Laura CASPARY294

VERA CASPARY

Laura


Aux éditions OMNIBUS


Visitez leur site

648

Lectures depuis
Le dimanche 27 Juillet 2014

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Laura

sur
Amazone

fleche
fleche

Vera CASPARY




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

 

New York, 1942. Mark MacPherson a longtemps été un policier privilégiant l'action dans son métier. Blessé par un malfaiteur, il a mis du temps pour s'en remettre, profitant de sa convalescence pour se cultiver davantage. Ayant repris du service, il est chargé d'enquêter sur le meurtre d'une jeune femme. Laura Hunt, la victime, avait un poste important à l'agence de publicité Rose, Rowe et Sanders. Son fiancé Shelby Carpenter est employé à un poste moins élevé dans la même société. Leur mariage était prévu quelques jours plus tard. Ce week-end, elle devait dîner le vendredi avec un ami, Waldo Lydecker, avant d'aller se reposer, en vue des préparatifs du mariage. Tout ce qu'on sait de son planning, c'est qu'elle annula le rendez-vous avec Waldo. Son employée de maison Bessie Clary la trouva morte, plus tard, abattue d'une balle.

 

Le littérateur Waldo Lydecker était un ami de Laura Hunt depuis huit ans, époque où elle débarqua de son Colorado Springs natal. Sentant l'ambition et les capacités de Laura, il joua quelque peu le rôle de mentor. Leur relation complice n'était pas intime, la jeune femme possédant un caractère complexe. Peut-être même contradictoire, MacPherson le constatera durant son enquête. Le policier interroge Shelby Carpenter, dont l'alibi lui paraît imparfait. En outre, le fiancé est un chasseur ayant eu toute facilité de se procurer l'arme du crime. Surtout, Shelby est le bénéficiaire de l'assurance-vie contractée par Laura. Le policier rencontre aussi Suzanne, la tante de Laura, qui se montre fort acerbe concernant le fiancé de sa nièce. MacPherson et Waldo Lydecker visitent ensemble l'appartement de la victime, où trône un tableau remarquable, un portrait de Laura.

 

Selon le témoignage de l'employée de maison Bessie, elle a trouvé deux verres et une bouteille de whisky à son arrivée, après le crime. L'assassin ne venait donc peut-être pas de l'extérieur, comme on l'a pensé. Le policier mettra longtemps à comprendre pourquoi Shelby lui est familier. C'est l'homme idéal, vu par les publicitaires : “Shelby n'était que l'incarnation d'un rêve. C'était un présent que Dieu avait fait aux femmes. Je le détestais pour ce motif, et je détestais les femmes qui se laissaient prendre à cet escroquerie du romanesque.” Mark MacPherson s'avoue amoureusement attiré par la personnalité peu banale de Laura Hunt. Bientôt, ce n'est plus sur le meurtre de Laura qu'il devra enquêter, mais sur celui de Diane Redfern. Ce qui ne change pas forcément la liste de ses suspects principaux…

 

Il serait maladroit d'aller plus loin dans le résumé, cette intrigue réservant encore son lot de surprises. Si ce suspense psychologique est considéré comme un chef d'œuvre par tant de passionnés du polar (dont F.Guérif, qui le classe dans les cent meilleurs), ça ne doit rien au hasard. “J'offre ce récit, non point tant comme un roman policier que comme un roman d'amour” dit Waldo Lydecker. Oui, Laura exerce une évidente fascination sur les hommes qu'elle côtoie. C'est ce que saura magnifiquement exploiter Otto Preminger dans son film “Laura”, sorti en 1944. Les mélodies de jazz, les prises de vues et le jeu avec la lumière, l'interprétation des cinq acteurs centraux, et une intrigue impeccable, toutes les qualités étaient réunies pour réaliser un des plus grands films du cinéma policier.

 

C'est aussi la construction du roman qui constitue un de ses atouts favorables. L'histoire se compose de cinq parties. C'est Lidecker qui débute la narration, puis le policier qui va prendre la relève, avant un compte-rendu dialogué d'interrogatoire, suivi du point de vue de Laura, et c'est Mark MacPherson qui conclut le dossier. Magistrale virtuosité de la part de Vera Caspary, agençant avec maîtrise la position de chaque intervenant. Un classique de la littérature policière, qui n'a rien perdu de sa force captivante, ni de son charme.

 

Depuis le printemps 2014, les Éditions Omnibus rééditent en romans unitaires quelques titres incontournables destinés aux amateurs des meilleurs polars : Vera Caspary (Laura), Ellery Queen (Le cas de l'inspecteur Queen), Dashiell Hammett (Jungle urbaine), Mickey Spillane (J'aurai ta peau), G.K.Chesterton (La sagesse du père Brown), Nicolas Freeling (Psychanalyse d'un crime) sont disponibles.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com

Autres titres de
vera caspary



Etranges Vérités

livrenpoche
Chercher vera caspary



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar