Erika BENOTMAN419

HAFED BENOTMAN

Erika


Aux éditions DU HORSAIN


Visitez leur site

684

Lectures depuis
Le vendredi 3 Avril 2015

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Erika

sur
Amazone

fleche
fleche

Hafed BENOTMAN




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

La nuit, même en prison, il y a toujours un moyen de prendre son pied. S'envoyer en l'air, mais pas en se faisant sauter par un codétenu : “Vous sortiriez bien de vos cellules me la mettre profond… Hein, les hommes ! Pas pédés, les gars, mais là vous me casseriez bien les fesses ! Je vous fracasserais la gueule, quitte à me faire détruire la mienne.” Non, pour la jouissance, il vaut mieux compter sur Erika. Si l'on est tant soit peu inspiré, si on sait la caresser même quand elle est toute froide au début, le bonheur ne tarde pas à monter. Si on a du doigté, elle réagit en se faisant entendre : “Le bruit infernal de ta jouissance, Erika, se démultiplie de cellule en cellule, de numéro d'écrou en numéro d'écrou.” Après 22 heures, ça excite évidemment les autres taulards, tant de liberté sonore.

Pourtant, c'est juste en souvenir de son pote Raymond, qu'il se sent la force de chanter en chœur avec sa belle Erika. Ils sont moins hermétiques à son art, les prisonniers, quand ils ont besoin de ses services pour écrire un courrier au juge, au procureur, à l'avocat, à leur famille, à leur femme probablement infidèle pendant leur incarcération. Dans ces cas-là, c'est bien lui et son Erika qui doivent se substituer à leur inculture de minables voyous. Moquez-vous de l'Écrivain, les gars !

Il n'empêche que ça dérange ces messieurs les détenus, ça perturbe le sommeil de ces braves prisonniers. Alors, on réclame le maton, qu'il aille chercher ses clés pour faire taire les délires orgiaques et nocturnes du copain d'Erika. On requiert même l'intervention du directeur de l’Établissement Pénitentiaire. Direction le mitard, le cachot pour une traversée de quarante jours. Ça cogite dans la tête pendant ce genre de villégiature. De quoi virer dingue aussi à fantasmer, si on a le moral à zéro. Lui, de penser à son défunt pote Raymond et à sa douce Erika qui l'attend, ça lui apporte une certaine dose d'évasion…

Le cœur d'Abdel Hafed Benotman a lâché le 20 février 2015, il avait cinquante-quatre ans. Apatride, braqueur récidiviste plusieurs fois condamné, son dernier séjour en prison s'est terminé en 2007. Pourtant, l'autre vie d'Hafed Benotman, depuis bon nombre d'années déjà, c'était l'écriture. Théâtre, nouvelles, romans et poésie, il exprima sa force créatrice par tous les moyens. Ces dernières temps, l'échange avec des scolaires et diverses animations l'ont rendu très heureux, avec la satisfaction de partager ses passions.

Hafed, ex-taulard réglo et rebelle, ne s'est jamais pris pour un intellectuel : “Quand un connard de socio me dit que la lecture et l'écriture avaient dû me permettre de m'évader de ma dure condition d'enfermé… Je ferme ma gueule. Ces cons d'intellos ne savent vraiment pas la vraie beauté risquée d'une évasion. La liberté ou la mort, loin, très loin de leur littérature thérapeutique” écrit-il dans cette nouvelle, publiée post-mortem. Un texte à découvrir, à lire (et à relire, afin de savourer) pour soi ou à haute voix. D'ailleurs, Hafed avait fait de cette nouvelle une lecture-spectacle. Voilà comment celles et ceux qui ont connu l'écrivain Abdel Hafed Benotman se souviendront de lui, et même si l'on n'a pas eu cette chance de le côtoyer, il faut lire des textes tels que celui-ci.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Erika

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Parution Avril 2015. 44 pages. 5,00€.

Version numérique Editions Ska. juin 2013. 0,99€.

Non, Erika n'est pas une fille venue du froid, c'est une fille qui promet un bout de ciel bleu...

Un détenu entretient toujours une petite fleur qu'il cache soigneusement de la vue de ses codétenus. Une amie, une confidente, une maîtresse.

Erika qu'il l'appelle, et s'est vrai que ses doigts se délectent à la toucher, la caresser, et il la sent vibrer et jouir en exprimant des :

A.Z.A.Z A.Z.A.Z. A.Z.A.Z. A.Z. DRING !

C'est une mélopée un peu répétitive certes, mais il communique avec Erika, il lui parle, elle lui répond par onomatopées. Sa présence lui donne tant de joie, lui fait tant de bien.

Elle est fidèle Erika, elle est sensible, et il en prend soin. Il la pose sur des couvertures, mais parfois c'est direct sur la planche qui lui sert de table qu'il la dépose.

Et les autres crient au scandale, au raffut que tous deux font le soir, la nuit.

Ne vous méprenez pas, Erika n'est qu'une machine... à écrire, et pour celui qui est en prison, qui aime les mots, qui vide sa rancœur, sa bile et sa haine des matons, qui apprécie plus que tout la liberté, Erika est son âme sœur, son soutien, son double, son évasion.

Décédé le 20 février 2015, Abdel Hafed Benotman n'avait que cinquante quatre ans. Il a connu la prison, il a écrit des livres, et il possédait en lui ce que Milton Mezz Mezzrow appelait La rage de vivre.

Son œuvre se compose de poésie, de pièces de théâtre, de chansons, de scénarios de films, de nouvelles comme Erika. Il est décédé avant d'avoir tout dit, tout écrit, mais Erika, c'est un peu son testament littéraire qui est prolongé par une correspondance avec Brigitte Guilhot, La peau sur les mots, édité chez Ska et que je vous présenterai plus tard.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher hafed benotman



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar