En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



 Alien

Alien

Sa Filmographie

Imprimer toutes les fiches (format pdf)

 Alien
En 1979 sortait sur les écrans ce qui allait devenir le premier volet de la Saga Alien(1) : « Le huitième passager »; film où la terreur se conjuguait à la science-fiction.
Une trentaine d’années plus tard que reste-t-il de cette peur qui rétractait les chaussettes des spectateurs?
Force est de constater que ce film n’a pas pris une ride et que nous sursautons toujours aussi spontanément face à l’attaque de l’arthropode jailli de l’œuf inerte. Que nous tremblons toujours pour les membres de l’équipage du Nostromo, comme nous tremblons pour les Marines débarqués sur la planète LV426 ou les prisonniers de Fiorina 161.
A la différence de quelques autres séries de ce type, la saga Alien a su éviter, au fil des épisodes, le naufrage messianique qui rime avec humanisme ravi post nucléaire. (2)
 

Lieutenant Ellen L. Ripley

 Alien
C’est autour de ce personnage qu’est bâtie la série Alien, à tel point que lorsqu’à la fin du troisième opus, il se suicide en se jetant dans la fournaise, nous sommes en droit de penser que la série s’arrêtera là. Mais c’est sans compter sur la magie du cinéma, les progrès de la science et le sens de l’ellipse des scénaristes.
A l’origine, ce personnage était destiné à un homme, mais la 20Th Century Fox suggéra que le rôle fût donné à une femme. Nous étions en 1979 et les mouvements féministes radicaux bougeaient encore… Il semblerait que Meryl Streep et Veronica Cartwright(3) aient été approchées pour interpréter Ripley, mais se sera finalement Sigourney Weaver(4) qui sera retenue. A cause de son physique plus androgyne… peut-être de ce sourire à la distanciation ironique qu’elle partage avec Harrison Ford (5).
 

La terreur selon Alien

 Alien
L’image de la bête immonde a de quoi faire trembler plus d’un spectateur; noir et fuyant, il bondit des recoins les plus obscures et l’esprit du public résonne du souvenir des monstres qui peuplaient les dessous de lits (6). Que savait-on d’eux? Rien, si ce n’est qu’ils pouvaient surgir à tout moment. Et c’est bien ainsi qu’apparaît Alien. De nulle part, si ce n’est d’une sorte d’œuf fossilisé. Qui est-il? D’où vient-il? Jamais nous ne le saurons.
Que veut-il? Se reproduire (7). Gluant, visqueux, poisseux, il salive à l’odeur de l’humain qu’il féconde. Cancer dévastateur venu du fin fond du néant, il éclot dans les corps avant de se métamorphoser en Diable (8), vieille figure des peurs de l’humanité.
Alien boucle le cycle maternité et mort, duo synonymique, enfui dans la mémoire collective, toujours prêt à s’éveiller.
 

L’esthétique de la maternité

 Alien
« Fructifiez et multipliez et remplissez la terre et soumettez-la, et assujettissez-vous les poissons de la mer et les oiseaux des cieux et tout animal qui se meut sur la terre. » La Genèse Chapitre 1 Verset 28.
Tel semble être le précepte qui guide Alien. La reproduction, la multiplication de l’espèce… sa survie; et ce principe n’est pas sans conséquences esthétiques.
« Le Huitième Passager » n’est pas autre chose que la transcription de la Genése. Certes, Ripley n’y est pas encore atteinte du syndrome de la maternité, mais tous ces coéquipiers décèdent de ce mal de l’espace qu’elle ne parvient à éradiquer qu’en détruisant le vaisseau et en se plongeant dans un état proche de l’embryon.
« Le Retour », ne conduit pas seulement Ripley au cœur de la pouponnière des monstres, il la pose explicitement au centre d’une pré-maternité bisexuelle. Dès les premières images du film nous apprenons que sa fille, plus vielle qu’elle, est morte et plus tard, c’est sans surprise, que nous assistons à sa rencontre avec Newt. Qu’elle adopte la jeune fille et qu’elle la sauve des œufs de la Reine dans un combat à la Rambo(9) qui dure ce qu’il dure durant le film, quinze minutes, s’inscrit dans cette logique intrinsèque. Le troisième opus plonge plus avant l’héroïne dans la maternité. Enfanté par un Alien venu d’on ne sait où, Ripley n’a d’autre choix, pour avorter, que de se suicider. Et il faut attendre « La Résurrection » pour qu’elle donne enfin la vie.
 

Les forces en présences

 Alien
D’un côté Alien - une fois sur deux Aliens- de l’autre Ripley, tantôt entourée d’ouvriers du transport, de Marines, de prisonniers illuminés ou de pirates amoraux. Entre les deux la lutte est sans merci, féroce et sanglante.
Mais une troisième force se mêle de la partie : la Compagnie. Force obscure et absente, lointaine et impalpable, abstraite et toute puissante. Elle ordonne et dispose. Déclenche l’éveil du Alien, sacrifie toute une colonie de pionniers, n’a que faire de la vie d’un groupe de prisonniers ou de quelques humains achetés à bas prix.
Elle ne veut ni la mort d’Alien ni sa survie. Elle n’a que faire de la vie, seul l’intéresse le son autoreproduction : le profit.
Tantôt campé sous les traits de l’androïde Ash, de l’avocat Burke, de Bishop II ou du Dr. Wren, jamais elle ne lâche la partie et qu’importe le temps, le Capital se croit éternel.
 

 Alien
1- Notons qu’il existe pour chacun de ces quatre films plusieurs versions : les versions cinéma et des versions longues disponibles parfois sur DVD
- pour « Le Huitième Passager » ceux sont une dizaine de scènes qui ont été coupées -et en particulier celle où un membre de l’équipage est tué par Alien sous les yeux du chat, ou encore celle où Lambert croise Alien et enfin celle ou retrouve dans les soutes du les membres de l’équipage. D’autres n’ont tout simplement jamais été montrées.
- Pour « Le retour » les deux versions différent de 17 minutes et une scène n’aurait jamais été montrée
- Pour le troisième épisode, les différences sont les plus importantes. Les deux versions différent de 40 minutes… on peut parler de deux films distincts
- « La Résurrection » contient 7 minutes de scènes additionnelles.
Certaines de ces coupures sont visibles sur le Net et tous les détails sont disponibles sur www.planete-alien.net
Notons aussi qu’un cinquième épisode était annoncé pour 2004…

Il est bien évident que nous n’incluons pas dans la saga les deux films:
Alien vs Predator (2004) de Paul W. S. Anderson, Aliens vs Predator : Requiem (2008) de Greg et Colin Strause.
Ni Predator (1987) de John McTiernan, Predator 2 (1990)de Stephen Hopkins et Predators (2010)de Nimród Antal


2- La série des films « la planète des singes » en fournit un bon exemple. La Planète des singes de Franklin J. Schaffner (1968), Le Secret de la planète des singes de Ted Post (1970), Les Évadés de la planète des singes de Don Taylor(1971), La Conquête de la planète des singes de J. Lee Thompson (1972), La Bataille de la planète des singes de J. Lee Thompson(1973). Il convient, bien sûr, de retirer de ce naufrage La Planète des singes de Tim Burton (2001)

3- Elle campe, dans l’Episode 1, J.M. Lambert. La scène de sa mort a été coupée et a fait couler beaucoup d’encre libidineuse.

4- Il s’agissait là de son troisième film. Son premier rôle, elle le tient dans Annie Hall de Woody Allen(La compagne d’Alvy devant le théâtre)

5- A l’image de Sigourney Weaver, Harrison Ford doit, en grande partie, son succès mondial à « La Guerre des étoiles » de George Lucas sorti en 1977. Notons que ces deux géants du cinéma n’ont joué ensemble que dans un seul film : Working Girl (1988)

6- « Ma maman me disait que les vrais monstres n'existaient pas... Mais il y en a. » (Ripley Episode 4)

7- La reproduction des Alien a fait l’objet d’une étude très sérieuse. Et de ce point de vue l’épisode 3 est quelque peu incohérent

8- Dans une scène coupée de l’épisode 1, on aperçoit Alien comme descendant de la croix

9- Rambo 1 (1982) - Rambo 2 : La Mission (1985). Archétype du mâle invisible et vengeur. Lorsque Ripley s’arme, avant de partir à la recherche de Newt, on ne peut penser, tant par les préparatifs que par la tenue, qu’à ce héros, engendré par les frustrations de la défaite de la guerre du Viêt Nam
 

reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar




En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Régie publicitaire internet


Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011






(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique


PageRank Actuel