Critiques Polar-Jazz - ALAIN GERBER


Insensiblement (Django) . Roman.

ALAIN GERBER


Insensiblement (django) . Roman.

Aux ditions EDITIONS FAYARD

3

Lectures depuis
Le lundi 29 Mars 2010
 
 

Une lecture de
PAUL MAUGENDRE


Accoud au bastingage du paquebot qui lemmne vers New-York, en cette fin de mois doctobre 1946, Django rve en regardant les nuages qui fuient insensiblement vers dautres ailleurs. Il est seul, il ne sest pas encombr dune malle cabine, a laiss sa guitare en France. L-bas, en Amrique, il trouvera tout sur place. Mais quoi rve-t-il ? A sa rencontre avec Duke quil la convi venir jouer avec lui ? Au Bird dont il a dcouvert les prestations discographiques enregistres en compagnie de Dizzy Gillespie ? A Coleman Hawkins, Le Haricot, Le Faucon comme lont surnomm ses confrres musiciens ? Que de souvenirs, dimages, de sons, quil retourne insensiblement dans sa mmoire alors quil se voit toujours plus en avant, tout en tant ct. Car Django nimite pas, il cre sa propre musique, manouche et jazz la fois, il nemprunte pas, il possde ses propres rythmes, son univers personnel, sans pour autant savoir lire une partition. De sa dunette, lAmrique doit le reconnatre au premier coup dil, dress au centre dun cercle o nul autre pntre, parce quil est, lui, un musicien unique au monde . Na-t-il pas t accompagn au printemps 1939, par le Duke en personne au Hot Feet, le Duke qui entour de sa cour, impeccable dans son costume moir, a apprci sa prestation. Et que dire des enregistrements effectus Paris en compagnie du tromboniste Dicky Wells, mais un loup pour Django qui rvait dun duo et ne sera relgu quau rle de simple participant pour quatre faces sur six graves, perdu parmi les autres musiciens. Ctait le 7 juillet 1936. Un double rendez-vous manqu, car ce jour-l il perdit une chance, jamais renouvele, denregistrer avec Dizzy Gillespie. Mais tait-ce vraiment cela quil voulait, quil dsirait, lui qui tait pris de libert ? Pas plus dEllington ou de Hawkins, il nattend de Parker et de Gillespie une accrditation. Il veut seulement quils reconnaissent tous son autorit sur le domaine qui est le sien, de la mme faon quil applaudit leur souverainet dans leur propre univers. Le champagne coulera des fontaines publiques avant quil devienne le disciple de quelquun, mme son compagnon de route . Sur ce paquebot, Django rve insensiblement sa musique, cristalliser un univers autour de ses solos de guitare . Il se doit dinnover, comme Bird et Dizzy. Un crateur a tous les droits, sauf celui de se prlasser . Mais se prlasser, Django aime cela, sauf en musique. Jouer au poker, au billard, taquiner la mouche dans leau des rivires, oublier ses rendez-vous, arriver en retard sciemment ou non. Des projets, il en dborde, frtillant de joie comme les truites quil aime traquer, il comptera dans quelques semaines parmi les prime donne du Duke Ellington Orchestra. Mais ce quil ne sait pas, cest que le Duke na aucun problme pour trouver les musiciens qui combleront les dfaillances dun instrumentiste parti voir ailleurs si ctait mieux.
Du Quintet du Hot Club de France, cr quelques mois auparavant, et jouant la Salle Pleyel le 23 fvrier 1935 en premire partie de Coleman Hawkins, le Faucon, qui sest forg une rputation de dmolisseur de musiciens, jusquau dcs de Django le 16 mai 1953, Alain Gerber nous propose sa partition nulle autre pareille. Lui aussi est un crateur dambiances, de sonorits verbales, dhistoires vraies enrobes dimaginaire, multi-instrumentiste du langage crit, brossant des portraits savoureux comme ceux de Duke, de Coleman Hawkins, sur lequel il stend longuement et qui nest peut-tre que le prlude un nouvel opus, de Stphane Grappelli, et de combien dautres qui se faufilent dans ce roman, tmoins Marcel Cerdan, le boxeur, le prolo de Sidi Bel Abbes, ou encore lnigmatique et imaginaire Lorna Selznik.
Et puis lamateur de jazz, en ce temps-l, passait pour un dtraqu aux yeux du corps social, mais se comportait comme une chaisire lintrieur de sa propre chapelle crit-il lorsquil voque les trouvailles et nouveauts jazzistiques de musiciens en qute dutopie. Mais cela a-t-il vraiment chang en soixante dix ans, alors que le jazz est toujours relgu en fins de soire la tlvision et la radio, des missions pour noctambules, quelques exceptions prs ? Un livre placer religieusement auprs de Louie, de Chet, de Charlie, de Lady Day, et bien dautres auxquels Alain Gerber a consacr des pages magnifiques. Mais cest bien la premire fois quil sintresse aussi longuement un musicien franais.
PAUL MAUGENDRE




Pour tre inform des Mises Jour, Abonnez-vous l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les rclames du RayonPolar

Pour votre publicit, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accdant ce site marchand par l'intermdiaire de ce lien vous soutenez financirement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar