Les Disparues De Louisiane AUBENQUE139

ALEXIS AUBENQUE

Les Disparues De Louisiane


Aux éditions DU TOUCAN


Visitez leur site

1228

Lectures depuis
Le lundi 14 Juillet 2014

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Les disparues de louisiane

sur
Amazone

fleche
fleche

Alexis AUBENQUE




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE

Parution le 4 juin 2014. 38 pages. 8,90€.

Le détective et la journaliste chez les Cajuns.

En cette fin d'année 1961, Alan Swift, détective privé dont le portefeuille est plus approvisionné en cartes de visite en tout genre qu'en billets de banque, quitte son domicile du Quartier français de Belle-Town pour se rendre à son bureau situé à New-South, la nouvelle cité séparée par le Mississipi.

Son client, Paul Westfield, lui demande de retrouver son amie Betty White, fille d'une domestique de sa famille. Or les parents de Paul Westfield, qui demeurent à Riviera, la cité des nantis, à quelques kilomètres de Belle-Town, n'appréciaient guère cette amitié, d'autant que la mère et sa fille sont Noires.

Face au bureau de Swift, s'élève la tour du Belle-Town News, et Swift, s'il le voulait, pourrait presque à l'aide de jumelles assister à la scène qui oppose Carol Perry et le directeur du quotidien. La jeune femme, qui a appris le métier de journaliste et a travaillé au service politique au New-York Times n'est pas d'accord avec la proposition de son responsable. Elle ne veut pas rédiger des rubriques destinées à la ménagère, cuisine et broderie par exemple, ou sportives, mais s'impliquer dans les articles criminels. Un compromis est trouvé. Elle signera les rubriques féminines de son nom, et celles plus sérieuses sous un alias, comme ça tout le monde sera content, y compris son père. Et elle débute immédiatement un reportage car une prostituée vient d'être assassinée dans le Quartier français.

Sur place elle est rabrouée par un policier, le lieutenant Brent Carter, mais elle réussit néanmoins à interroger un témoin, un jeune garçon qu'elle n'a aucun mal à faire parler. Il a aperçu le tueur puis en a profité pour subtiliser le sac à main de la victime, se servant au passage. Un sac rose, jeté dans une poubelle, et c'est ainsi que Carol apprend l'identité de la victime. Julia Sands, vingt-trois ans, noire. Elle s'applique à écrire son texte mais qu'elle n'est pas sa rage lorsque le lendemain elle se rend compte que celui-ci a été réécrit, jetant l'opprobre sur la jeune victime, prostituée supposée. Elle apporte le sac et la pièce d'identité auprès du lieutenant Brent Carter qui lui conseille de ne pas en faire plus. Toutefois elle a relevé l'adresse de Julia Sands et elle se rend à son domicile. Les parents éplorés de la jeune fille lui apprennent que celle-ci se destinait au journalisme et qu'elle s'était vêtue ainsi pour effectuer un reportage sur la disparition de prostituées noires.

Pendant ce temps, Swift fait jouer ses relations, et notamment la belle Gladys pour se renseigner sur Betty White et sa mère Rita. Rita, employée par une agence de placement, avait été retrouvée six ans auparavant noyée. Paul Westfield ne pouvait connaitre ces changements car il avait été envoyé à Londres par son père pour peaufiner ses études. Swift renoue également Brent Carter, avec lequel il s'était fâché quelques mois auparavant, un ancien comme lui de l'orphelinat Saint-James. Et d'autres condisciples avec lesquels il a toujours gardé contact. C'est incidemment qu'il rencontre au cours de son enquête Carol Perry, et tous deux vont unir leurs efforts pour découvrir l'assassin de Julia Sands mais également remonter la piste de Betty White.

Un duo mythique d'enquêteurs est né. D'un côté le détective privé solitaire, travaillant seul, sans secrétaire. De l'autre la journaliste intègre qui n'épouse pas les idées politiques de son journal et tient à garder son intégrité morale. Leurs enquêtes débutées séparément vont bientôt converger.

Entre Carol et Alan, c'est le jour et la nuit. Ils sont issus de milieux très différents, mais Carol même si elle a vécu et vit toujours avec ses parents à Riviera, la ville des nantis, ne se reconnait en leurs valeurs délétères, ségrégationnistes et racistes. D'ailleurs elle tente un rapprochement auprès d'un hebdomadaire d'obédience démocrate concurrent du Belle-Town News dont les idées politiques sont fortement ancrées chez les Républicains.

Alan Swift, célibataire, volage multipliant les conquêtes féminines, ne s'étend pas sur son passé. Orphelin il a été élevé dans un institut, le Saint-James, tenu par des religieux. Les élèves s'étaient répartis en deux clans, les Anges et les Démons, et il était intégré dans le premier groupe dont il a tissé avec certains membres des liens très fort, même si les aléas de la vie ont parfois distendus leurs relations. Un truand le tanne, lui réclamant une conséquente somme d'argent qu'il ne possède pas, et chaque retard est sanctionné.

Carol déduit un peu hâtivement les faits et gestes d'Alan Swift qui possède ses raisons personnelles pour se conduire comme il le fait, notamment lorsqu'il demande une provision conséquente à Paul Westfield pour mener son enquête. Et ce n'est pas uniquement pour assurer la subsistance de son chat nommé Fritz (clin d'œil ?). Cela la perturbe et immédiatement elle le range dans la catégorie des profiteurs. Une réaction dommageable de la part d'une journaliste qui ne devrait pas interpréter sans fondement.

La ségrégation raciale en Louisiane à cette époque est très prégnante, de même que l'antagonisme entre Républicains et Démocrates. Mais de jours cela perdure. Les riches imbus de leur puissance, aidés par quelques édiles sans scrupules, se pensent investis d'une quelconque légitimité dans leurs débordements. Et la date de la fin décembre 1961, choisie par l'auteur pour planter son histoire et faire évoluer ses personnages dans un domaine historique, n'est pas anecdotique. Et l'épilogue est nettement plus ancré dans un problème sociétal des Etats-Unis d'Amérique que ce à quoi l'on pouvait s'attendre au départ de l'histoire.

Il ne faut oublier également que la Louisiane, notamment Belle-Town qui n'est autre que La Nouvelle-Orléans, est sujette aux tornades, d'ailleurs elle se relève péniblement de la dernière, mais une autre se prépare. Et dans les bayous, les alligators sont plus nombreux que ce que l'on imagine, des sauriens féroces et sanguinaires, qui s'attaquent aux êtres humains, Noirs de préférence.

Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/

Autres titres de
alexis aubenque



7 Jours à River Falls

Aurore De Sang

Des Larmes Sur River Falls

La Fille De La Plage

Le Secret De Stone Island

Ne Crains Pas La Faucheuse

Retour à River Falls

Retour à River Falls

Souviens-toi De Rivers Falls

Stone Island

Stone Island

Tout Le Monde Te Haïra

Tu Ne Manqueras à Personne

Un Automne à River Falls

livrenpoche
Chercher alexis aubenque



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar