Critiques Polar-Jazz - WILLIAM MEMLOUK


Mingus Mood

WILLIAM MEMLOUK


Mingus Mood

Aux ditions JULLIARD


Visitez leur site

21

Lectures depuis
Le jeudi 13 Octobre 2011
 
 

Une lecture de
PAUL MAUGENDRE


1981, La Nouvelle Orlans, un bar. Assis face face une table, un vieux musicien de jazz et une journaliste. Elle veut parler de jazz et surtout de Charlie M. Elle semble bien connatre la vie de Charlie M. mais elle souhaite des prcisions. Sur la vie du contrebassiste, de son amour pour une jeune femme aux yeux bleus, de son dpart vers Tijuana la frontire mexicaine afin doublier celle quil aime, et de lalbum quil a forg, peut-tre le plus beau et celui qui lui tenait le plus cur. Le vieux musicien qui vit dans une bicoque la sortie de La Nouvelle Orlans et subsiste en jouant dans des jam-sessions, crivant dans Le Matin des Noirs, une revue noire trs engage, rticent au dpart, se laisse aller et se confie, extirpant de sa mmoire des lambeaux dhistoires. Il voque Charlie M. quil accompagna dans ses dplacements, jouant dans des night-clubs, en compagnie dautres figures du jazz de lpoque. Bud Powell, le pianiste alcoolique, Dizzy Gillespie, Charlie Parker
Il remonte la source, narrant lengagement de Charlie M. chez Louis Armstrong et quil quitta pour incompatibilit, chez Duke Ellington quil lcha aussi cause de son antagonisme avec le tromboniste Juan Tizol. La joute qui lopposa Nash Greenwood, un contrebassiste blanc qui organisait des duels musicaux dont il sortait toujours vainqueur. En jeu une Ford jaune de 1946 que Charlie M. gagna haut la main en interprtant Canned Heat Blues de Tommy Johnson. Un vhicule convoit pour se rendre Tijuana. Son tabassage par un policier sous un pont, peut-tre par racisme, peut-tre sur les ordres de Greenwood. Et bien avant tout ce qui prcde, la mort de la mre de Charlie M. alors que le gamin navait qu peine six mois, et son enfance dans le quartier dshrit le ghetto de Watts Los Angeles. Charlie M. est habit dune rage, dune colre rentre qui explose parfois, et milite activement contre le racisme, lui dont les origines sont mixtes : sa mre, Harriet Sophia Mingus, est d'ascendance chinoise, anglaise, et afro-amricaine, et son pre, le sergent Charles Mingus, d'ascendance sudoise et afro-amricaine. Il se sent profondment Afro-amricain et lutte contre les diverses injustices dont il est sujet, lui mais galement ses frres de couleur. Sans oublier ses rencontres, ses sances thrapeutiques auprs du psychanalyste Finkelstein. Et sa rencontre avec cette femme aux yeux bleus, une Blanche.
Ce ressentiment, cette rage, cette colre, cette exacerbation, cette brlure intrieure il les portera en lui toute sa vie, et il explose parfois, mettant sa hargne au service de sa musique, dans ses compositions et ses interprtations. Et ce sont sans aucun doute ces sentiments qui lont pouss toujours plus haut afin datteindre cette aura qui a dpass le monde du jazz.
Ce livre, mi roman mi rcit, est imprgn du jazz teint dindignation, de colre, dmotion, de violence, de dpit, de haine, de peur, de fureur, de posie aussi, un condens de lhumeur musicale de lhomme et du musicien. William Memlouk sengouffre avec brio dans un genre peu abord par les romanciers franais, le roman jazz mettant en scne des interprtes clbres, et il augure avec panache la relve de littrateurs tels que, par exemple, Alain Gerber et Michel Boujut, hlas dcd. Son uvre est une composition musicale qui traduit les tats dme, les sentiments, les pulsions, les ressentiments dun homme ulcr. Des chapitres en forme de plages musicales dans lesquelles on retrouve Charlie M. au meilleur de sa forme, cest--dire imbib de whisky, de drogue, de fureur, transposant ses rancurs dans des compositions flamboyantes. A quand le prochain ouvrage de William Memlouk, et qui nous fera-t-il dcouvrir de lintrieur ? En attendant on pourra se gargariser les oreilles (pourquoi pas ?) avec le disque Tijuana Moods et lire lautobiographie de Charlie Mingus : Moins quun chien.
PAUL MAUGENDRE




Pour tre inform des Mises Jour, Abonnez-vous l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les rclames du RayonPolar

Pour votre publicit, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accdant ce site marchand par l'intermdiaire de ce lien vous soutenez financirement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar