Un été à Pont-aven BANNALEC353

JEAN-LUC BANNALEC

Un été à Pont-aven


Aux éditions PRESSES DE LA CITE


Visitez leur site

934

Lectures depuis
Le samedi 19 Avril 2014

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Un été à pont-aven

sur
Amazone

fleche
fleche

Jean-luc BANNALEC




Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

CLAUDE LE NOCHER

Voilà plus de deux ans et demi que le commissaire parisien Georges Dupin est en poste à Concarneau. Il commence à s'adapter au sud-Finistère, à en apprécier les charmes. En ce début d'été, un meurtre vient d'avoir lieu non loin de là, à Pont-Aven. Dupin n'ignore pas que cette bourgade est connue pour avoir autrefois abrité une grande colonie d'artistes, dont Paul Gauguin. Justement, c'est à l'hôtel Central, qui fut le repaire des peintres, qu'on a assassiné le patron. Âgé de quatre-vingt-onze ans, Pierre-Louis Pennec était un homme de haute taille au corps mince musclé et aux cheveux gris. Il était le descendant de Marie-Jeanne Pennec, qui hébergea jadis les artistes. Veuf depuis vingt ans, Pennec a un demi-frère, André, ancien indépendantiste parti faire de la politique sur la Côte d'Azur. Il a aussi un fils, Loïc, qui est marié et qui doit diriger l'hôtel à son décès.

Patron du Central depuis 1947, c'était une vocation pour Pierre-Louis Pennec. Toujours assisté par Francine Lajoux, à son service depuis trente-sept ans, il continuait à s'occuper de la bonne marche de son établissement. Il avait des habitudes régulières, comme le montre son emploi du temps des derniers jours. À part quelques appels téléphoniques vers Paris, et une discussion animée avec un inconnu, rien à signaler. Selon son médecin traitant, qui est également celui du policier, Pennec souffrait d'un sérieux problème cardiaque. Loïc Pennec affirme que son père était un homme d'affaires avisé, mais certes pas avide de richesses. Une de ses maisons est occupée par Fragan Delon, son ami de toujours, et l'autre par Francine Lajoux. La notaire confirme que, dans son testament, il a aussi été généreux envers d'autres personnes que sa famille.

Entre son adjoint l'inspecteur Le Ber assisté des autres policiers locaux, et Nolwenn qui gère le secrétariat du commissariat, Georges Dupin peut faire évoluer l'enquête à sa guise. Il fait davantage confiance à Francine Lajoux, qu'à André Pennec ou qu'à Frédéric Beauvois, directeur de l'association s'occupant du musée de Pont-Aven. Ce dernier a lancé plusieurs initiatives destinées à valoriser le souvenir des peintres ayant vécu ici. Pennec a financé tout ou partie de ces projets, parfois coûteux comme la climatisation des salles d'exposition. La nuit suivant celle du crime, on a fracturé un accès pour y entrer sans rien emporter. Dupin a besoin d'un expert extérieur à la ville, connaissant en détails l'histoire des artistes passés à Pont-Aven. En effet, il serait surprenant que le meurtre soit sans lien avec la peinture. C'est Marie Morgane Cassel qui va jeter un regard de pro sur cet aspect de l'affaire...

Nombre d'auteurs bretons ont déjà écrit des polars dont les intrigues se placent dans cette région, en particulier du pays bigouden aux confins morbihannais. On compte quelques romans, enquêtes actuelles ou contextes historiques, s'inspirant des peintres qui jadis s'installèrent à Pont-Aven. Outre Gauguin, c'est là que beaucoup d'artistes (y compris des Impressionnistes et certains Américains) affirmèrent leur style, leur touche personnelle, on le sait.

Ce qui fait d'abord la singularité de ce livre, c'est que l'auteur n'est pas Breton, mais Allemand. Jean-Luc Bannalec est un pseudonyme (Bannalec est une commune à une douzaine de kilomètres de Pont-Aven). Néanmoins, l'auteur fréquente le secteur depuis assez longtemps, pour en connaître les lieux, les paysages, les ambiances. D'ailleurs, le récit débute à Concarneau, au café de l'Arsenal, qui garde la mémoire du nommé Maigret.

Si son patronyme vient du chevalier Auguste Dupin, le détective créé par Edgar Poe, il n'est pas douteux que Georges Dupin tienne son prénom de Simenon, ni que sa méthode soit très proche de celle du commissaire Maigret. L'enquête se déroule sur quatre jours, avec interrogatoires en bonne et due forme, pistes qui se dessinent progressivement, et personnages aisément identifiables grâce à des portraits nuancés. Sans être hautement comiques, certains passages nous permettent de sourire. C'est surtout la véracité des décors, et du passé de cet endroit, qui offre un charme supplémentaire au sujet policier. L'auteur s'inscrit dans la belle tradition classique du roman d'investigation, et nous offre un joli séjour du côté de Pont-Aven.

Retrouvez
CLAUDE LE NOCHER
sur
action-suspense.over-blog.com


Une autre lecture du

Un été à Pont-aven

de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

: (Bretonische Verhältnisse -2012. Traduit de l'allemand par Amélie de Maupeou).

 

L'exotisme, paraît-il, est un phénomène culturel de goût pour l'étranger.

Et nul doute que la Bretagne est une province exotique pour les Allemands. Pour preuve ce phénomène littéraire outre-rhin à l'encontre d'un roman ayant pour cadre Concarneau et Pont-Aven. L'auteur qui se cache derrière un pseudonyme breton, Bannalec est une aimable commune de Cornouailles proche de Pont-Aven justement, est un Allemand qui réside quelques mois par an en Bretagne et s'est épris de cette région au point de pouvoir se présenter comme germano-breton et de bluffer ses compatriotes.

Ce roman s'est vendu en effet à plus de 440 000 exemplaires depuis sa parution au printemps 2012. Succès confirmé par la sortie en poche estimée à 150 000 exemplaires. Et ce n'est que le premier de la série consacrée au commissaire Dupin, le deuxième marchant sur la même voie du succès. Le troisième doit paraître incessamment sous peu (source Ouest-France du 29 mars 2014).

Mais qu'est-ce qui a provoqué cet engouement ? Le décor sans aucun doute, car Concarneau et Pont-Aven méritent le détour des touristes et offrent une ouverture vers le large, l'inconnu, les îles lointaines. Le personnage de Dupin qui, outre ce nom qui a marqué la littérature policière sous la plume d'Edgar Poe, possède l' aspect physique et certains traits de caractère du commissaire Maigret.

Après une carrière parisienne, Dupin a été muté dans le Finistère pour des raisons personnelles et depuis trois ans qu'il est en poste, il s'est pris à aimer, apprécier et s'intéresser à ce bout de terre et à ses habitants. Quelques enquêtes rondement menées lui ont acquis l'estime des autochtones, mais faut avouer qu'il possède en Nolwenn une secrétaire efficace, dévouée, toujours sur la brèche et capable de résoudre tous les problèmes en un tour de main et deux appels téléphoniques. Mais Dupin possède ses tics. Par exemple il coupe souvent son téléphone portable, ce qui énerve ses adjoints. Seule Nolwenn dans ce cas peut le joindre. Enfin, il consigne sur un petit carnet, toujours la même marque et le même format, ses notes, importantes ou non, et ne sait plus parfois à quoi ses écrits correspondent.

Alors qu'il s'apprêtait à assister, contre son gré, à une manifestation en remplacement du Préfet, le commissaire Georges Dupin est mandé pour une affaire de meurtre à Pont-Aven. Normalement ce n'est pas sa circonscription, puisqu'il est en poste à Concarneau, mais son collège étant en vacances, il le remplace au pied levé.

Le défunt n'est autre que Pierre-Louis Pennec, propriétaire de l'hôtel Le Central, fondé par sa grand-mère Marie-Jeanne, célèbre figure locale qui accueillit dès le milieu des années 1860 des peintres dont Henri Bacon qui incita ses confrères américains à s'installer ou à séjourner dans la petite cité puis en 1886, Paul Gauguin dont le nom est indéfectiblement attaché à la cité des peintres. Pierre-Louis Pennec avait quatre-vingt onze ans, mais il dirigeait de main de maître l'hôtel, efficacement secondé par madame Lajoux, la gouvernante, depuis plus de trente ans à son service. Sinon il avait un fils, Loïc, la soixantaine, marié, qui toute sa vie a subi l'emprise de son père. Et il a aussi un frère, André, qui vit depuis des décennies dans le sud de la France et pas mal réussi puisqu'il est député. Les deux frères ne se voyaient guère, un différent les opposant depuis la nuit des temps ou presque.

Il ne faut pas oublier Fragan Delon, le seul ami de Pierre-Louis Pennec, un taiseux, peut-être est-ce pour cela qu'ils s'entendaient bien ensemble. Et Frédéric Beauvois, professeur d'art en retraite, président de l'association des peintres du village et guide conférencier auprès des invités de marque en visite dans le village. L'une des première chose à faire est de demander au notaire le contenu du testament, contenu qui ne laisse pas de surprendre Dupin. Mais une autre surprise attend le commissaire : son médecin traitant tente de le joindre, vainement au téléphone. Dupin pense à une mauvaise surprise concernant sa santé, il avoue être une cafetière ambulante. Non, ce n'est pas lui qui est en cause mais Pennec. Le toubib l'avait ausculté quelques jours auparavant et selon lui, son patient n'avait plus que quelques jours à vivre. Bref l'assassin aurait dû se montrer patient, justement, et la maladie aurait fait le travail à sa place.

Bientôt un tableau de Gauguin va perturber les neurones de Dupin et il demande à une jeune professeur d'art de Brest Marie-Morgane Cassel de l'aider à débrouiller un imbroglio pictural. Il s'agit de La vision après le sermon, dont tout laisse à penser qu'il s'agit d'une copie.

Ce roman, plaisant à lire, de facture classique, possède son charme mais l'auteur ne peut s'empêcher de procéder à quelques poncifs. Mais les romanciers français n'en font-ils pas autant lorsqu'ils placent l'action et le décor de leurs romans aux Etats-Unis, par exemple. Le point de détail qui m'énerve quelque peu, c'est que ce soit le préfet qui tanne le commissaire pour que celui-ci enregistre de rapides résultats, alors que ce rôle est généralement dévolu au procureur. Autre petit détail, sans conséquence, Pennec n'a pas augmenté les tarifs des chambres depuis des années, pourtant il possède quatre maisons, décrépites mais quand même, et il a réalisé des travaux assez couteux dans son établissement.

On ne peut s'empêcher de penser aux romans d'Yves Josso, plus particulièrement à Eté meurtrier à Pont-Aven dont l'action se déroule en partie dans la cité des peintres, durant les années 1880. Mais Jean-Luc Bannalec s'inspire de la vie locale et historique et le fantôme de Gauguin plane continuellement sur cette histoire. Maintenant il ne nous reste plus qu'à attendre la parution en France du second volet des enquêtes du Commissaire Dupin.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
jean-luc bannalec



Étrange Printemps Aux Glénan

L'inconnu De Port Bélon

Les Marais Sanglants De Guérande

L’inconnu De Port Bélon

livrenpoche
Chercher jean-luc bannalec



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar