Je Suis Le Spectre De Ton Ccorps Noir

par

JEAN- PIERRE PLANQUE

      On notera que la luminance d'un corps noir est d'autant plus grande que la température est plus élevée. La loi de Planck montre également que le rayonnement du corps noir est le même dans toutes les directions : il est isotrope.

 À certaines heures pâles de la nuit, quand je suis loin de toi, je t'imagine tout à fait normale. Tu es simplement nue. Tu portes juste un string rouge sang et des talons aiguille. Vieux fantasme de mec, comme tu dis... Tu m'entraînes vers ton lit où dorment trois doudous.On les pousse doucement pour avoir de la place.Ensuite, je prends tes lèvres, caresse tes seins. Tu gémis.Tu dis : « Fais-moi jouir fort. Mais n’oublie surtout pas la tendresse. » La température monte. J'entre lentement en toi, par derrière. J'embrasse tes épaules, tes oreilles et ton cou. Mes lèvres implorent la douceur de ta bouche. Tu me mords. Tes ongles griffent mes épaules. Mon sexe glisse profond, et tu le serres pour le garder.La jouissance n'est pas encore là. C'est long. Tu me veux, et en même temps tu crains d’aller trop vite. Quand je prends tes lèvres, tu as envie de hurler, de me crier : « Par pitié, oublie moi ! Je ne veux plus de ça, plus jamais ! J'ai trop souffert de ton absence ! »Les doudous se réveillent et nous regardent. Ils ne comprennent pas. Du sang séché macule leur cou. Ils ne sont pas vivants.En riant, tu me dis : « Tu les connais, ce sont mes en-cas, mes amuse-gueule pour quand tu pars trop loin… » Puis tu ajoutes d’une voix aiguë : « Je suis ta femme, Chéri ! Ne me déçois jamais... »Ta langue empale ma bouche comme un poignard. La soie noire de tes cuisses emprisonne mon bassin. Ta trompe se déroule et s’enroule au dessus de ma tête, fait vibrer l’air d’obscurs mantras. L’instant de ton plaisir ultime est enfin arrivé !Tout va recommencer.Quand je serai parti, tes trois fils se disputeront longtemps les restes de mon corps au pied de notre couche.Mais il faudra revenir…  … cela montre que hn = hc/l est de l'ordre de kT, ce qui entraîne que l varie comme l'inverse de T.

 

Et c'est terrible ! J'ai toujours pas compris. Si je suis T, l est le pire des salauds...

   

FIN

 

© Jean-Pierre Planque 2007. Reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur

Depuis sa mise en ligne vous avez été
1011

visiteurs à consulter cette page

Vos commentaires
peuvent sauver
Jean- Pierre Planque

Commentaire
Nom
Mail
Recopier le code:
Le champs commentaire est obligatoire
Les commentaires apparaissent immédiatement

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

4.69 euros au format Kindle
9.94 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest