En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Les Sévices de Dracula



Les Sévices De Dracula - Twins Of Evil

1971
John Hough

Peter Cushing : Gustav Weil ||| Kathleen Byron : Katy Weil ||| Mary Collinson : Maria Gellhorn ||| Madeleine Collinson : Frieda Gellhorn ||| David Warbeck : Anton Hoffer ||| Damien Thomas : Comte Karnstein ||| Katya Wyeth : Comtesse Mircalla ||| Roy Stewart : Joachim ||| Isobel Black : Ingrid Hoffer ||| Harvey Hall : Franz ||| Alex Scott : Hermann ||| Dennis Price : Dietrich ||| Inigo Jackson : Woodman ||| Judy Matheson : La fille de Woodman ||| Luan Peters : Gerta ||| Maggie Wright : Alexa ||| Peter Thompson : Gaoler
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Les Sévices de Dracula

sur
Amazone

fleche
fleche


737 lectures

Les Sévices de Dracula
En Images

Retour à  Dracula
Retour à Dracula
Les Sévices de Dracula - Twins of EvilLes Sévices de Dracula - Twins of EvilLes Sévices de Dracula - Twins of EvilLes Sévices de Dracula - Twins of Evil
Les Sévices de Dracula - Twins of EvilLes Sévices de Dracula - Twins of EvilLes Sévices de Dracula - Twins of EvilLes Sévices de Dracula - Twins of Evil

Les Sévices de Dracula
Synopsis

Gustav Weil, obsédé par la lutte contre le mal, fait régner la terreur dans ce bourg d’Europe centrale. A la tête d’une troupe de puritains, il purifie la région en jetant au bûcher les femmes qu’il soupçonne de sorcellerie.
Ses deux nièces, Maria et Frieda, orphelines depuis peu, ont dû quitter Venise et s’installer chez lui… (Image 1) (1)
Pendant ce temps-là, le comte Karnstein se vautre dans la débauche (Image 3).
Les mœurs du comte Karnstein déplaisent profondément à Gustav Weil et aux siens, mais l’homme est protégé par l’Empereur et Gustav Weil le redoute bien plus que le diable.
Un soir de folie, le comte Karnstein poignarde une jeune femme… son sang en s’égouttant ressuscite Mircalla Karnstein la vampire (Image 4). Celle-ci croque Karnstein qui devint un non-mort buveur de sang. Celui-ci croque Frieda qui devient…

Quelques mots sur
Les Sévices de Dracula

 
 
Alors que l’univers horrifique connait un véritable séisme avec la sortie de « la nuit des morts vivants » et « Rosemary's Baby », films qui rompent radicalement avec l’esthétique et la thématique classique, les studios Hammer poursuivent dans la voie qui est la leur : l'épouvante gothique, ce qui n’exclut pas quelques inflexions visuelles, particulièrement en matière d’érotisme. Ainsi, l’altruisme des décolletés atteint son paroxysme (Image 6) pendant que quelques fulgurances de nu intégral ou de topless (Image 8) captivent la libido des spectateurs. Mais quant au reste, rien ne change : les vampires ont toujours les canines aussi affutées (Image 7).

Ce film, abusivement titré « Les Sévices de Dracula », lors de son exploitation dans l’hexagone, constitue en fait le troisième volet de la trilogie consacrée à la Comtesse Mircalla Karnstein (2), personnage de fiction imaginé par Sheridan Le Fanu (3) dans son roman « Carmilla », même si paradoxalement, celle-ci disparait du métrage aussi vite qu’elle y est apparue et pour d’obscures raisons …
Le spectateur contemporain restera de marbre face aux images érotiques qu’il jugera relever du patronage, mais il sera époustouflé par l’interprétation qu’offre Peter Cushing du personnage de puritain rigoriste jusqu’au fanatisme (Image 2). Certes, la construction du métrage ne quitte pas les sentiers battus de la linéarité narrative et sombre dans un manichéisme bon teint lors du dénouement, mais cela n’empêche pas au scénario de proposer une vision de la lutte du Bien et du Mal originale. Durant un long moment, avant que ne ressuscite la Comtesse Mircalla Karnstein (4), le Bien et le Mal se confondent, ceux qui combattent pour l’un ne répandent que l’autre, le bras armé du Bien n’engendre que l’obscurantisme, terreau où fleurit le Mal. Si Frieda décide de séduire Karnstein ce n’est ni par goût du Mal ou de débauche, mais pour échapper à la rigueur étouffante de son oncle. Pire encore, lorsque les soldats du Bien localisent l’antre du Mal, il rechigne à le détruire de peur que la foudre des puissants ne s’abatte sur eux.
Au final, si « Les Sévices de Dracula » ne constitue pas un métrage incontournable du cinéma horrifique il n’en demeure pas moins un petit film revivifiant en ces temps de fanatisme religieux.



1- Les jumelles Mary et Madeleine Collinson, à qui les anciens doivent la double page du Playboy d’octobre 1970.

2- The Vampire Lovers (Roy Ward Baker, 1970) avec Ingrid Pitt
Lust for a Vampire (Jimmy Sangster, 1971) avec Yutte Stensgaard
Sont les deux autres volet de cette trilogie.

3- https://fr.wikipedia.org/wiki/Sheridan_Le_Fanu

4- https://fr.wikipedia.org/wiki/Comtesse_Mircalla_Karnstein

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar


En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar




1.84 euros au format Kindle
4.91 euros au format broché
sur




(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique
















Pinterest