Barney Wilen ; Blue melody

YVES BUIN


Barney Wilen ; Blue Melody

Aux éditions COLLECTION CASTOR MUSIC, LE CASTOR ASTRAL.

1915

Lectures depuis
Le jeudi 17 Juin 2011
 
 

Une lecture de
PAUL MAUGENDRE


Un petit livre mais un grand moment d’émotion pour qui a déjà écouté ce saxophoniste qui connut bien des éclipses. Qui se souvient aujourd’hui de Barney Wilen ? Les amateurs de jazz, bien évidemment. Les bédéphiles aussi pour la simple et bonne raison que Barney Wilen fut le héros d’une bande dessinée de Loustal et Paringaux : Barney et la note bleue (Casterman-1987). Et bien d’autres qui comme Monsieur Jourdain s’exprimait en prose sans le savoir. En effet tous ceux qui ont entendu la musique du film Ascenseur pour l’échafaud ne retiennent que le nom de Miles Davis. Seulement le trompettiste, lors des séances d’enregistrement de la musique du film les 4 et 5 décembre 1957, s’était entouré du pianiste René Urtreger, du contrebassiste Pierre Michelot, du batteur Kenny Clarke et du saxophoniste Barney Wilen. Barney Wilen n’avait à l’époque que vingt ans et quelques mois.
Né à Nice le 4 mars 1937, d’un père juif américain et d’une mère française issue de la vieille noblesse provençale, le jeune Bernard-Jean, prénoms qui rapidement se contracteront en Barney, connaitra ses premiers émois musicaux aux Etats-Unis. En effet, son père qui sent le vent de répression se profiler, décide de s’exiler emmenant toute sa famille dans ses bagages, et après quelques déambulations s’installe en Arizona. C’est en écoutant la radio qui diffuse à longueur de journées chansons populaire, standards et rythmes jazzés, qu’il s’intéresse à la musique, intérêt conforté par le don de son oncle Jessie d’un saxo-alto. A la Libération, la famille rentre à Nice et constitue un petit groupe, Le Cousin’s orchestra, qui se produit dans de petits bals, des fêtes locales et autres réunions conviviales. A treize ans notre futur saxophoniste fréquente les musiciens américains de passage sur la côte. A seize ans il monte à Paris, son père s’étant probablement laissé influencé par un ami de la famille, Blaise Cendrars, un expert en fugue, et le jeune Barney participe en 1955 en compagnie du pianiste Pierre Franzino et du bassiste Paul Rovère au tournoi des amateurs, récompensé par l’obtention de l’éphémère et prestigieuse coupe Jazz Cool, séduisant les membres du jury par son aisance ainsi que sa maturité. Mais dès l’automne 1954 il fréquente les clubs, reconnu comme une étoile montante. Il jouera avec le pianiste Henri Renaud, Roy Haynes, Jay Cameron, Jimmy Gourley et Joe Benjamin. Sa musique emprunte au bop, dans la lignée de Charlie Parker, puis de John Coltrane, tout en sachant qu’il ne peut se mesurer à ses maîtres et devra graver son propre sillon. Puis il joue avec des membres du Modern Jazz Quartet, à l’instigation de Sacha Distel. Début 1957, il enregistre ses premières galettes en tant que leader, alors qu’il n’a pas encore vingt ans, aux côtés du pianiste Maurice Vander, père adoptif du batteur Christian Vander le leader de Magma, ou encore de Charles Saudrais, Gilbert Rovère, Hubert Fol. Puis ce sera la rencontre avec Miles Davis, l’enregistrement d’Ascenseur pour l’échafaud, une tournée européenne avec les mêmes musiciens. Il enchaine ensuite les tournées, les prestations discographiques jusqu’en 1962, puis sa carrière est très souvent entrecoupée d’absence, principalement discographique, puisqu’il continue à jouer dans de petits clubs sur la côte niçoise. Mais il veut se détacher du bop, flirte avec le free jazz puis il part pour le continent africain afin de découvrir de nouvelles musiques, de nouvelles sonorités, d’élargir sa palette musicale, de ne pas se cantonner dans un style et peut-être de remonter aux origines. En décembre 1986 il enregistre la fameuse Note bleue et décède le 25 mai 1996 à l’âge de cinquante-neuf ans, ne reniant jamais son amour pour la musique.
Ce survol rapide de la vie de Barney Wilen est plus longuement développé par Yves Buin, mais les amateurs de sensationnel, de déclarations fracassantes, d’intrusions intempestives dans la vie privée du musicien, seront déçus. L’auteur s’attache surtout à décrypter le musicien, ses rapports avec la musique, son parcours professionnel, sa discographie et les artistes avec lesquels il a enregistré, offrant leur chance à des artistes débutants comme Daniel Humair, Alain Jean-Marie, Laurent de Wilde, Enrico Rava… Bizarrement alors qu’il possédait un visa américain, il ne fut jamais reconnu aux Etats-Unis, seulement par les musiciens américains de passage en France, mais encensé au Japon. Cet ouvrage, indispensable à tous ceux qui apprécient le jazz et désirent parfaire leurs connaissances sans avoir l’impression de lire Gala, Voici et autres magazines people, est complété par trois articles extraits de Jazz Magazine (février 1961, février 1966 et avril 1972) ainsi qu’une discographie complète et les titres coups de cœur d’Yves Buin. A la question : Vous considérez-vous comme un musicien français (jazz magazine n° 127 de février 1966) ? il répond : J’ai un passeport français, j’habite Paris : je me considère comme un musicien du monde, temporairement français. Ce n’était pas une question innocente et la réponse non plus, mais pour en savoir le pourquoi je ne peux que vous conseiller de lire ce document.
PAUL MAUGENDRE


Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.88 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest