Hollywood Monsters BOURLAND409

FABRICE BOURLAND

Hollywood Monsters


Aux éditions 10/18


Visitez leur site

878

Lectures depuis
Le jeudi 22 Janvier 2015

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Hollywood monsters

sur
Amazone

fleche
fleche

Fabrice BOURLAND




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

À Londres, James Trelawney et Andrew Singleton ont acquis une belle réputation en tant que “détectives de l'étrange”. En cet automne 1938, la paix n'est que relative en Europe après les fallacieux Accords de Munich. S'il ne renonce pas à prévoir un séjour sur le continent, le duo s'accorde d'abord quelques vacances aux États-Unis. Ils y retrouveront un ancien compagnon d'université, Stuart Latham Dauncey. Comédien sans avenir, celui-ci s'est reconverti comme rédacteur au “Hollywood Citizen-News”. Échotier du cinéma, où la production très active de films entraîne infos et rumeurs, Stuart Dauncey connaît sa part de notoriété. La villégiature des détectives est programmée de fin-novembre à mi-décembre.

C'est au “Mayflower Hotel” de Los Angeles qu'ils louent une suite. Ainsi James Trelawney peut-il fréquenter les soirées mondaines, espérant y côtoyer les stars féminines du monde hollywoodien, tandis qu'Andrew Singleton va passer son temps à la bibliothèque, la Los Angeles Public Library. Il y étudie la vie et l'œuvre de Jack London, ainsi que les troublants mouvements eugénistes qui se sont créés en Californie. La sélection génétique apparaît tel un symbole de modernité, légitime à cette époque. Au soir d'une journée festive, le duo se trompe de route pour regagner la ville, se perdant dans les brumes de Mulholland Drive. Du côté de Malibu Lake, leur automobile heurte un effrayant personnage, qui s'enfuit.

“C'était une sorte de créature fantastique mi-homme, mi bête, échappée tout droit d'un conte populaire, et dont les yeux ténébreux étaient fixés sur moi. Sa face toute entière, ses oreilles, son cou, de même que l'extrémité de ses membres, tout chez lui était recouvert d'une épaisse fourrure.” Singleton et Trelawney pensent avoir vu une sorte de loup-garou. À moins qu'il ne s'agisse d'un canular, d'une opération publicitaire en ces temps où les films d'horreur font la fortune des studios de Hollywood ? Si le duo est perturbé, l'histoire amuse leur ami Stuart Dauncey. Néanmoins, on apprend qu'une jeune femme a été sauvagement égorgée ce soir-là vers minuit près de Malibu Lake.

Stuart identifie rapidement la victime, Innes Crowrie, serveuse dans un cabaret, l'Angels Club. Singleton et le journaliste partent à la découverte de l'établissement, qui s'avère singulier. On peut y assister à des spectacles avec des artistes genre sœurs siamoises, des Freak Shows. Le couple de propriétaire, Sam Llewellyn et sa femme Eileen, prétendent ainsi protéger ces monstres humains. Innes Crowrie avait aussi sa particularité physique. Ils suspectent un des deux nains ayant rôdé récemment autour du club. À la bibliothèque, Singleton s'informe plus tard sur le syndrome d'Ambras, possible explication concernant le lycanthrope qu'ils pensent avoir vu cette nuit-là.

De retour sur Mulholland Highway, Trelawney et Singleton explorent les alentours du cottage du crime. C'est en face, dans Malibu Lake, qu'ils découvrent le cadavre de leur loup-garou. Ils alertent la police, en la personne du sergent Terrence Latimer. Le capitaine Chambers serait, lui, d'avis de clore cette affaire. Le défunt lycanthrope possédait un livre de Victor Hugo, “L'homme qui rit”, qui fut adapté au cinéma. L'aide de Random et Brisbee, le duo de nains suspecté par Llewellyn sera fort utile aux deux détectives. C'est dans le désert Mojave qu'ils trouveront des réponses, dans un “castello” de style mauresque...

Lorsqu'on veut faire évoluer des héros dans un contexte aussi complet que possible, il est indispensable de se documenter très précisément. Ce qu'à fait l'auteur, pas uniquement sur le cinéma ou au sujet des phénomènes de foire appelés Freaks, mis en valeur par le célèbre film de Tod Browning. Les décors et la géographie de Los Angeles et de sa région sont aussi évocateurs, ainsi que l'ambiance festive en ces temps de Prohibition. Parmi les mouvements intellectuels, la Société Théosophique et ses théories raciales sont également esquissées. Depuis peu, c'est le triomphe pour les adaptations des romans noirs tels ceux de Raymond Chandler, avec Humphrey Bogart ou autres “gueules” du grand écran.

Toutefois les films d'horreurs séduisent encore. Si la carrière du cinéaste Tod Browning se termine presque, Boris Karloff, Basil Rathbone, Lon Chaney Jr, Lionel Barrymore ont toujours un public. C'est dans cette ambiance-là que débarque ce duo d'enquêteurs, plutôt dans la tradition de Holmes et Watson. Ils sont davantage habitués à une part de mystère irrationnel, que leurs confrères américains. Leur ami reporter Stuart Dauncey fait le lien entre les deux cultures. Hommage est rendu aux monstres humains exhibés dans les Freak Shows, tandis que Trelawney et Singleton sont plongés dans une aventure aussi palpitante que troublante. Un riche et captivant suspense !

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Hollywood Monsters

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Parution le 15 janvier 2015. 336 pages. 7,50€.

La monstrueuse parade se fait du Freak !

Une simple affiche de cinéma peut, sinon changer le cours du destin, offrir une troisième possibilité dans le choix du lieu de vacances envisagées.

Se remettant difficilement d'une entorse à la cheville, provoquée par une chute lors d'une précédente aventure, Andrew Singleton se demande en ce 11 novembre 1938, s'il va se rendre, en compagnie de son ami James Trelawney, à Biarritz ou à Cannes. Finalement ce sera à Los Angeles et ses environs, à La Mecque du cinéma (on a encore le droit d'associer le nom de ce lieu de recueillement et de prières à celui d'une production de divertissements ?). Et tout ça parce que Trelawney a aperçu une affiche représentant Janet Gaynor dans Une étoile est née.

Les bagages sont rapidement bouclés et après un voyage maritime puis aérien, ils retrouvent au bout de quelques jours leur ami et ancien condisciple Stuart Latham Dauncey. Après avoir vainement tenté de se faire un nom comme acteur, mais végétant dans des rôles de figurant, prenant quand même un peu de galon dans ce dur métier, Stuart a eu l'opportunité de devenir journaliste. Ses articles humoristiques et corrosifs lui valent désormais d'être reconnu comme un éditorialiste passionné et apprécié de la profession cinématographique et surtout des lecteurs.

James et Andrew visitent à bord d'un véhicule de location les environs de Los Angeles, se promenant sur les contreforts de Santa Monica, Venice et autres endroits réputés. Et c'est ainsi qu'un soir de brouillard, alors qu'ils se sont trompés de route, ils manquent écraser un individu bizarre, recouvert de poils, à l'attitude et l'allure lycanthropiques. Avant de s'enfoncer dans les fourrés vers le lac Malibu, il jette un regard noir et agressif aux deux amis. Du moins c'est ce que Andrew perçoit. Ils sont persuadés avoir eu devant un loup-garou.

Peut-être n'est-ce qu'un personnage destiné à figurer dans l'un des nombres films de monstres qui sont alors en tournage et qui ont la côte auprès des spectateurs. Alors qu'ils s'entretiennent sur les événements qui se déroulent en Europe, l'hégémonie hitlérienne et la montée de plus en plus prégnante du nazisme, un entrefilet dans un journal attire l'attention d'Andrew. L'article évoque le mouvement eugéniste californien, une organisation implantée à Pasadena, et qui promeut l'amélioration de l'espèce humaine en favorisant la stérilisation contrainte concernant ceux qui sont considérés comme tarés, dingues et autres idiots. Andrew passe son temps à la Los Angeles Public Library, explorant les légendes du folklore indigène, remarquant un homme très discret qui dévore des ouvrages thématiques sur la toxicologie et la médecine légale.

Mais un autre événement survient, à la plus grande joie de Stuart qui déclare ne s'être jamais autant amusé, mais qui n'en est pas moins tragique. Une jeune femme a été sauvagement égorgée (dixit le journaliste) la veille sur Mulholland Highway, près du lac Malibu. Quasiment au même endroit et à la même heure de leur nez-à-nez avec la bête humaine. Stuart tient ces informations de première main, et il ajoute que le cadavre aurait été découvert près d'un cottage et qu'une voiture semblait abandonnée. Une piste qui les emmène à l'Angels Club, établissement dans lequel travaillait la morte. L'Angels Club est une boîte de nuit très particulière comme vont s'en rendre compte nos enquêteurs. Ils sont reçus par une jeune femme charmante dont la particularité est de posséder une extension caudale dissimulée sous sa robe. Des sœurs siamoises, puis des frères, s'exhibent sur scène et d'autres monstres selon la terminologie de l'époque n'ont trouvé que ce genre d'endroits pour sinon exister, du moins vivre. Une anomalie apparait lors de l'autopsie de l'assassinée : elle possédait trois seins, ce qui peut flatter la main d'un honnête homme mais est toutefois lourd à porter.

Et c'est ainsi qu'Andrew, James et Stuart vont évoluer dans un monde parallèle, celui des défavorisés par la nature, à l'Angels Club et en d'autres endroits, jusque dans le désert Mojave, aidés par justement des personnages dont les difformités ne font rire que les imbéciles. Par exemple deux nains vont les aider dans leurs démarches et les tirer parfois du pétrin. Des nabots (il est bon de signaler que de nos jours en langage politiquement correct on ne dit plus nain mais individu à verticalité réduite !) qui veulent monter une association permettant une reconnaissance de leur statut, notamment pour leurs amis jouant dans le film le Magicien d'Oz, et les sortir du ghetto dans lesquels ils sont enfermés, celui de l'exhibition de phénomènes de foire.

Fabrice Bourland dans ce roman s'amuse véritablement et les cinéphiles avertis et nostalgiques seront comblés. Mais toutes ces références cinématographiques, même s'ils sont un hommage au cinéma américain d'avant-guerre, ne servent qu'à planter le décor, les "monstres" étant les personnages principaux de cette histoire dont le prolongement s'inscrit dans une démarche pseudo-scientifique.

Fabrice Bourland évoque avec pudeur et réalisme cette période trouble qui traite de la perfection de l'être humain, sous des prétextes fallacieux et qui ouvre les portes de nombreux laboratoires gérés par ceux que l'on appelle les savants fous. Si la promulgation en Californie le 26 avril 1909, de la loi officialisant les vasectomies chez l'homme et les ligatures de trompes chez la femme, il ne faut pas non plus oublier que des recherches scientifiques ont également été effectuées dans des camps par les nazis durant la seconde guerre mondiale et que ces prises de position sont avancées de façon récurrente, sont les prémices de la manipulation génétique.

Fabrice Bourland touche à un domaine sensible sans ostentation, sans violence, sans persifflage, avec l'humanisme d'un observateur qui ne peut rien changer mais n'en pense pas moins. Un roman de divertissement, certes, mais qui donne à réfléchir également, même si, à notre simple niveau, nous ne pouvons pas faire grand chose pour annihiler les prétentions de certains scientifiques qui sont plus monstrueux, moralement, que ceux qui sont justement catalogués comme monstres ou erreurs de la nature.

Insérer une histoire dans une période assez récente, demande de la part de l'auteur rigueur et documentation afin d'étayer ses propos et les situations qu'il décrit. Fabrice Bourland fait renaitre ce cinéma de la fin des années trente, avec le déclin annoncé des films d'horreur et celui naissant du film noir adapté d'œuvres de Raymond Chandler et de Dashiell Hammett. Mais il le fait sans forfanterie avec une jubilation communicative. Deux romans, qui ont marqué leur époque mais restent toujours des références pour diverses raisons, sont cités et résumés, tout au long du récit : Le Vagabond des étoiles de Jack London et L'homme qui rit de Victor Hugo, et ce n'est pas un choix anodin.

Un autre avis ? Vous le trouverez chez Action-Suspense :

http://www.action-suspense.com/2015/01/fabrice-bourland-hollywood-monsters-ed-10-18-2015.html

Deux ouvrages de Fabrice Bourland sont présenté ici :

http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/2014/12/fabrice-bourland-le-fantome-de-baker-street.html

http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/2014/12/fabrice-bourland-les-portes-du-sommeil.html

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
fabrice bourland



La Dernière Enquête Du Chevalier Dupin

Le Diable Du Crystal Palace

Le Fantôme De Baker Street

Le Fantôme De Baker Street.

Les Portes Du Sommeil

livrenpoche
Chercher fabrice bourland



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar