En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Serguei Eisenstein

Serguei Eisenstein

Sa Filmographie

Imprimer toutes les fiches (format pdf)

Serguei Eisenstein
Les œuvres de jeunesse d’un cinéaste - plus généralement d’un créateur- se distinguent de ses réalisations de maturité. Il n’est pas rare de pouvoir délimiter avec précision plusieurs périodes dans la construction d’une œuvre.
D’évidence, avec le temps, un cinéaste acquière de l’expérience, aussi bien dans la direction d’acteurs que dans la mise en scène. Il apprend à jouer avec l’ombre et la lumière, à dompter les cadrages et les enchainements, etc… et parfois cette maitrise le conduit à une emphase qui tue sa spontanéité et le ravale au rang du pompeux.
De même, les circonstances de sa vie personnelle, ainsi que l’état de la société dans laquelle il évolue, influencent grandement ses réalisations. Il convient donc d’avoir à l’esprit tous ces éléments avant de tenter de s’approprier une quelconque création.
Mais si un film ne doit pas être vu uniquement en soi et pour soi, il ne doit pas être abordé autrement qu’en tant qu’objet unique, qu’en tant qu’entité autonome qui renferme sa propre explication.
Il en va ainsi de tous les cinéastes qui ont construit une politique d’auteur… sauf de quelques-uns. Et Eisenstein appartient à cette catégorie.
 

De la révolution…

Serguei Eisenstein
Ses premiers films sont le miroir des années d’effervescence révolutionnaire. Il filme les masses en mouvement, fait de celles-ci le personnage central de son cinéma.

« Foule esclave, debout ! debout ! […]
Nous qui n'étions rien, soyons tout. »

Et ce tout a un corps, fait des milliers de corps des travailleurs de la « Grève » ; un visage, fait des milliers de visages du « Cuirassé Potemkine » ; une gestuelle, faite d’un montage nerveux, du choc des plans, des contraires qui se dressent ; une géométrie, faite de ses lignes de foules qui envahissent l’écran pour une marche en avant.

« Il n’est pas de sauveurs suprêmes :
Ni Dieu, ni César, ni Tribun.
Travailleurs, sauvons-nous nous-mêmes »

Et si Lénine déclenche l’insurrection d’Octobre, ce sont les bataillons ouvriers, les milliers d’orateurs et d’agitateurs qui se sauvent eux-mêmes de la menace bonapartiste en renversant le gouvernement de Kerenski.
 

… A la contre-révolution stalinienne.

Serguei Eisenstein
Mais au seuil des années 30, les masses se retirent et l’héroïne envahit le champ pour une « Ligne Générale » âprement discuté au Comité Central du PCUS. Le temps n’est plus aux expérimentations et aux montages intellectuels. Le cinéma doit illustrer la ligne du Parti, celle que dessine Staline au travers de ses jeux d’alliances qui se dénouent dans le sang.
Comme cherchant à prendre du recul, Eisenstein part pour un tour du monde que la duplicité rendra infécond.
Mais Staline veille et Eisenstein rentre dans un pays où du passé il ne convient plus de faire table rase. Dans une URSS où la seule possibilité qui s’offre à lui consiste à tourner des plans serrés sur des « sauveurs suprêmes » faiseurs de l’Histoire, qu’ils se nomment Alexandre ou Ivan.
 

Serguei Eisenstein
Des mille visages qu’il filmait dans sa jeunesse à la figure d’Ivan le Terrible, ce n’est pas un cheminement artistique qu’a parcouru Eisenstein. Rien ne peut s’expliquer dans son œuvre indépendamment des méandres assassins de la politique stalinienne. Et rares sont ses films dont l’explication esthétique ne siège pas au Comité Central.  

reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar




En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar





Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011






(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique