Mario Bava - Quante volte... quella notte - Quante volte... quella notte - sur le site RayonPolar


 Quante volte... quella notte



Quante Volte... Quella Notte - Quante Volte... Quella Notte

1972
Mario Bava

Daniela Giordano :... :Tina Brandt || Brett Halsey :... :Gianni Prada || Dick Randall :... :The Janitor || Valeria Sabel :... :Mrs. Sofia Brandt || Michael Hinz :... :Rudy || Rainer Basedow :... :Jack || Brigitte Skay :... :Mumu || Calisto Calisti :... :The Scientist || Pascale Petit :... :Esmeralda
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Quante volte... quella notte
sur
Amazone


fleche
fleche


351 lectures

Quante volte... quella notte
En Images

Retour à Mario Bava
Retour à Mario Bava
 Quante volte... quella notte -  Quante volte... quella notte Quante volte... quella notte -  Quante volte... quella notte Quante volte... quella notte -  Quante volte... quella notte Quante volte... quella notte -  Quante volte... quella notte
 Quante volte... quella notte -  Quante volte... quella notte Quante volte... quella notte -  Quante volte... quella notte Quante volte... quella notte -  Quante volte... quella notte Quante volte... quella notte -  Quante volte... quella notte

Quante volte... quella notte
Synopsis

• Gianni a-t-il tenté de violer Tina, comme elle l’affirme à sa mère ? (Image 2)

• Tina est-elle une nymphomane insatiable, comme le prétend Gianni à des amis ? (Image 5)

• Esmeralda a-t-elle tenté d’abuser de Tina, pendant que Gianni et Giorgio se donnaient l’un à l’autre dans une chambre contigüe, comme l’affirme le portier qui aurait suivi la scène depuis le toit de l’immeuble d’en face ? (Image 7)


Trois versions, pour une même soirée… Auxquels il faudra ajouter celle d’un psychanalyste, tout aussi sujette à caution.

Quelques mots sur
Quante volte... quella notte

En 1950, Akira Kurosawa adapta pour le cinéma la nouvelle « Rashômon » de Ryunosuke Akutagawa
Ce film rapporte un fait divers survenu au XV siècle : le meurtre d’un samouraï et le viol de sa femme par un bandit. Mais le réalisateur a recours à un procédé narratif novateur : le fait divers est raconté par six personnes différentes, parmi lesquels on dénombre le fantôme de la victime.
Six versions pour une même réalité, six versions toutes divergentes.

« De la réalité chacun se fait une idée. Dans les discours scientifique et politique, dans les conversations de tous les jours, nous renvoyons en dernière instance au référent suprême : le réel. Mais où est donc ce réel ? Et surtout, existe-t-il réellement ? De toutes les illusions, la plus périlleuse consiste à penser qu'il n'existe qu'une seule réalité. En fait, ce qui existe, ce sont différentes versions de la réalité, dont certaines peuvent être contradictoires, et qui sont toutes l’effet de la communication et non le reflet de vérités objectives et éternelles » (Paul Watzlawick, La réalité de la réalité, Seuil, Paris, 1976).


Mario Bava reprend cette construction narrative pour construire ce film que le générique classe immédiatement au rayon des comédies légères quant à la tonalité.

Gianni Prada (Brett Halsey) au volant de sa voiture de sport vient de déposer une jeune femme quand son regard est attiré par une autre femme, de rouge vêtue, qui promène son caniche. A l’entrée d’un parc, elle se baisse pour défaire la laisse du chien. Gianni gare son bolide pour mieux voir sous la jupe courte de la fille…
Puis il la suit dans le parc.
Voulant égarer l’importun, elle se cache derrière un bosquet.
Le spectateur, sachant que le sujet du film a trait à la quête du réel ou plus prosaïquement de la vérité objective, ne peut s’empêcher de reconnaitre dans ce parc et ce bosquet celui où Thomas, le photographe de « blow-up », a été le témoin d'un meurtre.

Après cette introduction aux apparats sexys, qui ne sera pas objet à discussions, le film va se fractionner en quatre sketches polissons, mais radicalement contradictoires, construits sur le modèle d’une narration ayant recours à l’analepse.


Plus de quarante ans après sa réalisation, ce petit film semble ne pas avoir vieilli. Peut-être parce que Mario Bava avait su l’habiller avec une délicate légèreté (1) ? Peut-être parce qu’il lui avait insufflé suffisamment d’ironie (2) ? Peut-être parce que ces décors restent plus pop que pop (3) ?




1- Daniela Giordano est aussi belle, sensuelle que convaincante

2- Le slip panthère de Gianni ne manque pas d’à-propos…

3- Tourne-disque psychédélique
Coffret d’alcool renfermant une bouteille de whisky J&B
Une salle de bain étrangement agencée
Une balançoire en plein milieu du salon
etc

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar