forum RayonPolar

- Pub Google -



ARBORESCENCE DE
RIEN - ROMAN A SUVIRE - DIFFUSION HEBDOMADAIRE
forum RayonPolar
Cliquer pour passer en mode Normal RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 31 Juillet 2009 12:34:41
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 7 Aout 2009 18:08:23
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 14 Aout 2009 20:08:55
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 21 Aout 2009 16:48:37
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 28 Aout 2009 13:33:44
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 4 Septembre 2009 13:22:28
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire Dominique Paris dimanche 6 Septembre 2009 22:43:43
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 11 Septembre 2009 17:48:48
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt samedi 19 Septembre 2009 18:51:26
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 25 Septembre 2009 18:55:01
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 2 Octobre 2009 11:21:00
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 9 Octobre 2009 14:17:30
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 23 Octobre 2009 11:19:22
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 30 Octobre 2009 08:54:28
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 6 Novembre 2009 13:46:57
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 20 Novembre 2009 11:13:59
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 27 Novembre 2009 18:49:02
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 4 Decembre 2009 17:59:15
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt samedi 12 Decembre 2009 10:52:25
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 18 Decembre 2009 13:53:59
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt dimanche 27 Decembre 2009 15:33:43

Dominique Paris



RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire
Message posté dimanche 6 Septembre 2009 à 22:43:43


vendredi 31 Juillet 2009 à 12:34:41
Konsstrukt affirmait :
Je ne me souviens plus à quel moment Céline m’a raconté pour Antoine et ma mère. Ce qu’ils faisaient ensemble, leurs délires de secte, leurs fantasmes débiles d’apocalypse. Je ne me souviens plus à quel moment Céline m’a expliqué comment Antoine a tué ma mère et comment tout ça a été filmé. Je buvais trop. Je me droguais trop.

Il est vingt heures trente. Je me mets en route.
Je laisse le fric dans la chambre – à part cinquante euros en pièces et en billets – que je conserve dans une poche. Je ferme la porte. Je descends l’escalier. Je pose la clé sur le comptoir. Je sors de l’hôtel. Je traverse la ruelle jusqu’à une rue piétonne. La lumière du jour décline – devient orangée. La rue est large et le sol dallé. La foule est dense. Flane. S’entasse dans les magasins. Des magasins de fringues. J’essaie de saisir des conversations mais j’en suis incapable. Le trac me comprime la poitrine et le cerveau. Toutes mes pensées tournent autour de ce qui va se passer dans une heure – autour de ma capacité ou de mon incapacité à le faire.
J’ai encore la gueule de bois.
Je n’arrive pas à imaginer que mes actes débordent du présent sur le futur. A me dire que si je fais quelque chose – les conséquences vont se prolonger au-delà de l’instant. Si je casse un truc – je sais pas – si je tire dans la vitrine de cette boutique de lingerie – il y aura du verre partout – la panique – il faudra subir les conséquences – la routine sera modifiée – une autre se mettra en place – ce serait comme modifier un aiguillage – je trouve ma métaphore banale mais j’en suis content. Si je cogne quelqu’un. Il y aura des traces. Qui dureront. Qui seront réelles – observables. Si je me fais mal. Si – par exemple – je me frappe très fort la tête contre ce mur. Tous les jours pendant des semaines je me souviendrai. La douleur me le rappellera. J’aurais en mémoire la couleur blanc cassé du mur. Sa lisseur. Le graffiti à demi effacé proche de l’endroit où mon crane a percuté la pierre. La poubelle pas loin avec une affiche pour un concert collée dessus. J’aurai un pansement. Peut-être des séquelles. J’ai du mal. A accepter ça. Le débordement du présent dans le futur. Si je tue quelqu’un. Il est mort pour toujours. Pour toujours cet acte sera posé. Il n’aura pas de fin. Si je tue quelqu’un. Alors durant toute ma vie je le tue. Et même après que je sois mort. Je continue de le tuer.
C’est quelque chose que je ne peux pas comprendre. Ca.
Les gens me regardent en coin. Je ne veux pas que mon déguisement m’attire d’ennuis.
J’ai le crâne rasé. J’ai un pantalon de cuir noir et des rangers. J’ai un tee-shirt orné d’un symbole du chaos – c'est-à-dire une croix à huit branches toutes terminées en flèches. Une gabardine noire. Le visage maquillé. Pas très bien mais je vais faire avec – du fond de teint blanc et du barbouillage noir autour des yeux et la bouche. J’ai mon arme. J’ai bu pour me donner du courage. Je n’aurais pas du. Je n’ai pas plus de courage et je sens que mes réflexes sont émoussés. Je me trouve ridicule. On dirait The crow après une chimiothérarie.
Le bar s’appelle Barad-Dur. C’est un lieu de rassemblement de tous les mouvements black metal. Il est à l’écart des rues fréquentées. Il se trouve dans un quartier en rénovation. Des maisons sont vides. Des immeubles sont en travaux. Quelques rues où je ne croise personne. Et puis des gens habillées comme moi et qui vont dans la même direction que moi. La plupart semble se connaître. Quelques-uns me regardent de travers. Il y a ceux qui ont les cheveux très longs et ceux qui ont le crâne rasé. Ceux-là ne sont pas maquillés et portent des tee-shirts à croix celtique et des jeans retroussés et des rangers. Je me demande si je suis crédible. Je mélange plusieurs choses. Les autres se classent aisément à leur façon de s’habiller – leur coiffure – les symboles qui ornent leurs tee-shirts. Les païens. Les fachos. Etc. Moi je fais mariole. Je fais déguisé – et c’est ce que je suis – déguisé.
J’espère qu’il n’y aura pas de bagarre. Ces connards ne me font pas peur – j’ai mon arme – mais je préfère rester discret.
Le bar est ouvert. L’emplacement de la vitrine est muré. Le mur est couvert d’affiches pour des concerts de black metal et pour des rassemblement nationalistes. On discerne tout de même les parpaings. Il y a un néon qui diffuse de la lumière mauve au-dessus de l’entrée. Le nom du bar – Barad-Dur – est peint au pochoir au dessus du néon. La typographie est militaire. Une cinquantaine de personne discute sur le trottoir et dans la rue. Par petits groupes mais tout le monde semble se connaître – au moins de vue. Personne n’est habillé normalement. Les fachos semblent majoritaires. Deux types s’écartent de la porte pour me laisser entrer. Ils me regardent de travers. J’entre. Une musique aggressive et lancinante sort des hauts-parleurs. La lumière est rouge sombre. C’est petit. C’était peut-être une épicerie avant. Il y a une dizaine de personnes presque toutes au comptoir. Du sol au plafond tout est peint en noir – il y a des haches et des épées accrochées au mur – il y a des casques médiévaux et d’autres de la seconde guerre mondiale posés sur une étagère – il y a des posters de groupes sur les murs. Il y a des skins accoudés au comptoir. La scène est vide. Plusieurs groupes jouent ce soir. Ca commence à vingt-et-une heures. Les skins me regardent de travers. L’un deux m’apostrophe :
– Hé la tapette ! C’est pas ce soir Depeche mode !
– T’as oublié ton triangle rose ?
Je ne réponds pas. Je m’accoude – à l’autre bout du bar.


salut,
comment peut on écrire une telle daube et la soumettre
ici ?

c'est moins que rien ! et dire que certains devront
subir cela avec de la musique ?

fo de tout pour faire un monde mais quand même !

c'est con ce truc !

dominique


DOMI