Alibi ALIBI64

ALIBI

Alibi


Aux éditions ALIBI

112

Lectures depuis
Le mercredi 16 Fevrier 2011

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Alibi

sur
Amazone

fleche
fleche

 ALIBI




Une lecture de
PAUL MAUGENDRE

PAUL MAUGENDRE
Vous l’attendiez tous, le numéro 1 de la revue Alibi est en kiosque aujourd’hui.

Depuis la disparition de Mystère Magazine, Le Saint Magazine, Hitchcock Magazine, Polar Caïn, et quelques autres magazines de moindre importance, il n’existait plus de revue spécifique destinée aux amateurs de littérature policière ou noire. Aujourd’hui la nouvelle revue Alibi est disponible dans toutes les bonnes librairies, dans un format et une approche différents de ces prédécesseurs. Beaucoup de reportages, d’entretiens avec auteurs, une très riche iconographie, une quasi absence de pub (pour l’instant), mais il manque quelque chose, le pendant indispensable à tout magazine dit de littérature policière : les nouvelles. Mais comme beaucoup de lecteurs ne s’intéressent guère à ce genre littéraire, pour une fois passons outre. Décortiquons plutôt le sommaire alléchant, pratiquons une autopsie à chaud.

Après l’édito de Marc Fernandez, cinq têtes d’affiches sont mises à l’honneur, photos pleine page, histoire de mettre un visage sur des noms que vous connaissez pour la plupart : Carlos Salem, Giancarlo de Cataldo, Don Winslow, Jérôme Béziat et Christa Faust. Ensuite, pour ceux qui aiment les faits divers, la rubrique Interpol puis Hôtel de Police dans laquelle un homme politique, François Bayrou en l’occurrence, parle des romans policiers qu’il aime, des prises de positions de Sarkozy ce qui l’a amené à ne pas voter pour lui au second tour ainsi que son attachement au combat de Fred Vargas pour réhabiliter Cesare Battisti. Deux pages, ce n’est pas long. A la barre six experts nous parlent polar, gastronomie, philosophie, petit écran. A la barre Claude Mesplède, Eric Halphen, Anne Martinetti, je ne les cite pas tous, car il y encore beaucoup de rubriques à explorer. Ceux qui connaissent Claude Mesplède ne le reconnaitront pas forcément dans l’illustration de Dena. A la une, gros dossier Flics et voyous avec des rencontres d’auteurs qui ont connu la réalité du terrain avant de se défouler sur la page blanche, une occupation beaucoup moins répréhensible que de taquiner des armes à feu : Anne Perry, Hafed Benotman. Mais également un parallèle entre le cinéma et la réalité, le Prix du quai des Orfèvres, et Carlos Quilez un journaliste qui troqué la plume pour l’action.

Dans Garde à vue, R.J. Ellory qui en trois romans traduits en France s’est fait un nom et que l’on ne confond plus avec Ellroy, et Anne Landois, scénariste principale de la série Engrenages, nous parle de son travail et des secrets de fabrication. Je passe quelques épisodes et nous arrivons à la partie Profilage : Marcus Malte se dévoile, et nous parle, ô coïncidence, des Harmoniques, son dernier roman paru. Mais pas uniquement « Ce qui m’intéresse ce sont les êtres humains aux parcours particuliers. Et il se trouve que je décris surtout des gens qui vont basculer du côté obscur ». Ensuite nous avons droit à un entretien avec Jean-Hugues Matelly, le gendarme radié par Sarkozy. Puis une Filature nous emmène à Edimbourg sur les traces de l’inspecteur Rebus.

Je ne vais pas tout détailler mais j’ajoute qu’une petite partie archive est consacrée à Dashiell Hammett et nous passons à l’Autopsie : sélection de livres, documents, polars enfants, BD, cinéma, séries et jeux vidéos et encore quelques bricoles pour agrémenter le tout. Comme le décor sur un gâteau copieux. J’allais oublier : parmi les contributeurs à cet opus on peut relever les noms de Patrick Bard, Hervé Delouche, Clémentine Thiébaut, et quelques autres dont les patronymes vous sont plus ou moins familiers. Et un remerciement spécial est adressé à l’association 813. Fallait quand même le préciser.

Passons à la partie pratique. 15€ la revue et un abonnement est proposé : 60€ les 4 numéros et 120€ les 8. Ceci concerne la France, les DOM/TOM et la Suisse. Pour nos amis canadiens, respectivement 65€ et 130€. Chèque à établir à l’ordre de Ayoba éditions et le transmettre à : AYOBA éditions 14/16 rue Soleillet ; BL 43 ; 75020 Paris.

Petite parenthèse que je referme immédiatement, quand je pense à ceux qui grimaçaient devant le prix du DILIPO, je pense que celui-ci n’était vraiment pas cher en comparaison.

Maintenant je vous laisse, vous avez sûrement envie de vous précipiter chez votre libraire pour acquérir ce premier numéro. Bonne lecture !
Retrouvez
PAUL MAUGENDRE
sur
leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/
 

livrenpoche
Chercher alibi



 
 



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar