No Limit

Imprimer No Limit Imprimer (format pdf) Imprimer No Limit



- NO LIMIT -


Scénario et Réalisation

Réalisateur : Didier Le Pêcheur ; Julien Despaux

Scénariste : Franck Philippon ; Luc Besson
No Limit

fleche Soutenez RayonPolar en achetant
No Limit

sur
Amazone

fleche
fleche

Distribution

Vincent Elbaz : Vincent Libérati || Anne Girouard : Juliette || Sarah Brannens : Lola Libérati || Hélène Seuzaret : Alexandra || Christian Brendel : Col. De Boissieu || Bernard Destouches : Bago || Philippe Herisson : Bertrand Rey || Vanessa Guide : Marie Dulac || Damien Jouillerot : Tony Massart || Makita Samba : Arthur Lefranc || Véronique Kapoian : Cdt. Nadine Leroy || Jean-Marie Paris : Bouly || Franck De La Personne : Professeur Grimberg || Ludivine Manca : Manon || Clément Brun : Rémy


Guide des Episodes

No Limit

Guide des Episodes

Devant le petit écran
L A

 
Probablement poussée par un vent de renouveau aux senteurs outre-Atlantique, TF1, en ce mois de septembre de l’an de Grâce 2012, a décidé d’investir fortement dans la fiction, espérant, peut-être, ainsi reconquérir les parts de marché fraichement perdues.

• En haut de l’affiche :
9 millions d'euros and Luc Besson !
• Avec au casting :
Vincent Elbaz, l’homme du « Le Péril jeune » de Cédric Klapisch (1994), de « La Vérité si je mens ! » 1 et 3, « Les Randonneurs » de Philippe Harel (1997 et 2008), en d’autres termes l’homme aux 35 films entre 1994 et 2012 ; Anne Girouard, la femme aux 23 rôles au théâtre depuis 1995 et aux 10 films depuis 2004, la reine Guenièvre de « Kaamelott » ; Franck de Lapersonne, l’homme de théâtre à la filmographie impressionnante ; etc.

Le tout pour « proposer des choses que l'on n'avait pas vues dans les séries françaises et de surprendre », une sorte de « James Bond avec des soucis du quotidien ».
Pour preuve :
« Vincent, agent à la DGSE, est atteint d’une maladie incurable. Il est contacté par un département secret qui lui propose un traitement expérimental en échange de missions spéciales sur le territoire français, qu’il accepte pour se rapprocher géographiquement de sa fille de 15 ans, de son ex-femme et de sa sœur, flic à la crime. Défis pour Vincent, il devra assumer en même temps la crise d’adolescence de sa fille, les états d’âme de son ex et éviter que sa sœur, flic, ne le reconnaisse alors qu’il n’est officiellement qu’un simple poseur d’alarmes… »

Seulement, dès les premières minutes du premier épisode de cette série de six le spectateur renifle l’escroquerie. (1)

Qu’est-on en train de nous fourguer ? D’évidence un produit frelaté !

On souhaitait nous « proposer des choses que l'on n'avait pas vues dans les séries françaises et de surprendre » ?
On nous sert un humour indigeste (2) censé égayer quelques cabrioles ridicules. (3)
On décline, sans mobile apparent, le trafic de drogue, d’armes et d’êtres humains. (4)
On noie un suspense velléitaire sous des intrigues secondaires qui décrédibilisent les personnages. (5)
Et tout est à l’avenant
Tout est bâclé !

En d’autres termes et toute chose restant égale par ailleurs, « No limit » aurait dû s’intituler « No limit au ridicule ».

De la saison 1 à la saison 2 : des progrès.

Pour la saison deux, les scénaristes ont tenté de changer leur fusil d’épaule. Probablement inspirés par les séries venues du froid, ils ont construit leur intrigue sur l’ensemble de la saison. Exit les épisodes indépendants, bonjour le « à suivre » toxicomanogène. Et force est de constater qu’ils ont, au milieu de la saison, réussi à construire un climat de suspense des plus efficient. Mais il est vrai qu’ils se sont raccrochés aux conseils d’un expert en la matière : Hitchcock. Et qu’ils ont particulièrement travaillé le « méchant ».
Malheureusement, le fond de l’affaire demeure, par ailleurs, inchangé. Et nous avons toujours droit au même humour, aux mêmes pagnolades. En d’autres termes et en dépit de leurs efforts louables, ils ne sont pas encore parvenus à se débarrasser de toutes les scories qui encombrent ce « no limit » (6). Gageons que, s’ils poursuivent dans cette voie, la saison trois sera une réussite.

De la saison 2 à la saison 3 : un casting enrichi.

La principale nouveauté de cette saison (7) n’est pas à rechercher du côté des scénarios qui, malheureusement, se révèlent trop rapides pour la plupart et parfois mal agencés , ni dans la tonalité qui, si elle laisse une plus grande place à l’action, style blockbuster made in France (8), ne s’est pas totalement départi d’un humour souvent agaçant. En fait l’unique élément qui différencie cette saison des précédentes c’est l’arrivée de nouveaux acteurs, au nombre desquels on compte Claude Brasseur, Mylène Demongeot et Patrick Chesnais autour de qui la saison inscrit sa continuité en développant un arc narratif de type familial. Et ainsi, « No limit » pourrait s’intituler : « les déboires de la famille Libérati »





1- Un militaire des forces spéciales passe un coup de téléphone satellite pendant une intervention musclée, et chante joyeux anniversaire à sa fille en dégommant des terroristes!!!!!!

2- Mention spéciale à l’adjoint de Lola Libérati, plus Raimu que l’original !!!!

3- Vincent pénètre dans une maison pour la truffer de micros, en plein jour, alors que les habitants passent de pièce en pièce et qu’une jolie fille dort dans la chambre !!!! Et Vincent bondit depuis la balustrade du premier étage sans un bruit !!!

4- On se demande d’ailleurs pourquoi les services plus que spéciaux enquêtent sur ces individus… Ce qu’ils ne font pas, puisqu’ils les savent coupables ! Alors, pourquoi perdre du temps ? Une balle dans la tête ne suffirait-elle pas ?

5- Et ceci d’autant plus que ces intrigues secondaires n’ont aucune consistance et se cantonnent à "papa maman divorcent et ont une fille" !!!

6- Si nous ne sommes plus au pays aride de « papa maman divorcent et ont une fille », nous ne quittons pas pour autant le « papa maman ont une fille » avec en prime « papa baise, maman va se marier avec un maladroit, mais n’est pas insensible au charme d’un galant homme » etc

7- On notera aussi la modification de format. Chaque intrigue court ainsi sur deux épisodes d’une cinquantaine de minutes. Ce qui aurait dû donner les coudées franches aux scénaristes.

8- Souvent très convaincant
L A
Le vendredi 25 Novembre 2012
 
 


No Limit

saison 1saison 2saison 3

  SAISON 1
Guide des épisodes

Retour aux saisons de  No Limit

No Limit
Fiche

No Limit
Fiche

No Limit
Fiche

No Limit
Fiche

No Limit
Fiche

No Limit
Fiche
 
  SAISON 2
Guide des épisodes

Retour aux saisons de  No Limit
Diamants de sang
Tchéky Karyo
Fiche
Infiltration
Bruno Lopez
Fiche
Braquage à la marseillaise
Vanessa Guide
Fiche
Mort ou vif
Hélène Seuzaret
Fiche
Le prototype
Vanessa Guide
Fiche
Mariage à haut risque
Tchéky Karyo
Fiche
Vacances j'oublie tout...
No Limit
Fiche
Panique chimique
Hélène Seuzaret
Fiche
 
  SAISON 3
Guide des épisodes

Retour aux saisons de  No Limit

Claude Brasseur
Fiche

Patrick Chesnais
Fiche

Samir Boitard
Fiche

Julie Ordon
Fiche

Anne Girouard
Fiche

Mylène Demongeot
Fiche

Anne Girouard
Fiche

Vincent Elbaz
Fiche
 

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le mercredi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar