En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Woody Allen

Woody Allen

Sa Filmographie

Imprimer toutes les fiches (format pdf)

Brève biographie.

Woody Allen
Woody Allen, de son vrai nom Allen Stewart Konigsberg, est né à New York à Brooklyn dans une famille juive qui déménage souvent et se dispute tout autant. Aussi trouve-t-il très vite refuge dans les salles obscures de son quartier. A ce sujet, il dira plus tard
« Moi, j'ai toujours détesté l'été, détesté la chaleur, détesté le soleil. J'avais donc pris l'habitude de me réfugier dans des salles climatisées. Et parfois j'y allais quatre, cinq ou six fois par semaine, ou même chaque jour; j'y dépensais tout mon argent de poche. Il y avait toujours un double programme. J'adorais ça! Mais en hiver, en période scolaire, c'était autre chose ! On n'avait le droit d'aller au cinéma qu'en fin de semaine. Alors, généralement, j'y allais et le samedi et le dimanche, et parfois même le vendredi après-midi, en sortant de cours »
Par la suite il vend des gags à NBC, puis se produit dans des cabarets ou à la télévision, avant de devenir l’un des comiques les plus cotés de la scène new-yorkaise.
Il travaille à l’écriture du scénario de « What's New Pussycat » ?, film qui sort en 65 puis il détourne un film d'espionnage japonais (« What's Up, Tiger Lily » ) et interprète Dr. Noah dans Casino Royale.
 

Sous la rupture, la continuité.

Woody Allen
Ce n'est finalement en 68 qu’il devient réalisateur avec « Prends L'oseille Et Tire-toi », succès public et critique. Il enchaîne aussitôt une série de films qui connaissent le même succès et semble l’enfermer dans un genre : le comique fils cadet du gagman. Mais en 77 il rompt avec ce cinéma et réalise « Annie Hall », puis le très bergmanien « Intérieurs » et enfin ce qui est aux yeux de beaucoup son chef d’œuvre « Manhattan » (1)
Mais sous cette apparente rupture, ne se cache-t-il pas une continuité inflexible?
Qu’il s’agisse de « Prends L'oseille Et Tire-toi », de « Annie Hall » ou de « Scoop », le personnage est le même: silhouette frêle, maladresses et grosses lunettes.
Et cette présence, qu’il ne tentera jamais de travestir, sera toujours marquée par le sceau de l’angoisse existentielle. D’un bout à l’autre de sa filmographie Woody Allen est et reste le juif new-yorkais, malchanceux, en proie aux obsessions et frustrations sexuelles.
Et d’un film à l’autre, il puise son inspiration dans le même matériel : son autobiographie. Réelle ou imaginaire (2), nourri l’une de l’autre, portée par lui ou ses différents lui-même.

1- A ce propos, il est piquant de noter que Pauline Kael influente critique du New Yorker écrivit :
« Quel homme dans la quarantaine, hormis Woody Allen, pourrait faire passer sa prédilection pour les adolescentes pour une recherche des valeurs authentiques »
mais la critique n’en était pas à sa première bévue, elle avait traité de façon identique Clint Eastwood
2- Dans « Prends l'oseille et tire-toi » les parents du héros apparaissent affublés de masques de Groucho Marx.
Allen dira à ce propos : « Mes parents ne méritaient pas qu'on voie leurs visages.»
 

reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar




En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Régie publicitaire internet


Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011






(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique


PageRank Actuel