Confidences Mortelles BLEECK420

OLIVER BLEECK

Confidences Mortelles


Aux éditions SERIE NOIRE


Visitez leur site

582

Lectures depuis
Le samedi 11 Avril 2015

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Confidences mortelles

sur
Amazone

fleche
fleche

Oliver BLEECK




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

The Procane chronicle - 1971. Traduit de l'américain par S. Hilling. N°1518: Parution septembre 1972. 256 pages.

La parole s'envole, les écrits restent...

Ex-journaliste reconverti comme médiateur entre voleurs et spoliés, Philip Saint-Ives doit procéder en pleine nuit à une transaction dans un Lavomatic. Lieu rêvé pour un blanchiment d'argent ?.

Au lieu du sac contenant les documents appartenant à Procane - un truand sur qui la police ne possède aucune charge - et qu'il est chargé de récupérer contre une rançon de 90 000$, il découvre le cadavre d'un petit truand, Bobby. Il est surpris par un jeune flic bientôt rejoint par deux inspecteurs, Deal et Oller. Il prévient aussitôt Greene, son avocat, qui grâce à ses relations le fait libérer.

Le voleur de documents - des cahiers écrits par Procane dans lesquels il narre ses antécédents et les plans des hold-up qu'il a en prévision - lui donne un nouveau rendez-vous. En attendant le jour fixé pour la livraison, Saint-Ives se renseigne sur Bobby et apprend qu'il avait acheté les carnets à un truand nommé Peskoe. Seulement lorsque Saint-Ives se présente à l'hôtel où vivait ce dernier, l'homme n'est plus qu'un cadavre gisant sur la chaussée.

Saint-Ives a la désagréable surprise de reconnaître parmi les badauds un couple travaillant pour Procane : Miles Wiedstein et Janet Whistler. D'après Janet, eux aussi étaient sur les traces de Peskoe et la fouille dans la chambre du mort n'a rien donné. Le réceptionniste se rappelle avoir vu deux hommes monter, c'est tout. L'échange s'effectue sans problèmes mais il manque quatre pages à l'un des cahiers : la description du vol à des trafiquants de drogue que Procane devait réaliser le lendemain.

Au cours de l'entretien il avoue à Saint-Ives avoir recours à un psychiatre et lui propose de devenir son mémorialiste. L'agent Frann, celui qui avait procédé à l'arrestation de Saint-Ives, occupe ses loisirs à le surveiller. C'est ainsi qu'il a aperçu le destinataire de l'échange. Saint-Ives prévient l'inspecteur Deal et demande à ce que Frann soit retiré pour un temps de la circulation. Frann est retrouvé mort dans sa voiture et Saint-Ives est obligé de donner le nom de son client à Deal et Oller qui rencontrent Procane.

Le hold-up projeté par Procane, auquel il assiste en compagnie de ses acolytes et de Saint-Ives, a lieu dans un cinéma en plein air de Virginie et se déroule pratiquement tel qu'il l'avait imaginé. Sauf que les voleurs ne pensaient pas que l'instigateur du plan allait être sur place à les surveiller et leur prendre le butin.

Ce roman dû à Oliver Bleek, alias Ross Thomas, oscille entre sérieux et humour. Une histoire originale guère crédible dans laquelle on se laisse prendre et à l'épilogue moral. Ross Thomas possède l'art de fignoler ses intrigues mais pour une fois il ne s'attaque pas aux magouilles politiques. Son personnage de médiateur entre spoliés et truands se révèle sympathique sans s'ériger en superman.

Curiosité:

Procane rêve d'une adaptation cinématographique de sa biographie, avançant les noms de Steve McQueen ou Brando, à la rigueur Lee Marvin pour tenir son rôle. Ce roman a été effectivement adapté à l'écran avec Charles Bronson et c'est John Houseman qui jouait le truand.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher oliver bleeck



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar