Mario Bava - Six femmes pour l'assassin - Sei donne per l'assassino - sur le site RayonPolar


 Six femmes pour l'assassin



Six Femmes Pour L'assassin - Sei Donne Per L'assassino

1964
Mario Bava

Cameron Mitchell :... :Max Marian || Eva Bartok :... :Contessa Cristina Como || Thomas Reiner :... :Inspector Silvester || Ariana Gorini :... :Nicole || Dante DiPaolo :... :Frank Sacalo || Mary Arden :... :Peggy Peyton || Franco Ressel :... :Marquis Richard Morell || Claude Dantes :... :Tao-Li || Luciano Pigozzi :... :Cesar Losarre || Lea Lander :... :Greta || Massimo Righi :... :Marco || Francesca Ungaro :... :Isabella || Giuliano Raffaelli :... :Zanchin || Harriet Medin :... :Clarice || Mary Carmen :... :Model
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Six femmes pour l'assassin
sur
Amazone


fleche
fleche


517 lectures

Six femmes pour l'assassin
En Images

Retour à Mario Bava
Retour à Mario Bava
 Six femmes pour l'assassin  - Sei donne per l'assassino Six femmes pour l'assassin  - Sei donne per l'assassino Six femmes pour l'assassin  - Sei donne per l'assassino Six femmes pour l'assassin  - Sei donne per l'assassino
 Six femmes pour l'assassin  - Sei donne per l'assassino Six femmes pour l'assassin  - Sei donne per l'assassino Six femmes pour l'assassin  - Sei donne per l'assassino Six femmes pour l'assassin  - Sei donne per l'assassino

Six femmes pour l'assassin
Synopsis

Alors qu’elle tente de regagner les ateliers de la maison de couture de luxe, Isabella, l’une des mannequins de l’entreprise, est agressée par un individu sans visage. Son corps sera retrouvé quelque temps plus tard.
Tous les employés de l’atelier sont interrogés, mais malgré le fait qu’aucun ne mène une vie irréprochable, tous ont un solide alibi.
Et lorsque le journal intime de la morte est retrouvé, chacun craint qu’il ne contienne des révélations compromettantes quant à ses petites perversions…
Pour l’assassin, il doit représenter un danger bien plus important puisqu’il se met immédiatement en quête de ce carnet et, pour se faire, il assassine, les uns après les autres, les mannequins de l’atelier de couture...

Quelques mots sur
Six femmes pour l'assassin

L’enfant se porte bien. Un an après ses premiers gazouillis (1), il fait ses premières dents avec ce métrage où il ébauche, certes avec timidité, les éléments qui constitueront son identité.

- Whodunit quant à l’intrigue qui s’organise effectivement autour d’une énigme basique du roman policier classique : qui est le meurtrier et quels sont ses mobiles ? La réponse à cette double question n’échappe pas au quatuor classique du chantage, de l’amour, de l’argent et de la cupidité, sassé au tamis de « L’assassin habite au 21 » ou du « Crime de l'Orient-Express ».

- Sérial Killer masqué et insaisissable, vêtu de noir et ganté de cuir ou de latex (Image 6) (2). Tueur psychopathe et cruel, il surgit du néant à moins que ce ne soit de l’enfer et répugne à utiliser les armes à feu.

Ces deux éléments, intrinsèques au Giallo, se marient dans une mise en scène particulière qui allie l’érotisme au morbide.


Comme l’indique le titre du film, ce seront six femmes que le meurtrier tuera de ses mains ou à l’arme blanche (3). Et si à chacun de ces forfaits correspond une graphie différente, ils offrent toujours l’occasion de dévoiler à l’écran les sous-vêtements des victimes (Images 2-3-4-5-7)
Erotisme soft qui habille des scènes à la violence soft que n’envahit pas l’hémoglobine ? Certes, mais nous ne sommes qu’en 1963…
En deçà de l’imagerie érotique, faite de lingerie, court une véritable tension sexuelle entièrement nourrie de perversion. Si seul le premier crime répond à un mobile et si les autres ne sont commis que dans le but de brouiller les pistes en rendant illisibles les motivations du meurtrier, force est d’admettre que celui-ci prend un certain plaisir à trucider sauvagement ses trois autres victimes (4). En d’autres termes, si le premier crime relevait de la « normalité criminelle » (5), il a eu une conséquence collatérale : il a libéré la folie du meurtrier qu’alimentent ses pulsions sexuelles.


Mais le Giallo ne se résume pas à ces deux éléments, aux déclinaisons infinies, il se caractérise aussi par sa propension à flirter avec le fantastique.
Exploitant des effets lumineux semblables à ceux qu’il avait utilisés pour « Hercule Contre Les Vampires » (6), Mario Bava construit un univers étrange et inquiétant qu’il meuble d’objets inattendus et insolites, comme ces mannequins en osier (Images 1-8), ou d’un mobilier aux fioritures rococo.
Ainsi, la scène de crime dans un magasin d'antiquités revêt un aspect fantastique tant la luminosité violette, verte et rouge qui l’enveloppe rompt avec un éclairage naturel et donc rationnel. Ce sentiment de bizarrerie entre en échos avec l’étrange présence d’une armure et le surgissement quasi miraculeux du tueur.


Mario Bava offre aux spectateurs une fluide symphonie de couleurs qui signe ce métrage d’une surprenante tessiture graphique et métamorphose ce polar en une véritable œuvre baroque.




1- « La ragazza che sapeva troppo »

2- Ancêtre de tous les slasher

3- Etranglée, brûlée, poignardé, noyée…

4- En fait, il ne tue que trois des six victimes. Deux autres sont tuées par sa complice… qui meurt à la suite d’un accident.

5- Il met ainsi fin au chantage dont il est victime.

6- Ces effets de lumière seront repris par Dario Argento dans « Suspiria » et « Inferno »

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar