmes d’argent, mais Sacchi si.

Quand Roberto Sacchi (prononcez Saki je crois, sinon, c’est tendancieux) arrive sur place, il ne reste que des ruines. Et comme lui aussi doit de l’argent à Gras-Double, il est dans la mouise. Gras-Double, un truand qui navigue dans tous les domaines de l’illégalité, veut absolument récupérer son argent, même s’il n’en a pas un besoin immédiat. C’est une question de principe. Aussi il dépêche un de ses hommes de main en qui il a confiance, Michel, lequel sera assisté d’un jeunot ambitieux et sans état d’âme, adepte de la manière forte, dédaignant la diplomatie, le Blondin. Et pour que la transaction s’effectue dans les plus brefs délais, Michel et le Blondin kidnappent la Mamma, la mère septuagénaire de Sacchi.

Je vous en dis encore un peu plus ? A la demande générale, je ne peux résister au plaisir de vous dévoiler que Roberto Sacchi a connu dans sa jeunesse la belle Hélène, qu’il ne l’avait pas prise pour une poire, qu’ils avaient même goûté un temps à la joie de partager la même couche, se déniaisant mutuellement, puis chacun était parti faire son bout de chemin dans la vie, empruntant des voies différentes. Sacchi est devenu un mauvais garçon, Hélène commissaire de police. Mais ils ne se sont pas oubliés, et quand Roberto quémande l’aide d’Hélène pour le sortir de la panade dans laquelle il est embourbé, celle-ci ne lui refuse pas de lui prodiguer un coup de main. D’autant que la perspective d’arraisonner Gras-Double qui a toujours su passer à travers les mailles du filet, n’est pas pour lui déplaire. Elle va essayer d’attraper dans ses filets ce gros poisson en compagnie de Julien, son adjoint et amant occasionnel. Seulement l’homme est un requin plus coriace qu’elle l’avait imaginé.

La scène du début va provoquer des conséquences inattendues, se propageant de Grenoble à Issoire en passant par Lyon, en une ramification impitoyable et verra son apogée jusqu’à La Maison Blanche. Je ne vous dévoile rien puisque c’est le sujet de la quatrième de couverture. Quatrième de couverture énigmatique et le lecteur se demande quand sera dévoilé cet épisode.

Le vacarme du papillon est un roman enlevé, humoristique, parfois même sarcastique, mais tendre et voguant sur des problèmes majeurs, et dans lequel on trouvera sûrement quelques influences dont l’auteur ne se cache pas, puisqu’il a été nourri littérairement aux écrits de Frédéric Dard, de Pierre Desproges ou encore de Woody Allen. Mais également de Boris Vian.

Un roman cascade, certains diront un ruissellement, dans lequel les actions s’enchainent, sans trêve ou presque, dans une continuité logique, entre drames et gags. Avec des dialogues ciselés, aux réparties parfois savoureuses, qui ne jouent pas dans le maniérisme.

Du plus bas de l’échelle jusqu’aux huiles de la République, huiles qui en feront afin de graisser un engrenage ne souffrant d’aucun dérapage, l’auteur nous entraîne sur un chemin chaotique, et l’on est en droit de se demander si tout ce qui se déroule en est uniquement le fruit de son imagination. Et une fois de plus le rôle des journalistes est prépondérant, sachant que ceux-ci sont souvent manipulés, sous le couvert de secrets d’état, et du principe du Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais.

L’histoire éditoriale de ce roman nous offre deux pistes de réflexion. D’abord, il ne faut pas entretenir d’à-priori envers les romans autoédités, car celui-ci en est un. Ensuite, que les soi-disant petits éditeurs sont souvent plus courageux que leurs homologues germanopratins, et n’hésitent pas à publier de petites perles dédaignées par les gros vendeurs.

L’uniforme est sur un homme ce qu’un déshabillé est sur une femme.

Il s’apercevait à cet instant combien il était douloureux de mourir de son vivant.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher eric chavet



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar