Kalach, Kalesh

par

NELLY BRIDENNE

                                                   Avec ma Kalach, je voulais braquer une banque.Je suis branque, ok, et accro.Manque de pot, j'ai pas calculéle keuf, planqué, avec son costume, coupe étriquée, et son képi kaki. Il m'a décalqué avec sa matraque, m'a écrasé la nuque, m'a massacré avec sa trique, me couvrant le corps de cicatrices, me convertissant en un Picasso authentique. Voila comment j'ai quitté le bac à sable, pour finir encagé par la BAC... À chacun sa crotte... En kalesh, j'ai vécu du troc, histoire d'accoucher du fric, d'un peu de trafic de coke, coaché par un Black du Congo, un lascar cool, aucunement un mac équivoque, ni un poucave camé, qui deale au kilo. Ici, y'a pas de miracle, tu récupères un casier maculé, tu craches ton matricule au comité, tu kiffes le compte à rebours, tu accuses réception de la facture, tu collectionnes les fractures... Les co-locataires sont pas secouristes, ils te cassent les coucougnettes, t'accordent quelques claques, contemplent ton cul… Les accidents sont fréquents, pas question de provoquer un kéké, plutôt se faire sauter le caisson !J'te raconte pas l'arnaque : le décalage avec le parking,le manque du quartier, le choc macabre, le cauchemar concret... Au quotidien, pas de prescription, tu exécutes ta sanction complète, tu crames ta jeunesse au cachot. Fuck ! Alors, tu regrettes l'école, les heures de colle et les conneries, les trucs de mômes, tes potes Karim, Kevin et Christophe, ta baraque, ta zicmu, tes Heineken et le même le couscous de ta mère ...T'es niqué, mec !Condamné, cocu, tricard, traqué, bouclé comme un coucou suisse... La cavale ? Même pas en fiction… T'es pas bionique, encore moins le keum qui tombe à pic ! Pas moyen de te casser, t'es coincé avec les cas soc' et les killers, en QHS. Au niveau tactique et technique, t'es carbonisé, cuit de chez cuit. Écoute, le verrou cliquette, c'est le quart d'heure du cuistot… Quand débarquera le couvre feu, tu te cacheras dans ton pieu, en craignant Satan ou Dieu… Encore une nocturne à crever, escortée d'une putain de journée...Combien de croix marquéesà la craie, au dessus de ta couchette ?Tu les comptes plus ?  Tu n'y crois plus…Tout ça à cause d'un braco manqué… Merki !En zonzon, tout se cloisonne, dans ton crâne, tout résonne, sauf ta raison qui déconne…Seule la corde te libérera,d'un coup, ton cou craquera, et enfin ton esprit s'évadera… Fais pas le con, mec ! T'as des couilles ou quoi ?Allez, croque plutôt un carré de chocolat…
Depuis sa mise en ligne vous avez été
1110

visiteurs à consulter cette page

Vos commentaires
peuvent sauver
nelly bridenne

Commentaire
Nom
Mail
Recopier le code:
Le champs commentaire est obligatoire
Les commentaires apparaissent immédiatement

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

4.69 euros au format Kindle
9.94 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar