ARNAUD LE GOUEFFLEC / OLIVIER BALEZ

ARNAUD LE GOUEFFLEC / OLIVIER BALEZ

Le Chanteur Sans Nom


Aux éditions GLENAT


Visitez leur site

557

Lectures depuis
Le vendredi 5 Fevrier 2011
78_1

Une lecture de
CLAUDE LE NOCHER

Le fantôme du Chanteur sans nom s’est réveillé. Quand un jeune homme a retrouvé dans un carton à chaussures des traces de l’artiste, celui-ci est revenu des limbes. Ça l’agace autant que ça le flatte, cet intérêt pour sa vie passée. Certains épisodes, il ne souhaite sans doute pas trop y revenir. Néanmoins, sa célébrité fut bien réelle. Le Chanteur sans nom s’appelait Roland Avellis. Grâce au clown Champi, il débuta au milieu des années 1930 au club Les Noctambules, à Pigalle. Puis il écuma les cabarets, avant de d’interpréter les succès du moment sur Radio Cité. C’est là qu’on lui trouva son curieux pseudonyme, qui fit de lui le Fantômas de la chanson. Célèbre, ce corpulent interprète enregistra environ quatre cent disques 78 tours. Il fit la connaissance d’une jeune artiste qui aimait sa bonne humeur, la môme Piaf. Il devint bientôt l’ami d’un auteur-compositeur au talent prometteur, un certain Charles Aznavour.

De 1936 à 1945, ce bon-vivant qu’est Roland Avellis va connaître une période faste. Il cultive sa notoriété due à Radio Cité, fait la fête avec les prostituées Pas pour la bagatelle, mais parce qu’on rigolait bien. C’était peut-être l’esprit de corps. C’était un joyeux drille, autant qu’une aimable fripouille. Dépensant beaucoup, ce filou savait tromper son monde pour trouver de l’argent. Durant la guerre, ses origines juives auraient pu lui causer quelques ennuis. Il relance sa carrière déclinante en se faisant accompagner par l’accordéoniste Émile Prud’homme. Leurs tournées en province s’accompagnent d’un peu de marché noir, pas négligeable en ce temps-là. Coup de foudre quand il rencontre Paule. Ils se marient avec la bénédiction avinée du curé de Saint-Honoré d’Eylau. Ils ont une fille, Françoise, qui ne tarde pas à repérer les défauts de son père. Dépensier et alcoolique, Le Chanteur sans nom finira gravement diabétique.

Après-guerre, après une mésaventure en forme d’escroquerie, Roland Avellis entre parmi les proches d’Édith Piaf. Il y retrouve Charles Aznavour, le protégé de la chanteuse devenue riche et célèbre. Puis l’ancien cycliste André Pousse (futur comédien) devient l’amant de Piaf. Toujours désargenté, Roland commet maints petits larcins au détriment de la star et de son entourage. Il nous a donné tellement en échange de ce qu’il nous a pris témoigne Aznavour, qui lui pardonne comme tous ceux qui connurent Roland Avellis. Chassé finalement par Piaf, il devrait ménager sa santé. C’est l’inverse qui se produit, il se montre plus excessif. Suivi par une Luxembourgeoise amoureuse de lui, Hélène, il poursuit laborieusement des tournées dans les années 1960...

S’il fallait plaider en sa faveur, voici ce que dirait un avocat : Menteur, roublard, parfois escroc et souvent lâche, il n’a jamais dérobé que des clopinettes. Alors qu’il aurait pu dévaliser Piaf, il ne lui a chipé que des peccadilles. Il n’a jamais menti que pour se payer un coup de rouge. Et il a en contrepartie semé la bonne humeur et l’amour autour de lui.

Après avoir recueilli documentation et témoignages, Arnaud Le Gouëfflec signe là un remarquable scénario ! Il ne s’agit pas d’une biographie linéaire, mais d’un rapprochement astucieux entre passé et présent. La forme est pleine de fantaisie, à l’image de l’exubérant personnage. Rares sont les gens qui se souviennent encore de cet artiste, Le Chanteur sans nom. C’est un portrait attachant que, grâce à ses proches, nous découvrons à travers cette histoire. Loin d’être une époque idéale, notre regard sur ce temps-là est certainement un brin nostalgique. Question graphisme, soulignons la belle qualité des dessins d’Olivier Balez, parfaitement en harmonie avec le scénario. Quelques cases reprennent l’humour des blagues d’éphémérides, plaisanteries dont fut friand Roland Avellis. Hommage à un artiste hors norme oublié, cette excellente BD mérite d’être appréciée par un large public.




CLAUDE LE NOCHER
78_278_378_4

livrenpoche
Chercher Arnaud Le Gouëfflec / Olivier Balez



 
 

reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar





En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar





Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011









(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest