Peace And Death CARGNELUTTI473

PATRICK CARGNELUTTI

Peace And Death


Aux éditions JIGAL


Visitez leur site

745

Lectures depuis
Le mardi 19 Decembre 2017

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Peace and death

sur
Amazone

fleche
fleche

Patrick CARGNELUTTI




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

À la résidence pour personnes âgées Les Lilas, le décès d’Odette Leuliez peut passer pour un simple accident. La vieille dame a fait une chute brutale, et s’est fracturée le crâne. Mis à part qu’elle n’aurait pas dû se trouver en pleine nuit à cet endroit. La policière Céleste Alvarez est chargée d’éclaircir cette mort suspecte. Elle sera bientôt rejointe par son ami et collègue Manu. Céleste recueille les témoignages, celui de l’aide-soignante de nuit, de la directrice Mme Chardonne. Elle se rend chez la famille Pierret, rencontrant la filleule de la défunte. Céleste demande encore l’avis du médecin traitant et du kiné d’Odette Leuliez. Tous connaissaient le côté geignard et la gourmandise de cette dame, adorant le sucré, mais elle ne se déplaçait qu’avec difficulté. En revanche, Céleste a quelque difficulté à obtenir des renseignements auprès de la voisine de chambre, Colette Wensby.

En effet, cette dernière vit davantage dans le passé, se remémorant des souvenirs. Il est vrai que son parcours ne fut pas du tout ordinaire. Colette était la fille de René Colson, un résistant aux fortes convictions communistes, et de son épouse Jeannette. Elle avait une vingtaine d’années quand mourut son jumeau Pierre. En 1966, René l’envoya séjourner chez un ami américain, qu’il connut durant la guerre, dans un ranch du Nevada. C’est là que, l’année suivante, Colette et Robert Hamilton devinrent intimes. Vivant çà et là de petits jobs, "Rob" était en route vers l’eldorado californien. Ayant volé 5000 dollars dans le coffre du ranch, le couple s’enfuit. En 1968, ils logèrent à Los Angeles, puis s’installèrent à San Francisco. Sans dilapider trop vite leur pactole, Rob commettait de petits larcins, pour le compte d’un receleur attitré. Que Colette soit enceinte les perturbaient peu.

Par contre, deux problèmes se posent alors. D’une part, Rob est appelé par l’Armée pour faire la guerre au Vietnam. D’autre part, il se produit une embrouille meurtrière impliquant son receleur, la mafia risquant de se venger sur Rob. La frontière canadienne est la plus proche, même s’il faut des complices pour la franchir. Ensuite, il faudra traverser tout le pays d’Ouest en Est, sacré périple en voiture pour le couple. Arrivés à Québec, trouver un embarquement pour l’Europe n’est pas sans amener d’autres complications. Envisager une nouvelle vie en France, ça ne peut se faire qu’avec l’aide de René, le père de Colette.

Les policiers s’aperçoivent que l’identité de Mme Wensby, qui fut longtemps libraire, est douteuse. Et que, même si ça ne suscita pas d’enquête sérieuse, la mort de René Colson fut criminelle. Face aux singularités comportementales de Colette, Céleste Alvarez doit essayer de l’apprivoiser. La vieille dame ayant souvent rusé au cours de son existence, pas si facile d’obtenir des confidences fiables. Elle évoque le passé de façon décousue, mais Céleste est patiente. Si Colette a bien eu un fils, Philip, ni Rob ni elle n’étaient des parents dans l’âme. Pour Céleste, comprendre le personnage de Colette n’est-il pas suffisant ?…

(Extrait) “— C’est tout de même étrange, lieutenant, l’interpelle soudain la technicienne. Il n’y a qu’une seule série d’empreintes sur les poignées de la porte. J’ai fait l’intérieur et l’extérieur, même résultat. C’est pourtant un lieu de passage ici. Tout le personnel y circule obligatoirement plusieurs fois par jour. Il y en a des multitudes sur la rampe, le mur, mais sur la clenche, celles d’une seule et unique personne.

— Et je suis prête à parier que ce sont celles de l’aide-soignante qui a découvert le corps, réplique Céleste. Elle est encore là-haut. Vous pourriez vérifier tout de suite, que nous en soyons assurées ? Cela signifierait évidemment que la poignée a été essuyée par quelqu’un qui ne voulait pas que nous trouvions ses traces.”

Ne nous trompons pas de lecture. Il ne s’agit pas d’un roman policier dont l’enquête serait le moteur. Certes, la lieutenant Céleste Alvarez cherche des éléments, examine les faits et l’environnement de la victime. Mais les clés de l’affaire figurent dans l’autre ligne de ce roman, parallèle aux investigations. C’est en plongeant dans la mémoire de l’héroïne de tribulations exceptionnelles, que l’histoire trouve sa force. Il y a le parcours de ses parents et de son frère, causes de ses décisions. Et nous voici vers la fin de la décennie 1960, au temps du "Flower Power". À une époque dont le slogan majeur était Peace and Love. Belle utopie, cet espoir que la Paix et l’Amour allaient révolutionner notre société.

Partir à l’aventure dans l’esprit de Jack Kerouac, d’Allen Ginsberg, de la Beat Generation, sur des chansons de Bob Dylan, de Jefferson Airplane ou de Buffalo Springfield ? Une idée de liberté guidait celles et ceux qui empruntèrent cette voie. Pourtant, dans certains cas, ce n’était probablement pas une sinécure. Car se marginaliser et fuir les obligations, ça a un prix. Colette et Rob se trouvèrent devant une série d’obstacles, pas infranchissables mais comportant parfois du danger. Avec “Peace and death”, roman noir diablement bien construit et très vivant, Patrick Cargnelutti nous fait partager le contexte de la toute-fin des années 1960. La psychologie des protagonistes – y compris celle du père de Colette – apparaît clairement dans l’action, balayant une quelconque lourdeur. Savoureuse intrigue.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Peace And Death

de
L A

L A
Au petit matin, le personnel de la résidence médicalisé pour personnes âgées, les Lilas, découvre au bas d’un escalier le corps sans vie d’Odette.
La chose parait simple : un accident nocturne. Odette aurait quitté sa chambre au beau milieu de la nuit, aurait déambulé dans les couloirs obscurs à la recherche de nourriture, son obsession.
Mais la lieutenante Céleste Alvarez, si elle ne repousse pas catégoriquement cette hypothèse, n’en est pas moins troublée par les circonstances du supposé accident : comment Odette a-t-elle réussi à franchir la distance qui sépare sa chambre de cet escalier, elle qui se déplace avec difficulté et à l’aide d’un déambulateur ; la porte qui conduit à cet escalier est normalement fermée à clé, comment a-t-elle pu l’ouvrir alors qu’elle ne possède pas les clés…
Meurtre ou accident ? Très vite Alvarez se convainc que Colette, la voisine de chambre d’Odette possède la réponse à cette question. Malheureusement, Colette se claquemure dans un mutisme qu’explique peut-être son récent AVC.

Deux univers, deux époques s’entrelacent jusqu’à la symbiose.
1967 : Le frère de Colette est mort… terrassée par le chagrin, Colette séjourne dans un ranch du Nevada, propriété d’un ami de guerre de son père… Colette rencontre Rob… Colette rencontre, l’amour unique et exclusif… La vie faite de larcins… la fuite perpétuelle… le Vietnam pour Rob… la grossesse… la fuite vers la France, en passant par le Canada… les faux papiers, les fausses identités
1967 : Collette est sur la route de l’exil, du retour, du drame
2017 : Colette se souvient… perpétuellement… en boucle. Elle ne vit plus elle revit son passé, son amour, sa tristesse. Colette vit dans le monde mythique de son passé, alors qu’autour d’elle s’agitent des soignants débordés, sous pression permanente
2017 : Et si, surgie de ce passé lointain, une menace se profilait dans ce présent imaginaire ?

Patrick Cargnelutti offre aux lecteurs un roman où l’absurde de la vie a raison de l’Amour, un roman au réalisme pessimiste qui se dévore avec voracité
 

livrenpoche
Chercher patrick cargnelutti



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar