Démèter

par

BIANCHIMANI

Démèter ? Vous ne la connaissez pas ! Cérès pour les latino et Dédée pour les familiers. Frangine de Zè, Zeus si vous suivez. C'est pas rien quand même et de plus elle a incesté avec lui, Coré celle par qui les embrouilles arrivent. Coré surnommée Dusud (elle passa beaucoup de temps en Sicile) ou Coco pour les plus audacieux. Dite aussi Perséphone, Reine de la Nuit, des Enfers (par alliance) pour être plus précis. Proserpine pour les Palermois. (Dieux qui la tiennent et Zeus qui la…) Femme de Hades, le roi de l'underground, Pluto pour les branchés du Vésuve, qui ne sortait jamais sans Cerbère, son rotweiller. Du solide.
L'anonymat de Dédée vient du fait qu'on la confond avec Rhéa, mémé Réré. D'aucuns la nomme Isis et d'autres plus orientés orient à Cybèle.
Donc, rétablissons la vérité olympique.
Tout a commencé lorsque Zé l'Olympriapique enjamba la fille de son père et de sa mère, sa soeur si vous êtes tatillon, sans préservatif et que Coco apparue. Tonton Pluto, trouva sa nièce gironde et se dit qu'après tout ça ne sortirait pas de la famille. Surtout avant que Zè ne s'en préoccupe.
Zè était d'accord, mais pas Dédée qui n'aimait pas son beauf'. Pas très catholique le Pluto qui était toujours collé à son clebs, ça sentait la zoophilie ambiguë. Elle envoya donc la nubile en Sicile.
Mais Zè, son paternel, lui tendit un piège fleuri et la Deb du sexe se retrouva dans le lit de son tonton, mariée , vaccinée et à tout jamais dans l'univers de Dante. Elle fut bombardée Reine de l'underground.
Dédée la chercha en vain… mais sans boire ! Ni manger, d'ailleurs. Et ce pendant neuf jours et les nuits qui vont avec. Faut préciser que neuf jours et neuf nuits c'était le délai pour une déesse qui cherche, après ça ne sert plus à rien. Ils ont fait ça parce qu'il y avait eu des Déités assez connes pour chercher des trucs pendant des siècles. Pendant ce temps elles ne s'occupaient pas de leurs secteurs d'activité. Cela faisait désordre. On a donc instauré la loi des 2 X 9 pour la recherche. Qui sont devenus les 3 X 8 beaucoup plus tard mais généralisés à tous les corps de métier.
Une de ses consoeurs, Hécate une pas vraiment claire. Mère de Scylla du célébre duo nautique synchronisé qu'elle forma avec Charybde. Mère de Circé et Médée, deux ancêtres de Majax. Tout pour l'exhibition artistique.
Toujours est-il qu'elle préconisa à Dédée d'aller voir Hélios l'ancêtre de Mme Soleil, celui qui voit tout même s'il n'y a rien à voir. Soit dit en passant un autre agité de la zigounette. Mais vu que c'était un pote à Hadès, il prétexta la migraine oculatoire. Dédée se mit légèrement en colère et assécha toute la Sicile, non mais !
Continuant à chercher sa pitchounette, elle déambula en Arcadie, manque de pot ce con de Poz' , Poséidon, le roi des oursins pour ceux qui ne suivent pas et son frérot de surcroît, avait les crocs sexuels et essaya de l'enjamber sans autorisation. N'ayant pas la vulve érogène en condition, elle chercha un moyen d'éviter l'inceste brutal. Mais évidemment, comme toute la famille des Olympiacées, la grise n'était pas sa matière préférée. Elle se transforma, la conne divine, en jument. Tu parles ! L'animal consacré à Poz' est le bourrin. Rien de plus simple pour lui de mettre ses habits d'étalon royal et d'ensemencer la tocarde. Qui entre parenthèses a hennit sans mal y penser, et de plaisir d'après les témoins. Ca a donné dans le désordre Areion, cheval divin, normal, et Despoina, déesse décorative, rien à dire sur elle à part qu'elle trimballait une tronche de cheval et beaucoup de fièvre !
Pour marquer le coup Dédée la futée, fit sa petite colère quelques temps en boudant au fond d'une grotte et derechef continua sa quête chercheuse...


Quand on a un nom à la con...


Je marque une pause pour vous narrer l'histoire du pauvre Erysichthon, ouais je sais ! On n'a pas idée, mais bon ! D'autant plus qu'il n'est pas au who's who. Le scribe a renoncé, trop compliqué. On ne peut pas faire carrière avec un patronyme comme ça. Je vous passe les tracasseries administratives, lorsqu'on lui demandait d'épeler son nom ! Toujours est-il, qu'il croisa la route de la Dédée et pas vraiment pour son bonheur.
En fait il est devenu le premier et l'unique Hannibal Lekter autarcique.
Son surnom était Riri la bricole. Vu qu'Ikea n'était pas dans sa périphérie, il décida de se fabriquer sa nouvelle salle à manger. Manque de cul et d'information, il est allé couper sa matière première dans la forêt, de surcroit sacrée, de la ci-devante Démèter. C'est dire le tromblon !
Sympa, la Dédée l'avertit du sacrilège offensant. A être con il décida d'être jusqu'auboutiste.
Il fît fi, Riri ! Mais sans Loulou !
Elle lui lança un message vaudouesque avant de se casser :
" Un jour t'auras une grande envie de profiter ta salle à bouffe. "
Ses problèmes ont commencé assez rapidos.
Du fait d'être dans une salle où il faut tortorer, il tortora. Et plus il tortorait, plus il avait envie de tortorer. Torturant comme situation ! Etant au SMIC, il dut vendre ses biens pour assouvir sa torturante tortorémie. Ce fut tartare comme torture !
Même les meubles en mélèze sacré y passèrent. Jusqu'au jour où il dut faire les sorties d'amphithéâtres avec sa sébile. Mais les gens du coin étant assez pingres, il était tout près de la faillite pondérale.
Il ne lui restait plus qu'à s'auto-proclamer viande comestible libellée " no made in England ". C'est-à-dire sans le soutien du duo infernal Kreuzfeld et Jacob.
Il se dégusta lui-même et sans rien laisser !
Ils sont forts ces Grecs !
Je vous redis son nom, Erysichton.
Si vous avez un problème pour trouver un prénom au fils de votre meilleur ennemi…

Poséidon "Le trident de la mer"


A la demande générale, je vais tout vous dire sur Poséidon, dit Poz. Le Big Poz des éléments liquides, le roi de la fourchette triphasée, celui par qui le tsunami arrive. En fait, à lui tout seul c'est un roman cent quatorze volumes extensibles.
Au départ, pas de cul ! Effectivement fils de Cronos, Cro-cro qui a toujours les crocs, celui qui bouffe tout et surtout ses minots, ce n'est pas vraiment un début pour battre le record de longévité, même non Olympique. Heureusement que sa mère Rhéa, Réré pour les afficionados, n'avait pas les même penchants.
Frère du niqueur tous terrains, Zé qui ne débandait que pour rebander et Arès, l'Attila haut de gamme.
De plus, vu ses fonctions, il est quand même responsable du naufrage du Titanic ! Je suis désolé mais lorsqu'on a sur sa carte de visite, Grand-Amiral en chef de la navigation et créateur des tempêtes et des naufrages ! Devant un jury en Alabama, c'est direct la piquouse létale. Et encore j'ai pris un jury facile ! Il fallait que ce soit dit, pour la réhabilitation des iceberg. Il y a un précédent avec les Rosenberg, du gâteau pour maître Collard !
Au niveau si je t'enjambe pas je te transforme en Sapritch, la liste est sévère.
Après avoir engrossé sa sister, voir épisode précédent, il s'occupa d'Amphitrite, une espèce d'Océanide qu'il avait repérée au club Naxos où elle faisait la danse du voile, mais sans accessoire. Mais la donzelle des eaux salées qui connaissait la réputation du bonhomme, très dur pour les pensions alimentaires, se cassa chez un de ses parents consanguins, Atlas le Titan. Lequel plus tard et après avoir fait une connerie titanesque bien sûr, se reconvertira en grosse colline au Maroc.
Mais Poz envoya son diplomate, Monsieur Dauphin le Talleyrand des fonds marins et celui-ci la convaincu… qua... qui… que… quoi ? Enfin, il la persuada en lui promettant des oursins et des huîtres frais à tous les repas. Argument imparable et la Phiphi se retrouva dans le lit maritime de Poz.
Ce qui fit éclore dans l'ordre désordonné :
Triton, le schizo des Océans. Un coup je te sauve, un coup je te massacre. Un client en or pour les divans thérapeutiques.
Rhodé qui se farci Hélios, des UV garantis toute l'année et qui nous a laissé son île et son malabar, merveille mondialement connue.
Et la dernière pisseuse, Benthésicymé, c'est comme l'autre plus haut, un nom à la con. A mon avis l'enfant n'était pas désirée et Poz lui a filé ce nom à la mords-moi-le-dieu ! Pour confirmer, il l'a institué nounou pour Eumolpos, que dégun connaît, lardon qu'il eut avec Chioné, sœur de Cléopâtre.
Mais non, pas celle au pif augural, une autre !
Chichi vu que le Poz n'assumait pas, prit son bâtard et le jeta à la flotte. Le père indigne, qui s'y connaissait en naufrage, le récupéra et le confia donc à la soeur de son fils, qui avec son putain de nom n'avait réussi qu'à se faire un roi Ethiopien, et ouais, pas fastoche !
Lorsque je dis que personne ne connaît Eumolpos, il ne faut quand même pas l'occulter car lui aussi gagne à être connu...

Poz l'embrouille !


Il faut aussi préciser que Poz était un vrai teigneux, la baston il aimait ça ! Une vraie mentalité de zonard. Le Joey Starr de l'Attique. Souvent, sans trop de raison.
Un exemple entre des quelques-uns : il détestait Ulysse because le voyageur au long cours avait blessé son fils, le cyclope Polyphème qu'il avait conçu avec une nymphette bas de gamme, Thoosa. Tout ça pour engendrer ce grand dadais monoculaire. Lequel par gourmandise exagérée avait bouffé six navigateurs qui faisaient la route du rhum avec le mari de la tricoteuse des danaïdes, celle qui faisait le point mousse à la vitesse de l'éclair, la lucky lukesse du crochet, j'ai nommé Pénélope.
Pour en revenir à la blessure du multiphème, faut pas vous émouvoir. En fait, c'était assez bénin pour un mono-voyant de sa stature. D'accord ! Handicapant... mais bénin ! Oedipe n'en a pas fait des tonnes avec les deux iris en berne et en plus il s'est auto-enucléé. Ce qui ne l'a pas empêché de tringler sa mère, Jocaste, dit Jojo l'allumeuse. Une véritable bombe atomique.
Et pour continuer dans la série, je veux être orphelin complet, il a fracassé létalement son enculé de père, Laïos. Fiché, excusez du peu comme kidnappeur pédophile. L'affaire Chrysippe... Le minot de Pélops... Ca vous revient ? Et bien c'est Laïos ! Ce qui prouve que pour être lucide, la vue n'est pas indispensable ! Donc le Polyphème est un tantinet pleurnicheur-capricieux ! Tout le monde à la place du Tabarly des mers égéennes aurait fait pareil. Lorsqu'on a affaire à un jobastre qui ne voit pas en stéréo, où voulez vous l'égratigner ? Et ouais ! Dans la rétine oculaire ! Ce qui fut fait !
Tout ceci pour vous dire que le Poz, pour les engambis n'avait pas besoin de grosses excuses !
Un jour il a essayé de faire un putsch pour renverser son frangin Zè, pour cela il s'est acoquiné avec Héra et Athéna. Là ça mérite un peu d'informations généa-pas-très-logiques.
Héra était sa sœur et par voie intra-vagino-incestale l'épouse de son grand frère, Zè. Ouais, elle cumulait les fonctions familiales ! Frangine, belle-sister et épouse. De quoi y perdre son anatolien, mais bon !
Athéna, conjointement fille et nièce du caïd Zeus et seulement fille de Métis dit la Sagesse ou Mélissa d'Ibissa, c'est suivant les époques !
Lorsqu'elle commenca sa gestation, ses grand-grand parents, c'est-à-dire le pépé et la mémé de Zè, c'est-encore-à-dire Gaia et Ouranos (les rois de l'enchevêtrement consanguinal) pour ceux qui ne suivent pas, avertirent le futur allocataire familial que le lardon qui était sur la chaîne de montage, serait plus puissant que lui, donc, mèfi !
Zè n'était pas du genre à s'emmerder et ingéra illico sa moitié, non pas la sienne propre, mais celle de sa femme, en fait il l'avala in extenso ! Oui, les deux moitiés de sa moitié dans toute sa longueur et même sa largeur. Z'êtes un peu dur, au niveau comprenure !
Je vous rassure pour la digestion du bouffeur de moitié entière, avant d'ingurgiter il l'avait transformé en diptère brachycère calyptéré. De la famille des muscidés bien sûr… ou des callophoridés, c'est comme vous voulez !
Pour les non-initiés une simple mouche de merde ! Pas si con que ça, le fracassé en chef des Olympistes !
Mais il n'avait pas compté sur la pugnacité de sa future rejetonne. Un truc qu'il faut savoir, l'Athéna est pugnace, connasse mais pugnace. Je vous devais la précision qui explique tout ! Elle se dit donc, que si on voulait la faire disparaître c'est qu'il y avait une bonne raison, monétaire ou autre et elle s'accrocha au placenta paternel. Elle fit son cordon dans le ventre de son futur papa, pour elle aucune différence. Un bide c'est un bide !
Lorsque elle annonça qu'elle était prête, Zeus se prît la migraine de sa vie, l'encéphalée déique, le truc pas vraiment à la portée de tout un chacun.
Pour se soulager il appela son sage-femme en chef et accessoirement son fiston, Héphaistos, que l'on peut nommer Vulcain, qui en fait était forgeron. Mais bon il n'y a aucune non-compatibilité entre les deux boulots. Un coup de hache a suffit ! Athéna apparue, casquée et armurée. C'est la légende qui le dit et comme elle est assez bavarde et susceptible, on veut bien la croire ! Zeus n'avait plus besoin d'Efferalgan, sa migraine parturientale avait duré.
Sur Vulcain aussi, il y a de quoi dire ! Le Sammy Davis Junior des temps gréco-anciens, mais lui en plus il boîtait chronique. Pas moyen de faire de la tap-dance. Il n'empêche qu'il s'est poinçonné Aphrodite, qui n'était pas vraiment une tocarde !
C'est aussi un des rares à avoir grimpé le Mont Olympe à reculons, c'est-à-dire en partant du sommet et ce à deux reprises.
La première fois c'est sa mère qui l'a un peu aidée, lorsqu'il était tout bébé. Tout laid, tout boîteux mais néo-natal. De mauvaises langues disent que sa gentille déesse de mère a voulu s'en débarasser. Que nenni, elle a simplement voulu lui apprendre que ce n'est parce qu'on est fils de déités qu'on ne doit pas tomber de haut. Cela évite aux jeunes de pratiquer la condescance mal placés. Pour affirmer la non-malveillance de la mamma, il a tout de même atterri en amerrissant dans l'océan.
La deuxième fois, c'est évidemment son père Zeus qui le re-projeta, mais cette fois c'était pour le faire entrer dans le Guinness et... Il y est. Longévité absolue du saut en chute libre sans trucage, ni parachute à la con. Il a chuté pendant vingt-quatre heures. Mais vu qu'il était un peu con il a raté la flotte et il est tombé sur une île, Lemnos, vous connaissez ?
Enfin... Con ou distrait !
Con comme un âne !

En parlant d'Aphrodite, ça me fait penser à Priape, son rejeton qu'elle se dépécha d'abandonner, cette poufiasse ! C'est vrai que le promener dans un landeau dans les allées du jardin de l'Elysée, ça peut effrayer les pigeons ! Il était superbement laid. La laideur grandiose ! Le moche de concours ! Vous voyez Modo ? Eh bien ! c'est presque ça ! Quasi Modo, quoi ! Mais en plus repoussant… En fait il était irregardable et d'ailleurs Frofro qui avait l'iris sensible, l'a carrément jeté à la poubelle. En plus de ça, il avait le chibre démesuré. Le Rocco Siffredi Phrygien, mais puissance olympique. De loin, on voyait d'abord son arquebuse phallique qu'il portait sur l'épaule pour ne pas s'emmêler les pinceaux ! Je déconnes ! Ca c'est une blague de Polypète, le vrai déconnard, çui-là ! Avec un nom pareil, ça se comprend ! C'est tout ce qui lui restait... se moquer des autres !
Vous me direz : Putain ! Avec une mère carrossée haut de gamme comme Frofro, il s'est démerdé de ne rien y prendre.
Et moi je vous rétorque : Putain ! Vous savez qui est son père ?
Et là, vous restez coi ! A moins que vous n'ayiez fait la guerre de Troie !
Dionysos, il s'appelle l'engendreur, plus connu sous le nom de Bacchus. Le sac-à-vin en chef de l'Olympie. Celui qui créa le Delirium tremens. Un petit peu prétentieux, malgré sa propension pour l'alcoolémie, mais bon... C'est quand même lui qui est sorti de la cuisse à Jupiter, un pseudo du grand Zè, alors ! Tout ceci expliquant les désavantages physiques du gnome au grand… cœur, enfin pour rester dans le correct . Sans oublier que la belle avait fautée, si vous suivez bien, avec Vulcain. Un autre pas vraiment fini, ou pour les optimistes... terminé, mais en vrac, à la va-vite.
A mon avis, il avait du rester des miettes et elle ne devait pas se laver souvent la foufoune, la gironde des Monts Ida. Il faut avouer que le précurseur de l'érection continue, avec les ensemenceurs qui ont fournis sa mère, n'était pas parti pour le titre de Monsieur Gréco-Univers, ni même du Pirée, d'ailleurs !
Lorsque sa mère l'a mis à la DDAS, c'est un couple de berger qui l'a recueilli. Vu ses attributs hors normes énormes, je pense qu'on peut avoir une pensée compative et même compatissante pour les malheureuses biquettes !
Un jour il est tombé (aïe !) amoureux d'une nymphette répertoriée dans les fleurs nautiques, Lotis.
Vu que pour finaliser il fallait qu'il viole, il essaya alors qu'elle faisait une siestasse bucolique, au milieu des colchiques dans les prés. Manque de pot un âne passant par là, braita… braisa… braimat… pas facile ! mais vous aurez compris que le natif de Gonfaron* effectua un braiment. Pour la conjugue vous vous démerdez ! Pour ceux qui n'ont pas de dico, vous pouvez employer hihaner, ça fait pareil !
La donzelle s'éveilla, prit la paoule de sa vie et s'enfuit en se disant qu'elle n'avait pas vraiment de cul, enfin façon de parler, parce que c'était tout ce qu'elle avait pour gagner sa vie, la pauvrette ! Pas fastoche le boulot de nymphe à cette époque. la preuve c'est que le métier a complètement disparu !...
Il en reste quelques-unes par-ci, par-là, des natives de l'île de Man. Je sais ! Ca frise le Vermot bas de gamme, mais bon ! They are called Nymphe of Man !!!!
Toujours est-il qu'avec tous les athlètes du coin, elle comptait bien se faire endommager l'hymen agréablement. Même le cyclope elle aurait accepté, c'est dire que le Zeus n'était pas son consanguin ! Elle n'était pas vraiment bégueule. Mais Elephant man, c'était too much ! D'autant plus qu'il avait la même trompe pachydermique, à quelques centimètres près ! Après avoir subi un frottis vulvaire de ce style, tu ne peux plus jouer les vierges ! Rien qu'à ta façon de marcher on voit bien que t'as usé de trucs pas très orthodoxes et que tu ne fais plus partie des Vestales et adieu le mariage en blanc !
Lotis a aussitôt appelé SOS Nymphette en Détresse. Un truc géré par les Dieux. Lesquels ne se sont pas trop cassé le tronc. Pour la soustraire au coup foetal, ils lui changèrent une voyelle et elle se transforma en un nénuphar immaculé... Ouais ! En Lotus ! C'est beaucoup plus tard qu'elle émigra en Inde où elle se fit sacrer…
Et c'est depuis ce jour-là que Pripri devint membre actif(Ouais !) de la secte des Onophobes ! Quoiqu'il m'a été rapporté par des milieux très informés, que l'aversion qu'il avait pour les mammifères domestiques congénitalement testards, ne venait pas vraiment de cet acte manqué. La vérité est qu'un jour il participa au concours du plus gros machin glandulaire et lorsqu'il vit (hé !) le vit (ha !) de son rival aux longues oreilles, ce qu'il vit (ho !) le fit (!!!) reconsidérer les distances anatomiques.(hi ! han !) De dominant il passa au stade de minorité minoritaire. Même là, il était en dessous des normes !
Ce qui ne l'empêcha pas d'occire l'animal prétentieux !
Après avoir fait une dépression priapique, il termina nain de jardin.

(*Gonfaron : village du centre-var dont la production d'ânes volants a fait sa réputation mondiale. Y en a même qui les ont vu voler ! Pourquoi pas des cerfs pendant qu'on y est !!!!)

Bac...chus plus 20 !


Je sens... Mieux, je subodore que vous voulez en savoir plus sur le Roi du St Emilion, Bacchus dit Baba la frime. Ou Dionysos, suivant la latitude où vous vous trouvez ! Forcément à cause de sa naissance il ne se prenait pas pour du tout-venant. Etre vraiment né de la cuisse de Juju, ça explique son attitude. Ca explique mais ça n'excuse pas !
Parce qu'en vérité je vous le dis, faire son placenta dans le jambon d'un parano-infanticido-incesto-cannibalo, j'en passos et des méjors, ce n'est pas vraiment de la fierté qu'il faut afficher. Plutôt de la frayeur épouvantablement écœurante, angoissante et apeurante.
Un tout petit mot sur sa mère, qui ne connut donc pas les douleurs de l'enfantement. C'est pour cette raison que l'on ne va pas pleurer sur son sort et ce parce qu'elle est morte foudroyée. Assez rapidement, d'ailleurs. D'autant plus que son fils Baba l'a fit revenir des enfers pour se la terminer cool sur les Monts Olympiens. Tout ça pour dire que même dans la mort, il y a deux poids et plusieurs mesures. Dès que l'on connaît le moindre petit Dieu, l'avenir posthume n'est pas le même pour tout le monde !
Confié à sa belle-sœur Ino, non, pas Bernard ! Ino, la nurse patentée, l'allaiteuse en chef diplômée. Une également pas claire, infanticide d'après les registres officiels. Elle a fait bouillir son fiston Mélicerte dans un chaudron et sans le bouffer, ce qui est un vrai gaspillage, vous en conviendrez !
Rien à dire d'extravagant sur son parcours pré-olympique. Une enfance normale pour un Dieu, transformé en chevreau par son père, parce qu'Héra ne voulait pas d'enfant à charge. Elevé par des nymphes, les Hyades recensées au nombre de vingt-sept. Pas vraiment de quoi s'y retrouver et par Pépé Silène, appelé Pochetronet. Père des Satyres et oui, il n'y a pas de hasards ! On devine par qui l'amour du raisin et de la lubricité est venu au divin pinardier.
Son vrai problème a toujours été de faire homologuer son statut d'immortel. Dégun ne voulait croire qu'il était né de la cuisse du grand Zè. C'est vrai que c'était pas fastoche à croire. Pourquoi pas du bras de Pénélope, et qui l'eut Cruz ?
Tous ces problèmes l'ont mené sur la pente pinardière et il l'a descendu ma foi, d'une façon assez enivrante ! Après avoir parcouru le monde, il se fixe en Phrygie dont il coiffe le bonnet. Après avoir passé son exam de Dieu, il embauche comme armée les Ménades, les Silènes et les Satyres. Plus connu sous le nom du Gang des Moustaches... Ouais... si vous voulez... les Bacchantes !Tous des partouzeurs sanguinaires sanglants. Puis il a continué de parcourir le monde, tous frais payés, vu qu'il avait sa carte d'exonéré intemporel.
Au passage il occit le Géant Eurytos, un fragile puisqu'il a suffit d'un coup de thyrse pour le faire trépasser. Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de tuer quelqu'un avec un thyrse… Non ? Moi j'ai essayé sur mon voisin qui n'est pas un géant et qui me casse les couilles avec sa tondeuse à gazon chaque fois que j'essaie de faire la sieste... Il est toujours là, bien vivant et sa tondeuse aussi ! Achetez en un ! Vous verrez que ce n'est pas vraiment une arme qu'on achète pour faire mal !
Enfin son histoire ne finit pas trop mal, puisqu'il se réconcilia avec Héra, fréquenta les hautes sphères et qu'il finit par niquer Aphrodite. Le seul petit point noir c'est leur fils Priape, mais bon quand on du gros rouge à la place du sperme, on ne peut pas fabriquer du Brad Pitt, même pas du Michel Blanc !
Moralité : Au royaume des plus-que-parfaits , nobody is perfect !

Torophilie


Finalement, il est plus facile de compter ceux qui n'ont pas été engendrés par Zeus, dit Zè la mitraillette sexuelle (sex machine-gun en vo anglaise), que les autres !
Fruits de ses amours à l'emporte-pièce, mais quand même élaborées, avec Europe : Minos et deux autres pas très connus, Sarpédon et Rhadamante. Et pour cause… Toujours l'obstacle du prénom à la con !
La tactique de Zè fut vraiment n'importe quoi, mais de toute évidence, elle paya…
Un jour qu'Euro batifolait dans la garrigue, le sabreur intempestif se dit qu'il ferait bien volontiers la vidange de ses bourses divines. Il est vrai que la fille d'Agénor était un tantinet allumeuse, tendance perverse. La salope de concours, quoi !
Maintenant vous avez l'habitude des entrelacements parentaux, notons au passage qu'Agénor était le fils de Poz' qui lui-même était le frére de Zé, donc vous aurez fait l'addition ! Zè voulait tromboner sa nièce, pas vraiment de quoi faire chier SOS Nièces en péril à cette époque. Donc, pour atteindre son but purement lubrique et le finaliser, il se transforma en... taureau !?!? Selon toute vraisemblance il devait connaître les tendances de la Phénicienne.
La future engrossée s'approcha du bipède déguisé en quadrupède et le caressa. L'histoire ne dit pas où, mais on peut supputer…

Il l'emmena dans l'île de Crête et peu de temps après les trois lardons éclôsaient… éclurent… (encore un putain de verbe à la con, désolé j'ai sauté quelques cours de verbographie !)
Toujours est-il qu'ils… naquirent… YES !!!!
Les frangins bien évidemment furent donnés en leasing. C'est Artésios qui s'y colla et pour le même prix il eut la mère, Euro la nympho tendance quadrupède vigoureux.
A leur majorité les trois frères rentrèrent en compète. D'abord, pour se taper, à la grecque bien sûr, le mignon Miténos. Puis pour le trône de Crète.
Vainqueur toutes catégories, Minos. Malhonnêtement aidé par Poséidon qui lui fourgua un taureau de concours haut de gamme, pour l'offrir en sacrifice aux Olympiens. Les deux aux prénoms à chier ne pouvant offrir que des dindons, durent s'exiler. Mais ce con de minot, nommé Minos garda l'offrande taurique pour lui ! Bien mal lui en pis !
Il passa la bague au doigt de Pasiphaé, fille d'Hélios le roi de la bronzette. Le précurseur de Louis le quatorzième.
Est-ce pour faire plaisir à sa belle-doche ou la fréquence des UV que son papa lui fournissait à discrétion…
Toujours est-il qu'elle eut des vues à tendance phallique sur le taureau non sacrifié mais qui aurait dû l'être. Pour satisfaire à son caprice on fit appel à Dédale un ingénieux ingénieur, le Géotrouvetout de la Thessalie. Sur l'air de la chanson de l'aède Brassenoupolos il fabriqua une peau de vache et la jolie fleur dont la perversité dépassait celle de bell' maman Euro, endossa le skaï et se fit ensemencer par Sitting Bull pas vraiment assis. Lequel, d'après les témoignages ne fut pas dupe. On n'a jamais dit con comme un taureau !
C'est de cette union purement orgasmique que Minotaure écl… naquit. Moitié bipède, moitié le double. Vu qu'il faisait tâche dans le décor on l'enferma à Cnossos, dans la résidence que conçu le toujours aussi inventeur Dédale, en fait c'était le seul qu'ils avaient sous la pogne, qui s'emmêla les crayons dans les plans et fit un bordel pas possible pour une arène résidentielle. Une fois à l'intérieur on ne pouvait plus trouver la sortie ! Le nom fut facilement trouvé, on l'appela labyrinthe. Pas vraiment original, mais cela coulait de source !
C'est le même lauréat en chef du concours Lépine qui fabriqua des ailes pour lui et son benêt de fils Icare, le cosmonaute qui murmurait à l'oreille du soleil. Et qui en mourut ! S'approcher de Phoebus alors qu'on a des ailes scotchées allergiques à la chaleur, c'est vraiment mérité de finir écrasé comme une merde !
Un détail culinaire en passant, le pauvre Minotaure devait se contenter pour se sustenter, sur ordre du mari également " encorné " de sa mère,(la jalousie où ça peut mener !) de sept jeunes hommes et sept jeunes filles, par an. Vous avez bien lu ! Quatorze. Comment voulez faire du double mixte, un combattant de l'arène ? A 60 kg de moyenne en comptant fort pour des ados, ça fait 840 kg de barbaque. Sur 365 jours ça lui faisait 2.300 grammes le repas quotidien. Dément non ? Pour un normal cela suffit, mais pour un métissé taurin c'est l'inanition à court terme ! Cela montre bien la méchanceté sournoise et pas très sympathique du sieur Minos ! Maître Collard dirait que c'est un assassinat prémédité et qui ne mérite aucune circonstances atténuantes !!!!
La sentence létale fut approuvée et appliquée par Thésée.

A SUIVRE ....
Depuis sa mise en ligne vous avez été
504

visiteurs à consulter cette page

Vos commentaires

é be jdois dire c tout simplement génial ca ke tu nous fé la, vrement chapo felicitations et otre trucs du meme genre!!!! jsuis encore mdr la meme si g psa encore fini, ce magnifik! ;)
corwin
deornoth09@caramail.com
Le mardi 1 Octobre 2003

Vos commentaires
peuvent sauver
Bianchimani

Cliquez
Commentaire
Nom
Mail
Recopier le code:
Le champs commentaire est obligatoire
Les commentaires apparaissent immédiatement

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

4.69 euros au format Kindle
9.94 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar