forum RayonPolar

- Pub Google -



ARBORESCENCE DE
RIEN - ROMAN à SUVIRE - DIFFUSION HEBDOMADAIRE
forum RayonPolar
Cliquer pour passer en mode Normal RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 31 Juillet 2009 12:34:41
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 7 Aout 2009 18:08:23
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 14 Aout 2009 20:08:55
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 21 Aout 2009 16:48:37
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 28 Aout 2009 13:33:44
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 4 Septembre 2009 13:22:28
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire Dominique Paris dimanche 6 Septembre 2009 22:43:43
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 11 Septembre 2009 17:48:48
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt samedi 19 Septembre 2009 18:51:26
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 25 Septembre 2009 18:55:01
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 2 Octobre 2009 11:21:00
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 9 Octobre 2009 14:17:30
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 23 Octobre 2009 11:19:22
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 30 Octobre 2009 08:54:28
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 6 Novembre 2009 13:46:57
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 20 Novembre 2009 11:13:59
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 27 Novembre 2009 18:49:02
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 4 Decembre 2009 17:59:15
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt samedi 12 Decembre 2009 10:52:25
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt vendredi 18 Decembre 2009 13:53:59
RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire konsstrukt dimanche 27 Decembre 2009 15:33:43

Konsstrukt



RIEN - roman à suvire - diffusion hebdomadaire
Message posté vendredi 2 Octobre 2009 à 11:21:00

LES INFOS DE SEPTEMBRE, POUR COMMENCER :

ce mois-ci, quelques nouveautés à vous mettre sous la dent :

- ici : http://konsstruktphotos.blogspot.com, vous pourrez voir quelques photo de la lecture donnée à lyon pour le vernissage d'anne vanderlinden en compagnie de gredin à la basse et à la game boy. à noter aussi qu'il reste quelques fanzines tirés à cette occasion. ils contiennent l'intégralité de la nuit noire et le texte de la lecture (c'est à dire le début de rien). pour les commander (68 pages, 5 euros) il suffit de m'envoyer un mail ou d'envoyer un chèque à cette adresse :
christophe siébert - 9 allée des colibris - 33700 mérignac

- pour ceux qui l'avaient raté à l'époque et pour ceux qui l'avaient aimé et voudraient le relire, le recueil de poèmes MON CUL est de nouveau disponible en téléchargement gratuit ici : http://www.leoscheer.com/man/spip.php?page=man&id_article=493

- enfin, last but non least, mon deuxième roman dans la collection les érotiques d'esparbec est paru il y a quelques jours. il s'appelle le mange-femme et en voici la quatrième de couverture :

colosse au passé trouble, l'ogre veut finir sa vie dans la baise la plus débridée. Il les a toutes eues ; enfin, presque toutes. à l'heure du bilan, quand son médecin lui annonce qu'il a contracté une maladie fatale, il se rend compte que des femmes manquent à son palmarès. il va alors se lancer dans sa dernière quête, explorer tous ses fantasmes, franchir tous ses tabous.

et voilà ce qu'en dit l'éditeur :
après j'ai peur et le valet, le mange-femme est le troisième roman de christophe siébert. on y retrouve le même goût des excès et la même folie. sa lecture est fortement déconseillée aux tenants du "sexe libéré". son domaine, c'est l'enfer, pas le paradis...

voilà, c'est chez media 1000, il y a un cul magnifique en couverture, ça se trouve dans les gares ou sur le site de l'éditeur (http://www.lamusardine.com).

***

RIEN - épisode 10


La chambre est bien. Elle est belle. Confortable. Jolie vue. Tout. Tapisserie à fleurs – mais pas moche. Deux photos en noir et blanc – le style Paris au bon vieux temps – encadrées et sous verre. Des petites lampes de chevet avec des abat-jour plissés. Rouge sombre. J’ai envie de boire. Je lutte contre cette envie. Je m’allonge sur le lit. Il est confortable. Large. Avec tous les interrupteurs à portée. J’éteins le plafonnier. J’allume les lampes. Lumière chaude et enveloppante. Belles ombres. Je me sens bien ici. Et puis ça revient : ma mère est morte – Céline est morte. Je me tourne sur le côté. Vers la fenêtre qui me renvoie mon reflet. Quand Céline passait trop longtemps sans boire elle devenait agressive et angoissée. Elle avait des maux de ventre et des migraines. C’était comme ça depuis qu’elle avait mon âge – elle m’a raconté – je n’ai jamais vu – on avait tout ce qu’il fallait à boire – on n’avait aucune envie d’arrêter. L’alcool ne lui causait aucun dégât apparent. Elle avait la peau douce et fine. Elle avait le même genre de voix que les pouffes de ma classe – pas du tout l’allure d’une nana de presque quarante ans. Je me relève. Je fais les cent pas dans la chambre. Des petites lattes soigneusement assemblées. Ca ne grince presque pas. Je ne l’ai jamais vue vomir. Des fois elle se taillait les bras ou le ventre avec un couteau ou alors elle donnait des coups de poings dans les murs jusqu’à se faire saigner les jointures. Le lendemain elle ne pouvait plus bouger les mains. D’autres fois elle voulait se battre avec moi. J’ai envie de sortir. Je ne peux pas rester là à gamberger sans cesse. Il est quelle heure ? Putain je ne sais pas. Il doit être au moins minuit. Je vais voir à la fenêtre. Personne devant le théâtre. Il a l’air fermé. Plus loin il y a un bar. Il a l’air ouvert. Personne en terrasse. Trois tables occupées à l’intérieur. Un type tout seul au comptoir. Il a gardé son imper. Pas beaucoup d’animation. Plus de minuit sans doute. Sa libido devenait incontrôlable et insatiable – quand elle était bourrée. Elle adorait m’exciter – m’allumer. Se refuser à moi et ensuite me prendre de force. Elle était plus forte que moi. Même quand j’étais cuit au point de ne pas pouvoir bander elle y arrivait. Elle aimait des trucs qui m’auraient paru dégueulasses venant d’une autre. Elle aimait que je lui lèche la chatte ou l’anus alors que je venais d’y éjaculer. On buvait tout le temps – du matin au soir. Bière au réveil – elle se réveillait à l’aube – on baisait un peu en fumant des pétards. On se rendormait jusqu’à midi – là on passait au pastis ou au vin et on mangeait ce qu’on trouvait. L’après-midi on marchait dans la campagne ou alors on restait à boire du vin taper des rails d’héro et baiser encore en matant des DVD – on s’endormait à moitié – on parlait – on sortait de la torpeur après le coucher du soleil. On attaquait la vodka et on roulait d’autres pétards – jusqu’à la fin. On ne buvait que des bons alcools – on ne se privait pas – on avait les moyens – avec la liasse que j’avais découverte dans la boite à bijoux. On parlait jusqu’à l’aube – elle me faisait tout son cirque d’allumeuse/violeuse – elle adorait que je la lèche quand elle était à ce stade de défonce – comme ça tous les jours pendant trois mois. Des fois on quittait la maison pour aller se perdre dans la forêt. On allait dans les arbres. On accomplissait des rituels. On faisait des feux. On criait des trucs. C’était bizarre sa religion. J’enfile mon manteau. Je n’oublie pas mon revolver. Tentation de le charger. Non. Ne fais pas cette connerie. Déconne pas. Je sors de la chambre. Je descends l’escalier. Un jeune type en uniforme noir et blanc est à l’accueil. Il me dit bonsoir monsieur. Je lui tends la clé. Je dis à tout à l’heure. Il me dit bonne fin de soirée monsieur. Je sors de l’hôtel. Froid glacial. Je n’ai pas envie de dormir. Non. Je vais passer la nuit éveillé je crois. Et demain : le train. Retrouver ce fils de pute. Retrouver de bâtard. Antoine. Le gendarme. Antoine le gendarme. Je dépasse le bar. Je traverse la place du Chatelet. Le quartier est endormi. Je marche lentement. Je regarde tout – les voitures – les façades – le ciel – la route – je regarde tout – mais rien ne frappe ma conscience. Rien de ce que je vois ne me distrait. Je pense à Céline. A ma mère. Inlassablement. Je tourne en rond. Je ressasse. Je rejoue les conversations. Je me demande ce qu’aurait répondu Céline si j’avais posé autrement la question. Je pose de nouvelles questions. J’écoute les nouvelles réponses de Céline. Je parle à ma mère. J’écoute ses explications. J’écoute surtout les miennes. Je règle mes comptes. Dans ma tête. Avec deux personnes mortes. Ma mère. Morte. Et Céline. Morte. Je leur parle. Je leur parle sans pourvoir m’arrêter et c’est toujours les mêmes phrases. Je n’en peux plus. Je suis épuisé. Je marche. Rien ne me déconcentre.