En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Russ Meyer

Russ Meyer

Sa Filmographie

Imprimer toutes les fiches (format pdf)

Une brève biographie

Russ Meyer
Russ Meyer voit le jour le 21 mars 1922 à San Leandro en Californie. Il sera élevé par sa mère Lydia qui à l’âge de 14 ans lui offre une caméra Univex. Et c’est dès ses 15 ans qu’il obtient ses premiers prix.
La rumeur du web veut que de tempérament timide il consacre ces années-là à la lecture des « Lil' Abner Stories », bandes dessinées d'Al Capp, qui mettent en scène un homme aussi stupide que musclé et sa sculpturale épouse, Daisy Mae, avant de fréquenter assidûment les shows « burlesques »
En 1942, il est affecté dans une unité des actualités de l’US Army. Sa compagnie, placée sous le commandement du général Patton, débarque à Omaha Beach en 1944, deux mois plus tard il entre dans Paris avant de prendre la route de l’Est et participer à la libération des camps de concentration.
Autant de moments qu’il filme, laissant pour l’histoire de précieux documents.
En décembre 1945, il regagne la Californie où il trouve un emploi dans l’industrie cinématographique.
Toujours féru de shows « burlesques », spectacle érotique mêlant musique, danse, sketches et strip-tease, il réalise pour un ami, patron d’un cabaret, « The French peep-show ».
Parallèlement, il se consacre à la photographie de charme et c’est ainsi qu’en 1955, deux ans après sa création le magazine Playboy accorde à son modèle favori, Eva Meyer, sa double page centrale.
Pour autant la fièvre du cinéma ne la pas quitté et en 1959, il tourne son premier long métrage, « The Immoral Mr. Teas ». Ce film aurait rapporté 40 fois son coût de production. Voilà qui convainc Russ Meyer de persévérer dans cette voie.
 

Le code Hays

Russ Meyer
Dans une Amérique régenté par le code Hays depuis 1934, qui soumet l’industrie du cinéma à la doxa judéo-chrétienne, l’apparition du « nudie » sur les écrans, fussent-ils confidentiels, constitue une véritable déclaration de guerre aux valeurs morales qui régissent le moindre recoin de la société. En pointant les canons de la sexualité vers le cœur de l’ordre bourgeois, Russ Meyer contribue de façon décisive à l’insurrection artistique qui aboutit, en 1966, à l’abrogation du code Hays, puissant cran d’arrêt à la création.
Et si l’on observe attentivement ses films, il apparaît qu’au-delà des exhibitions qui les parcourent et qui sont en soi autant d’acte d’insoumission, Russ Meyer pimente ses images de références provocatrices aux règles de la censure. Les meurtres y sont brutaux et détaillés (1). La famille et le mariage sont toujours discrédités (2). Les perversions sexuelles sont omniprésentes, jusqu’ à l’homosexualité, déviance suprême à cette époque, qui n’est jamais absente. Et il en va de la religion comme de la patrie, elle n’est jamais respectée.
 

Une politique d’auteur

Russ Meyer
Pour mener ce combat contre la censure et autres hypocrisies, Russ Meyer recourt à plusieurs « genres » filmiques qui confluent tous dans l’excentricité et la profusion.
La première veine charrie des films tels que « Pandora Peaks », « Mondo Topless », « Europe in the Raw » ou « Erotica ». Montés à l’identique ils enchaînent nerveusement les images de « nudies », parfois identiques d’un film à l’autre, à des plans de déserts, de villa ou de monuments.
Des films comme « The Immoral Mr. Teas », « Eve and the Handyman », « Wild Gals of the Naked West », « Fanny Hill » relèvent, quant à eux, de cinéma de gag si cher aux muets –d'ailleurs, certains de ces films sont effectivement sans paroles.
Une troisième catégorie thématique renferme des films violents comme « Faster, Pussycat! Kill! Kill! », « Motorpsycho », « Black Snake » ou encore, mais dans une moindre mesure, « Beyond the Valley of the Dolls », « Cherry, Harry and Raquel », films souvent précurseur à bien des égards.
Vient enfin la série des Vixens, sorte de résultante de ces divers apports : nudies, insolite, gag, caricature et violence. Toutes les différences s’effacent pour ne plus former qu'un seul et même système filmique fondé sur l’extravagance de scénarios que l’on imagine inexistant et l’excès en tout, en anatomie féminine, en situations incongrues ou invraisemblables, en dialogues crus, en images baroques, en angle de prises de vues improbables, en cuts nerveux et illogiques. Autant d’éléments qui fondent une politique d’auteur tout en disqualifiant ceux qui n’ont voulu voir en Russ Meyer que l’image d’une paire de seins démesurée, que le roi de la sexploitation.
 

reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar




En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Régie publicitaire internet


Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011






(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique


PageRank Actuel