La Nuit Des Temps BARJAVEL269

BARJAVEL

La Nuit Des Temps


Aux éditions POCKET


Visitez leur site

91

Lectures depuis
Le lundi 2 Octobre 2012

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
La nuit des temps

sur
Amazone

fleche
fleche

 BARJAVEL




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

La nuit des temps ou la nuit détend ?

En mission dans l’Antarctique, le professeur Simon et ses collègues testent un nouvel appareil destiné à sonder les profondeurs, tout en sachant qu’ils ne vont trouver que de la glace, encore de la glace, toujours de la glace et peut-être des rochers enfouis tout en dessous. Un sondeur révolutionnaire qui prouve son efficacité lorsque l’un des scientifiques croit percevoir un bruit. Bientôt les glaciologues sont édifiés, un son régulier leur parvient. Et il ne s’agit pas d’une erreur car les autres appareils de sondage détectent les mêmes anomalies au même endroit. Les graphiques analysés détaillent une sorte d’escalier qui s’enfoncerait sous terre, ou plutôt sous glace. Et lors des premiers forages entrepris, l’existence d’un escalier est avérée.

De nombreux scientifiques de toutes les nationalités, américaines, russes, européennes, japonaises, rejoignent la petite équipe dirigée par le professeur Simon. Une traductrice informatique sophistiquée est mise à leur disposition afin que tous puissent se comprendre sans problème. Une traduction simultanée quasi parfaite. D’autres appareils à la pointe des progrès scientifiques relaient leurs travaux et leur avancée sous les glaces, dont des satellites qui diffusent en direct sur toutes les télévisions du monde. Le commun des mortels a accès à l’information.

Bientôt les glaciologues et leurs collègues arrivent dans des salles qui dénotent qu’une vie avant la vie a existé. Leur surprise, leur étonnement est porté au summum lorsqu’ils se retrouvent devant une sorte d’œuf immense, réalisé dans une matière qui est de l’or pur. A l’intérieur deux coffres, semblables à des cercueils, ce qu’ils sont d’ailleurs, contenant deux corps humains plongés dans une hibernation datant, les instruments sont formels, de 900 000 ans !

Je passe sur quelques détails techniques, qui par ailleurs ne sont en aucun cas rebutants mais un peu long à décrire, pour arriver à l’objet de cette découverte. Un homme et une femme. C’est alors que les scientifiques commentent une erreur.

Ils parviennent à réveiller la femme et apprennent qu’elle se nomme Eléa. Elle parle un langage inconnu mais la Traductrice parvient à décrypter des bribes puis à s’approprier le vocabulaire de cette représentante d’un pays nommé Gondawar. Et peu à peu ils vont apprendre l’histoire de ce pays et ce qui est arrivé.

 

Ce roman a été écrit en 1966 et il est amusant de voir que certains événements développés dans ce livre se déroulent peu après, comme la révolte des étudiants. Dans quelles circonstances, vous me permettrez d’être discret et de pas les dévoiler. Sans être un visionnaire, René Barjavel, tout comme Jules Verne en son temps, anticipe des progrès techniques qui aujourd’hui peuvent être assimilés à ce que nous connaissons aujourd’hui. Les satellites relais pour la diffusion de programmes télévisés, par exemple. Des clés magnétiques personnalisées permettant non seulement d’ouvrir des portes, mais de servir comme moyen de paiement et détenir des informations sur son propriétaire, ce qui équivaut à un combiné entre la clé USB et la carte-bleue. Plus quelques autres bricoles à découvrir dans ce roman.

Cinq ans avant la publication en 1973 de Quand la Chine s’éveillera d’Alain Peyrefitte, René Barjavel écrit : Les gouvernements des pays riches s’étaient mis d’accord, en dehors des Nations Unies, pour protéger malgré eux les savants et leur merveilleux et menaçant trésor, contre un raid possible du plus puissant des pays pauvres, dont la population venait de dépasser le milliard.

René Barjavel revisite quelques mythes comme ceux de Roméo et Juliette et l’Atlantide, mais l’on pourrait se demander si Edouard Molinaro ne s’est pas légèrement inspiré du début du roman pour son film Hibernatus mais celui-ci était une adaptation d’une pièce de théâtre écrite par Jean Bernard-Luc en 1957.

Ce roman dépasse le cadre strict de la science-fiction, ou plutôt de l’anticipation, pour mêler plusieurs thèmes qui se marient avec minutie : la chronique scientifique évidemment, mais également une double histoire d’amour et l’aventure exotique, dans le sens de l'insolite géographique, ethnologique et culturel, dans une partie du monde peu souvent visitée, le grand Sud glaciaire. Le seul point que René Barjavel n’avait pas imaginé à l’époque est la fonte des calottes glaciaires, or l’intrigue de ce roman se déroule à une période indéterminée que l’on pourrait situer au milieu du XXIème siècle, et l’on ne sait si cette histoire pourrait réellement se dérouler dans les mêmes conditions à cause de cette dégradation.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher barjavel



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar