Sur les terres de Don Quichotte



Sur Les Terres De Don Quichotte - Nella Terra Di Don Chisciotte

1964
Orson Welles -TV-

Paola Mori (la femme de Welles)
Beatrice (la fille de Welles)
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Sur les terres de Don Quichotte

sur
Amazone

fleche
fleche


4389 lectures

Sur les terres de Don Quichotte
En Images

Retour à Orson Welles
Retour à Orson Welles
Sur les terres de Don Quichotte - Nella Terra di Don ChisciotteSur les terres de Don Quichotte - Nella Terra di Don ChisciotteSur les terres de Don Quichotte - Nella Terra di Don ChisciotteSur les terres de Don Quichotte - Nella Terra di Don Chisciotte
Sur les terres de Don Quichotte - Nella Terra di Don ChisciotteSur les terres de Don Quichotte - Nella Terra di Don ChisciotteSur les terres de Don Quichotte - Nella Terra di Don ChisciotteSur les terres de Don Quichotte - Nella Terra di Don Chisciotte

Sur les terres de Don Quichotte
 

 

Quelques mots sur
Sur les terres de Don Quichotte

L’intérêt de Welles pour l’Espagne est une vieille histoire…

En 1933, Orson Welles débarque du Maroc et s’’installe pour quelque temps à Séville - il réside au-dessus d’une maison de putes- Trois ans plus tard, alors que vient d’éclater la guerre civile, il prend clairement position pour le camp de la République. A ce sujet il déclarera par la suite : « Pour n’importe qui de ma génération, l’Espagne avait une signification très importante, que probablement vous ne percevez pas… Parce que la guerre civile espagnole fut une tragédie décisive pour des gens de mon âge… C’est difficile de l’expliquer à quelqu’un de plus jeune… mais ce fut ainsi »
Son engagement pour la République, il l’exprime à l’occasion de multiples émissions de radio, comme par exemple « News on the March » où il fait témoigner, au cours d’une soirée, une habitante de Teruel. Et c’est tout naturellement qu’il prête sa voix au documentaire d’Hemingway, « Terre d’Espagne » (1) (2) où l’on peut apercevoir Dolores Ibárruri Gómez, dite la « Pasionaria » (3).
Sa sympathie pour la cause Républicaine l’amène à titrer en 1940 dans le « New York Post » (4), au sujet de Franco, « Le gangster de Madrid » et à parsemer ses films de multiples allusions au dictateur (5).
En 1951, au terme d’une vingtaine d’années d’absence, le cinéaste fait un bref séjour en Espagne au cours du tournage d’Othello, puis en 53 il y revient afin de réaliser « M. Arkadin ». Mais lorsqu’il démarre le tournage de « Don Quichotte », il délaisse la terre de ce chevalier errant et préfère effectuer ses premières prises en France puis au Mexique et en Italie.

Finalement ce n’est qu’en 61 qu’il renoue véritablement avec l’Espagne (6) en acceptant de réaliser pour la télévision italienne, la RAI, ce documentaire de 9 fois 30 minutes, sur l’Espagne.
Notons qu’il profitera de ce carnet de voyage en images et en compagnie de sa femme Paola Mori et de sa fille pour retourner des scènes de « Don Quichotte ».


Liste des « épisodes » :



Itinerario AndalusoEpisode 1- Itinerario Andaluso



Pour cet épisode d’ouverture, nous suivons la famille Welles qui traverse l’Andalousie en Mercedes noire. Au passage nous redécouvrons les remparts d'Avila - aperçus dans « Falstaff » - et l'aqueduc romain de Segovia -présent dans « M. Arkadin »-. En fin d’épisode, Welles fait une halte à Ronda, berceau de la tauromachie

Spagna SantaEpisode 2- Spagna Santa



Welles filme les processions nocturnes de la Semaine Sainte à Séville. On peut aussi entendre quelques chants « religieux » - dans le genre de ceux de M. Arkadin


La Feria Di San FerminEpisode 3- La Feria Di San Fermin



Dans cet épisode dédié aux fêtes de Pampelune, Welles s’attarde plus particulièrement sur les gens qui chantent et boivent dans les rues

Lo Encierro Di PamplonaEpisode 4- Lo Encierro Di Pamplona



Dans ce nouvel épisode consacré aux fêtes de Pampelune, Welles se consacre aux traditions taurines -comme l’incontournable encierro, libération de taureaux dans les rues de la ville - et il fait appel à une grande quantité de documents d’archive.

Le Cantine Di JerezEpisode 5- Le Cantine Di Jerez



Une ode aux vins de Jerez

SivigliaEpisode 6- Siviglia



La famille Welles se promène dans les rues de la ville à bord de sa Mercedes. Ils visitent le Palais Alcazar et l'usine de tabac qui a inspiré Prosper Merimee pour Carmen. Ils croisent les processions de Pascales des pénitents

La Feria Di Aprile A SivigliaEpisode 7- La Feria Di Aprile A Siviglia



Cet épisode est centré sur les fêtes organisées chaque année, en avril, dans la ville. Welles filme les parades en costume traditionnel qui parcourent les rues jusqu’à tard dans la nuit

Tempo Di FlamencoEpisode 8- Tempo Di Flamenco



Orson Welles visite « El pueblo espagnol », construit, sur la colline de Montjuïc, en 1929 à Barcelone à l’occasion de l’exposition universelle et qui concentre sur un lieu unique la diversité architecturale et culturelle de l’Espagne

Roma E Oriente In SpagnaEpisode 9- Roma E Oriente In Spagna



Pour ce dernier épisode, Welles montre l’influence romaine et arabe en Espagne. Il s’attarde en particulier à Segovia, Grenade, Tolède et Cordoue. Puis il passe Gilbraltar.



1- En janvier 1937, un groupe d'intellectuels américains, le « Contemporary Historians », composé d'Ernest Hemingway, John Dos Passos, Lilian Hellman, etc., décide de produire un film pour montrer la réalité de la guerre d'Espagne au peuple américain… Joris Ivens a choisi de filmer deux aspects du combat mené par les républicains : la défense de Madrid assiégée et la révolution agricole, dont les travaux d'irrigation en terre de Castille servaient à ravitailler les combattants. En montage alterné, proche des expériences esthétiques de Eisenstein, Joris Ivens met en relation deux combats parallèles. Terre d'Espagne est ainsi le premier document sur la guerre d'Espagne tourné dans le camp républicain. (Larousse.fr)

2- Insatisfait du résultat, Hemingway fera un nouvel enregistrement du son de ce film

3- Femme politique espagnole née à Gallarta (dans la province basque de Biscaye et décédée le 12 novembre 1989 à Madrid. Elle a été secrétaire générale du Parti Communiste Espagnol (PCE ) entre 1942 et 1960, présidente de ce parti entre 1960 et 1989.

4- Le New York Post est un des plus anciens (ou selon les critères le plus ancien) journaux américains, encore publié de nos jours. Il a été créé en 1801 par Alexander Hamilton, sous le nom de New-York Evening Post. A ses débuts, le travail éditorial s'effectuait dans la villa connue maintenant comme Gracie Mansion. Hamilton avait au départ choisi comme éditeur William Coleman. Pourtant, l'éditeur le plus connu de l' Evening Post, au long du XIXe siècle, fut William Cullen Bryant, un militant abolitionniste. En 1881 Henry Villard pris le contrôle du journal, qui fut ensuite géré par son fils Oswald Garrison Villard, membre fondateur du National Association for the Advancement of Coloured People (NAACP) et de l'American Civil Liberties Union. En 1933 le Post passa au format tabloïd. Dorothy Schiff acheta le journal en 1939, puis finalement Rupert Murdoch en 1977. (Wikipedia)

5- Voir en particulier la version américaine de « la dame de Shanghai ». Dans la version espagnole, le sous-titrage a été « épuré » et le mot franquiste a disparu dans un des dialogues.

5- En 1955, il avait déjà réalisé un documentaire qui se déroulait en Espagne « Corrida à Madrid ». Par contre son documentaire « Le Pays Basque I et II » se déroule exclusivement dans le pays Basque « Français ». Welles se contente de montrer la frontière avec l’Espagne qui divise ce pays en deux.

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar