Apollon, Héraklès, Cronos Et Les Autres...

par

BIANCHIMANI



Appolon, l'ex-dieu déchu de ses diplômes divins se leva, sa démarche était encore empreinte d'une fatigue somnolente. Il alla jusqu'à la fenêtre. La vue sur la ville de Troie était magnifique. "Putain se dit-il, encore une nuit à me faire chier, ce n'est pas possible d'être un des plus beau gabarit de la planète et d'être obligé de se palucher." Effectivement celui qui était adulé et considéré comme le mec plus ultra de la plastique masculine était obligé de s'adonner à la pratique préconisée par le sympathique, mais néanmoins personnel au niveau de l'orgasme primaire, le plus tout jeune Onan.
Quand il pensait que son demi-frère et demi-dieu, ce con d'Herakles (Hercule pour les latins), pas vraiment une lumière (d'où son surnom de Cul-Cul) se tapait tout ce qu'il voulait. Et ce, malgré les travaux de rattrapage qu'il faisait pour expier son moment de folie. Quand même ! tuer ses minots, faut pas être vraiment fini.
Mais enfin, force était de reconnaître que toutes ces coucheries consanguines engendraient un peu trop de jobastres et il fallait bien endiguer cette démographie galopante.
Son grand-père Cronos, dit Pépé Cro-Cro, Titan de son état, avait tout compris. De temps en temps il ingurgitait un de ses tarés de fils. Son père Zeus, Zè pour les intimes, avait failli se faire engloutir au p'tit dèj', heureusement pour lui Rhéa, Mémé Réré, veillait à assurer la descendance et trouvait que bouffer ses enfants risquait d'attirer l'attention. Elle se mît à la cuisine et récupéra donc Cro-Cro, Poséidon le roi du crawl et du tsunami, dit Poz' et Ares, dit le sanglant. C'est ce con qui inventa la guerre, le Charlemagne du génocide. En fait, Cro-Cro avait surtout peur de perdre sa place et éliminait les prétendants à sa succession. En finalité il termina ses jours comme gentleman-farmer à cultiver les choux avec sa femme dans un bled perdu de l'Italie profonde, comme quoi...
Pour l'anecdote c'est Cro-Cro qui inspira "Massacre à la tronçonneuse". Il découpa son papa, le titan Uranus. Mais comme le diesel n'existait pas, il le dépeça à la faux.
Pour en revenir à notre ami Polo, précisons qu'à sa décharge le pauvre était submergé par ses fonctions. Il devait s'occuper des Arts, des Sciences et des Lettres, ce qui était assez dans ses cordes. Mais la tâche la plus chiante et la plus dégradante fût son portefeuille à l'EDG (Electricité de Grèce) ou la Lumière comme on nommait plus prosaïquement ce ministère. Là, y avait du boulot !
Avec tout ça, il ne voyait pas comment il aurait pu avoir une vie normale.
Sa poufiasse de jumelle, Artémis, pucelle à vie et Sélénite de surcroît, avait hérité des Eaux et Forêts, tu parles de l'égalité des tâches ! Elle attigeait un peu quand même, sous prétexte d'être condamnée à la puberté éternelle, elle avait transformé le jeune Actéon en cervidé et l'avait fait bouffer par ses chiens. Lequel était, il faut le préciser, outre un spécialiste de la chasse en sous-bois, le fils d'Aristée dit Riri, apiculteur, expert en olive et également fils du beau Polo. Ouais, on peut dire que c'était le petit-fils de son frangin ! C'est-à-dire son neveu par extension congénitale. Cette saute d'humeur déessiale fût faite sous le prétexte fallacieux que le chasseur en rût avait voulu briser l'hymen de sa Tantine. Elle n'avait qu'à pas se baigner à poil, la grognasse ! Quand on a les lèvres génitales en rideau et que l'on possède en plus des pouvoirs olympiens pas très bien maîtrisés, on ne provoque pas l'érection, même d'un parent ! Car les conséquences peuvent être anormalement disproportionnées.
Entre parenthèse, le sieur Aristée n'était pas vraiment un cadeau. Puisque que suite à son amour pas très moral pour Eurydice, celle-ci en mourût et son encorné de mari Orphée, Phéphé pour les intimes, ne supportant pas le veuvage intempestif alla foutre le ouaille chez l'oncle de Polo, Hades dit Dédé, le boss des Enfers. Donc, à cause de lui, on a eu droit à Jean Cocteau comme réalisateur de films(dur)et par voie de conséquence à Jean Marais comme acteur (très dur) dans Orphée. Excellent pour les cinémathéquophiles, c.a.d. une trentaine de personnes par ville de plus de 100.000 habitants. Mais assez insupportable pour le reste de la population cinéphile.
Avec tout ça, il ne savait même pas comment il avait pu avoir de la progéniture, à son avis c'était un coup de ces salopes de muses, ses neuf demi-soeurs. Elles devaient faire des gniards par l'opération des cinq esprits ! Pas vraiment claires, celles-là !
La seule qu'il avait voulu enjamber, c'était cette allumeuse de Daphné, mais que dalle, elle avait serré l'entrejambe et comme à cette époque il avait quelques pouvoirs, il avait voulu la transformer en Sapritch. Mais comme il avait taillé pas mal de cours de magie destinés aux dieux, la non-consommée se retrouva en fleur,dans les lauriers.
En fait ce qu'il voulait c'était une vraie partie de jambes en l'air, style Olympiade, comme son père le grand Zé. Ce con ne se faisait pas chier, il niquait tout ce qui bougeait.
Heureusement les pensions alimentaires n'existaient pas, sinon il aurait dû déposer le bilan ! Quant aux allocs...
Mais Polo avait des principes et se perdait dans le baobab généalogique familial. Il ne voulait pas risquer de trombonner une de ses filles ou quelqu'un de sa famille. Et surtout ne tenait pas à finir comme le pauvre Oedipe, complexé et avec une canne blanche !
Donc le manque de temps et les scrupules de moralité en avait fait un Onaniste pas très convaincu, mais actif.(Dans son entourage, on l'avait surnommé Aristote !)
Mais aujourd'hui, suite à une connerie de jeunesse il ne faisait plus partie des Douze Olympiques. C'est vrai qu'il n'avait pas réfléchi. Un réflexe primaire, le truc inconsidéré. Imaginez ! Son père, Zè, tue un de ses fils, Esculape le patron des patrons de la médecine. Qui était tout de même son petit-fils, ne l'oublions pas ! Vous, si votre père tue votre fils, vous vous demandez pourquoi et vous en discutez tranquillement avec lui, normal !
S'il l'a fait c'est qu'il avait une raison. Sinon, c'est la porte ouverte à toutes les invraisemblances meutrières.
Vous allez voir que le petit l'avait un peu cherché. Figurez-vous qu'il avait joué les Lazare. Il avait fait, tenez-vous bien ! Lever et marcher un mort ! invraisemblable, non ? Et de quoi, je me mêle ? A quoi, il va servir Lazare plus tard ? il aura l'air tout con. "Ah! t'es pas le premier à faire ça ! Scul' l'a déjà fait ! etc... etc... La honte publique pour le pauvre Laz. C'est vrai que devenir grand chef de la médecine à son âge et sans études, l'avait un peu déconnecté de la réalité. Il avait oublié que s'il n'avait pas eu de piston, il serait resté tout juste infirmier. Donc, qu'est-ce qu'il a fait Zé ? Et bien ! il l'a foudroyé.
C'est quand même sympa, non ? Il aurait pu le dynamiter... le faire bouffer par Cerbère... le faire sodomiser par Hercule... y en a des trucs méchants qui font vraiment mal, à la portée d'un balèse comme Zeus ! Il l'a tout simplement foudroyé. Mais gentiment, avec une animosité toute grande-paternelle. Vous voyez, y avait pas vraiment de quoi, s'emporter. Sur les conseils un peu machiavéliques de Tonton Poz, Polo assez affaiblis mentalement par ses paluchées nocturnes, se laissa influencer et ne trouva rien de mieux que de prendre son arc spécial olympique, genre riot-bow, et de flêcher les gentils cyclopes qui fabriquaient la foudre. D'une puérilité vraiment déconcertante. Le truc de gamin capricieux. " Ah ouais ! tu me casses mon jouet alors je te casse les tiens, na !" Les pauvres ouvriers-foudriers, handicapés visuels de surcroit, ne méritaient pas ce châtiment, vous en conviendrez !
Si les fils de patrons commencent à tuer leurs besogneux, mais où va-t-on ?
La sentence fût immédiate, Zeus exila l'indélicat et son tonton. Il les castra de leurs pouvoirs et hop ! Direction la terre .
Mais pour lui montrer qu'il n'était pas trop vache, il le fît embaucher comme ingénieur principal auprès du roi de Troie, Laomédon. Son boulot: construire des murs autour de la ville. Dès fois que des connards se mettent en tête de l'assiéger !

Laomédon, dit Mémé, une espèce d'aigrefin qui une fois les murs murés, n'a pas voulu payer les entrepreneurs. Pas très futé, car Polo avait besoin de blé et ne supportait pas les crimes de lèse-dieu. Il chargea Herakles de régler ce blème. Ce dernier connaissait les mauvais payeurs et ne pouvait les "encaisser." Lorsqu'il était lad chez Augias et après avoir nettoyé ces putains d'écuries qui puaient le rat mort, il réclama sa paye. Tintin, que dalle, fifre ! Pas un kopeck grec. Devant la mauvaise foi de son employeur, il ne pût qu'occire l'indélicat. Et puis, les prud'hommes n'existait pas !
Poséidon ne voulût pas être en reste et envoya un espèce de Godzilla marin dévaster le pays. Pas très reluisant mais efficace. Faut pas casser les couilles aux Dieux !
Toujours est-il que la ville de Troie était en effervescence. Malgré qu'un connard avait déclaré que la guerre de Troie n'aurait pas lieu, on sentait la belligérence dans l'air. Car Pâris, et noun Cassis comme certains l'ont prétendu, le fouteur de merde par excellence avait enlevé Hélène, demi-soeur de Polo. En ce qui concerne le foutage de boxon, il avait de qui tenir... Petit-fils de Mémé, et un peu en retard au niveau sexe. Il avait été élevé chez les bergers. Et chez les pâtres M'sieur, on nique ce qu'on trouve au plus près !
Un peu las des chèvres, il s'est rabattu sur la première nymphe qui passait par là. Il est tombé sur Oenone(célèbre pour ses crèmes blanches à base de lait, commercialisé plus tard et appelé yaourt d'Oenone !), qui venait de se faire larguer par notre ami Polo. La nymphette s'est dit faute de grive prenons le petit merle. C'est toujours mieux que le digitalisme !
Mais un jour de mai, en plein été grec, il aperçût Hélène, qui était seule, sans les garçons ! Et cela a été le choc, la fulgurance, le tsunami vergien, la bandaison intempestive non-controllée ! mais qui est cette pouf que je ne saurais tringler ? se dit-il en grec.
Il est vrai que la bougresse était un canon et que lui ne parlait que cyrillique. En plus, du genre aguicheuse, jupe fendue, décolletée qui laissait bien voir son nombril. Enfin la déesse, un peu salope sur les bords quoi !
Donc vous comprendrez aisément que le niqueur d'ovins ait pu perdre le citron.
Kidnapping chez les Hellenes ou d'Hélène, au choix !
Aussitôt branle-bas dans les troupes Olympiques. Tous les cadors furent mobilisés.
Achille, le tendron tendre au tendon aussi tendre. Pas vraiment aidé par sa mère Thetis, qui la malheureuse n'était pas vraiment finie. Mais avec l'ascendance qu'elle avait, on ne le serait à moins. Imaginez-vous qu'elle était la petite-fille de Téthys, fille d'Uranus qui lui, était le fils de Gaea et qui aussitôt l'érectilité venu est devenu son mari, eh ouais ! Et ces deux consanguins divins ont procréé Téthys et Océan. Imaginez le merdier de leurs enfants ! fils et frères de leur père, étant eux-mêmes neveux et oncles entre-eux. Et la mère était aussi leur grand-mère ! Jusque là c'est supportable, même si on a pas du sang bleu. Mais les rejetons ont suivi le scénar, il se sont pacsés et ont copulé, les cons ! Il en est sorti la pauvre Thétis(c'est vrai qu'ils ne se sont pas cassés pour trouver le prénom!), et quand on lui dît, trempe ton minot dans le Styx afin qu'il devienne inoxydable, cette conne l'a pris par le talon, alors que tout le monde savait qu'il allait se faire niquer par là. De Troie à Pâris, il n'y a pas tellement loin ! Au passage, il faut dire que le héros était un peu pleutre et que pour esquiver ses obligations guerrières, il avait tenté le déguisement. Comme quoi, n'est pas Rambo qui veut ! C'est son "ami" Ulysse qui le remît sur le droit chemin des tranchées.
Ulysse le rouletabille grec des mers ioniennes, lui comme faux-cul , c'est le prince.
D'abord il a voulu se faire enfermer chez les gagas, Monsieur ne voulait pas se battre. Après visite, on l'a envoyé en première ligne. Non, mais ! dît le médecin aux armées divines du tac-au-tac, pour un roi d'Ithaque, il n'a aucun tact. Bien lui en pris. Car s'est quand même lui qui a inventé le cheval de Troie. Encore un truc pour éviter de se blesser !




Philoctete le porte-allumette d'Heraklès. Ce dernier toujours aussi hurluberlu avait eu une embrouille (une histoire de cul, bien sûr) avec un centaure. Nessus, il s'appelait le quadrupatte schizo. C'est vrai ou t'es bipède ou le double, mais jamais moitié moitié. Ou tu parles ou tu hennis ! Faut choisir, sinon c'est l'anarchie chaotique.

L'étendue de la connerie du presque Dieu priapique était totalement Olympienne. D'abord il s'est maqué avec Déjanire, pas vraiment la crème. Mercenaire de son état. Son surnom Déjanaze explique tout ! Fille d'Althée, une pas finie non plus. Pour dire, elle épouse son oncle, Oenée, le benêt par excellence qui pour faire plaisir et par calcul (c'est le premier cornard consentant et mac de surcroît, recensé) a poussé sa femme dans le lit du futur père de sa fille ! Un jour le chef des soulots, Dionysos, pour les latins Bacchus, vient passer quelques jours chez lui. Comme il voulait connaître le secret de la fermentation, alors il propose donnant donnant : tu me files la formule et tu peux niquer ma femme. C'est pas du proxénitisme, ça ?

L'autre complètement bourré, oublie de se ganter et bingo la pouf d'Etolie se trouve enceinte jusqu'aux ratounes. Donc, la Déjanire n'est que la fille de l'amant de sa mère, un alcolo notoire. Pas reluisant pour la future femme d'un demi-dieu !

Pour info c'est à cause de ce con d'Oenée qu'on se fait chier à dire oenologue, oenophile etc... Sinon on aurait simplifier. Vinologue, vinophile, ça veut dire ce que ça veut dire, non ?

Et ensuite c'est clair, faut jamais se fâcher avec un pas clair.

Pour une broutille com" dab'. Nessus, le spécialiste des turfs élyséens voulut faire le beau et aida la belle à traverser la rivière, mais le Jekyll se transforma en Hyde et molesta la pouf. Pas vraiment de quoi fouetter un Cerbère. Mais comme la radasse voulait connaître la vérité sur la virilité des centaures. Imaginez comment la monture devait être monté... Lorsqu'elle a commencé à se prendre des coups de sabots les fantasmes se sont changés en colère et elle a appelé le costaud des Péloponnèses. Elle voulait bien se faire saillir, mais avec délicatesse. Celui-ci l'enflécha illico et en plus avec du poison Hydro-Lernien. Pas très sympa ! alors que sa pouf' il n'en avait rien à foutre, puisqu'il l'a largué peu de temps après pour Iole la ravie (Non pas celle de la crèche). C'est vrai qu'elle s'était suicidée de chagrin, mais enfin...

Je fais une entre parenthèse, c'était car même un drôle d'enfoiré et même plus, z'avez qu'à changer son R en N et vous aurez sa vraie identité à l' Herculé.

Il a fracassé ses minots et surtout, il ne faut pas oublier qu'il a massacré des tonnes de pygmées. C'est vrai cela ne fait pas beaucoup au niveau métrage, mais enfin ! Quand on pense que c'était un grand joueur de Lyre...

Donc Nessus avant de trépasser donne sa tunique inamovible et fourrée au vitriol à la Naze de service en lui disant que si elle l'offrait à son mec, il n'enjamberait plus aucune autre pétasse. Et l'autre gland "ah ouais, c'est super, t'es vraiment sympa !" Tu parles d'une catastrophe; cette conne elle est devant un hippoman qui est sur le point de ne plus faire partie de la mythologie et ce, à cause d'elle et de son Schwarzenneger des temps antiques. Et cette bêtasse trouve naturel que la victime de ses fantasmes inassouvis veuille lui faire un cadeau. Tu le dis à un mongolien, il te ricane au visage et il t'appelle Duconno.

Après l'enterrement elle donne le sweat à son bonhomme, lui bonne pomme l'endosse et adieu la tranquillité. Ca le brûle tellement qu'il décide, devinez quoi ? Tenez compte de sa connerie Herculéenne et vous aurez la solution !

Et ouais il décide de combattre le mal par le mal. Il se bonzéifie comme une vulgaire Jeanne d'Arc. Et sur le Mont Oeta, fallait le trouver ce Mont ! Il avait pourtant choix le Blanc, le Kilimandajaro, l'Everest, le Gerbier de Jonc, le Popocatepelt, le Canigou, le Piété enfin j'en passe et des plus touristiques. Et non ! ce con il a choisi l' Oeta. A mon avis il voulait faire un mot, style "l'Oeta c'est moi !" Du n'importe quoi....

Arrivé en haut il appelle son pote Philoctete le pyro des cimes, dit Phi-phi. Ce dernier l'enflamme en toute amitié.

Philo, dit aussi Fifikipu, était le Guillaume Tell de Thessalie et comme l'héritage du futur brûlé était son super-arc, il n'hésita que le temps de demander si les flèches étaient incluses dans le legs. Après confirmation, il sortit son zippo et l'ignifia.

Son surnom Fifikipu qu'il avait mérité au combien est une longue histoire...

Philotecte, le Guillaume Tell des temps antiques, le putois des Monts Olympes, le sconse Béotien. Accessoirement ex de la Hélène. Est-ce pour cela qu’il mit une fin létale aux aventures de Paris ?

Bombardé amiral de la flotte anti-Troie, il voila vers la ville dissidente avec son armada.

Son contrat maritime stipulait un arrêt-hommage sur lîle de Chrysé et ce, en faveur de notre ami Polo. Mais lors du sacrifice, ce gland se fit mordre par un reptacien. Gardien du Temple ou envoyé par Héra ? Laquelle ne pouffait piffer Phi-Phi,pas encore odorisé putréfidès, pourtant ! Il y a deux écoles !

Ses amis disent -troisième école- qu’il s’était écorché avec une de ses flèches empoisonnées. Vu qu’il était un tantinet maladroit !

Toujours est-il que le résultat fut le même dans les trois cas.

Infection gangrénique avec puanteur indiciblement supportable.

Et d’atroces cris de putois, évidemment ! Avec les mêmes caractéristiques.

Tout le monde se dit que le Phi-Phi était premièrement du genre douillet et qu’en plus il était du genre casse-couilles. Tous d’accord pour dire que c’était un gros sconse !

Ulysse suggéra, pour le bien-être de tout le monde, de le larguer sur l’île et de se casser tout simplement.

Ce qui fut fait immédiatement. Un amiral qui pue et qui gueule comme un mousse, ça fait désordre !

Il y resta dix ans, seul et sans un jour de la semaine ! De Foe s’en inspira, sans l’odeur !

Vers la fin de la prem’ des prem’, celle de Troie, Ulysse engeôla un adepte d’Elisabeth Tessier, Hélénos, le fiston de Priam et d’Hécube. Frangin de Cassandre, je vous dis pas le pedigree ! Maousse sur un cv.

Rapidement :

Priam : le plus cuteux de la périphérie hellénique. Le seul fils rescapé de Mémé (Laomédon) suite à ses non-paiements à Polo (je sais il faut suivre) Hercule massacra tous les autres. Pour se racheter de cette embellie, il a procréé comme un jobastre. Cinquante minots et non des moindres. Fin chaotique, presque tous ses bambins morts dans la fameuse guerre qui ne devait pas avoir lieu. Et lui termina devant l’autel 4 étoiles de Zeus, égorgé par Pyrrhus, résultat de la rencontre spermatozoïque d’Achille avec Deidamie. (Epoque pas très reluisante de Chi-chi qui se transexualisait pour éviter les bobos guerriers, avec l'aide Thétis la consanguine, vous suivez ?)

Hécube : dix-neuf grossesses et pas une nerveuse ! Son exploit le plus rigolo, ce fut de rendre amoureux, euphémisme pour aveugler ou crever les oculaires, Polymnestor et de massacrer tous ses héritiers. Sympa, non ?

Cassandre : Vu qu’elle n’avait pas ouvert l’entrejambe à Apollon (décidemment, être Dieu c’est pas de la tarte, ou alors faut être gay !), celui-ci la condamna à la mythomanie éternelle ! Ajax lui, n’a pas fait de manière, il l’a prise avec violence et sans préservatif ! Pour l’anecdote, Ulysse pour ne pas se mettre à dos le MLD (Mouvement de Libération des Déesses), l’a fait lapider. L’avait un peu chercher, non ?

Et donc Hélénos : Des références visionnaires à faire changer de métier tous les PacoRabannistes diplômés. Il a tout prévu, même sa dissidence !

Avertof à Paris, qui était son frérot, sur les conséquences du rapt d’Hélène. Le cheval de Troie. Eh oui, c’est lui ! Le retour de Phi-Phi c’est encore lui ! J’en passe et des meilleures, on dit même qu’il avait prévu le 11 septembre mais là, je ne certifie pas !





(bianchimani)
Depuis sa mise en ligne vous avez été
463

visiteurs à consulter cette page

Vos commentaires
peuvent sauver
Bianchimani

Cliquez
Commentaire
Nom
Mail
Recopier le code:
Le champs commentaire est obligatoire
Les commentaires apparaissent immédiatement

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

0.99 euros au format Kindle
4.47 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar