L'auberge D'epernay

par

JEAN-CLAUDE RENOUX

J’étais chez moi, j’prenais mon bain, j’étais vanné !
Je dis, j’étais chez moi, j’prenais mon bain, j’étais vanné !
Eh merde ! V’là l’téléphone qui sonne. Allo Henri ?
C’est Corinne ! Mon chéri, mon homme est à Paris,
On s’retrouve à l’auberge, à l’auberge d’Epernay !

Stupéfaction !

Une occas comme ça, ça se laisse pas passer
Je dis, une occas comme ça, ça se laisse pas passer
J’m’habille à tout’ berzingue, je saute dans ma cass’role
J’prends l’autoroute, sur Epernay j’garde la boussole
Mais un coup d’bol pareil, ça pouvait pas durer…

Supputation !

A la hauteur d’Valence, v’la qu’un flic m’fait signe
Je dis, à la hauteur d’Valence, v’la qu’un flic m’fait signe
C’est l’gendarme Larigot qui frétille d’la moustache
C’est l’gendarme Larigot frétillant du stylo
C’est l’gendarme Larigot qui frétille d’la moustache
C’est l’gendarme Larigot frétillant du stylo
Eh merde, j’avais oublié d’boucler ma ceinture

Contravention !

A la hauteur de Lyon, v’la qu’un flic m’fait signe
Je dis, à la hauteur de Lyon, v’la qu’un flic m’fait signe
C’est l’gendarme Larigot qui frétille d’la moustache
C’est l’gendarme Larigot frétillant du stylo
C’est l’gendarme Larigot qui frétille d’la moustache
C’est l’gendarme Larigot frétillant du stylo
Eh merde, j’roulais à tout’ carbure

Contravention !

A la hauteur d’Dijon, v’la qu’un flic m’fait signe
Je dis, à la hauteur d’Dijon, v’la qu’un flic m’fait signe
C’est l’gendarme Larigot qui frétille d’la moustache
C’est l’gendarme Larigot frétillant du stylo
C’est l’gendarme Larigot qui frétille d’la moustache
C’est l’gendarme Larigot frétillant du stylo
Eh merde, j’grillais une clope en roulant en voiture

Contravention !

Me v’la enfin à Epernay, où est l’auberge ?
Je dis, me v’là enfin à Epernay, où est l’auberge ?
A Epernay, ben y en pas qu’une d’auberge
Et à Epernay, j’y ai jamais mis les pieds.
En plus, j’m’appelle pas Henri, et j’connais pas d’Corinne…

Plus de fric, pas de chéquier, pas de carte bancaire,
Je dis, plus de fric, pas de chéquier, pas de carte bancaire
J’vois quelqu’un approcher…
C’est l’gendarme Larigot qui frétille d’la moustache
C’est l’gendarme Larigot frétillant du stylo
C’est l’gendarme Larigot qui frétille d’la moustache
C’est l’gendarme Larigot frétillant du stylo…

J’lui balance un pavé et j’gueule :

Tire, Larigot, tire !

Sous le pseudo de Doc Nemausus

Depuis sa mise en ligne vous avez été
1335

visiteurs à consulter cette page

Vos commentaires
peuvent sauver
Jean-Claude Renoux

J’étais chez moi, j’prenais mon bain, j’étais vanné !
Je dis, j’étais chez moi, j’prenais mon bain, j’étais vanné !
Eh merde ! V’là l’téléphone qui sonne. Allo Henri ? 
C’est Corinne ! Mon chéri, mon homme est à Paris, 
On s’retrouve à l’auberge,
Commentaire
Nom
Mail
Recopier le code:
Le champs commentaire est obligatoire
Les commentaires apparaissent immédiatement

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.84 euros au format Kindle
4.91 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar