King Lear



King Lear -

1987
Jean-Luc Godard

Jean-Luc Godard (Pluggy)|| Burgess Meredith (Lear)|| Molly Ringwald (Cordelia)|| Leos Carax (Edgar)|| Peter Sellars (William Shakespeare)|| Julie Delpy || Woody Allen || Kate et Norman Mailer
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
King Lear

sur
Amazone

fleche
fleche


2539 lectures

King Lear
En Images

Retour à Jean-luc Godard
Retour à Jean-luc Godard
King Lear - King Lear - King Lear - King Lear -
King Lear - King Lear - King Lear - King Lear -

King Lear
Synopsis

Après Tchernobyl le monde est redevenu à la normale… exception faite de l’art qui a quasiment disparu.

William Shakespeare Junior se doit de retrouver les éléments du Roi Lear…
Ce à quoi il parviendra au travers des rapports entre Don Learo, un ponte de la mafia, et sa fille Cordelia

Quelques mots sur
King Lear





L’histoire de la réalisation de ce film mérite que l’on s’y attarde car elle éclaire, peut-être, ce qu’est finalement le cinéma selon JLG.
Au milieu des années 80, les directeurs de la société « Cannon Film », Menahem Golan et Yoram Globus, qui produisait jusque là Chuck Norris, Sylvester Stallone, Jean-Claude Van Damme… décident de modifier l’image de leur compagnie en se diversifiant. Et c’est ainsi qu’ils décident de produire Cassavetes (Love Streams), Robert Altman (Fool for love) ou encore Franco Zeffirelli (Otello).
En 1986, lors du festival de Cannes, ils signent sur un coin de nappe de restaurant un contrat avec JLG pour un film adapté du roi Lear de Shakespeare, avec comme seule condition que le film soit livré dans un an.
S’il avait pris la peine de s’intéresser à l’œuvre de JLG, ils auraient visionné « Lettre à Freddy Buache » et, peut-être, n’auraient-ils pas était surpris par le résultat.
JLG honore le contrat et le film est projeté à Cannes en 1987… aussitôt les producteurs menacent d'intenter un procès au cinéaste !
La faillite de « Cannon Film » met un terme au litige mais enterre le film qui ne sera présenté au public qu’une quinzaine d’années plus tard avec le rajout d’un commentaire ironique de JLG au sujet de « Cannon Film ».
Notons enfin que ce film tourné en anglais et est décrète « insoustitrable » par JLG…

Et si en deçà de toute considération analytique, il convenait d’envisager un pan du cinéma de JLG comme un enfant légitime du burlesque? Et si cet aspect n’était pas seulement décelable dans les circonstances qui environnent ses films, mais dans les films eux-mêmes? Tant au niveau des dialogues que de l’esthétique? (1)

Mais revenons-en au Roi Lear selon Godard.

Que cherche le Roi Lear auprès de ses trois filles? La vérité. Que découvre-t-il? Les apparences mensongères.
A quelles questions tente de répondre ce film? Aux mêmes que celles qui taraudent le Roi Lear.
Il faut se méfier des images, elles ne sont pas la vérité, juste des apparences. « Ce n'est pas une image juste, c'est juste une image ».
Mais avant de s’interroger sur la vérité, peut-être convient-il de se questionner sur l’image, sur ce qu’est une image?
« Pour moi, une image ce serait plutôt une carte postale. Dans une carte postale, il y a à la fois : ce qui s'est passé pour celui qui l'écrit et qui dit : «Je pense à toi, je t'embrasse » ; la photo, choisie on non ; et la présence de celui qui reçoit la carte. Il y avait toujours ces trois éléments: présent, futur et passé. »
Alors la vérité serait-elle dans cette trilogie?
Et Godard rajoute, comme pour souligner la place centrale de l’acteur :
« C'est ce que dit Woody Allen dans le Roi Lear » (2)

Mais l’image n’est pas le cinéma. Elle est aussi la peinture, la photo… Alors qu’elle est la spécificité du cinéma? Où se cachent sa vérité, ses mensonges, son esthétique, sa beauté… ? Dans le montage. Dans la façon de saisir physiquement les images, pour les d’accoler, leur faire dire ce qu’elles ne disent pas, pour faire jaillir de ce rapport l’émotion.
« Au montage, on a physiquement - c'est ce que j'ai dit dans Le Roi Lear avec un plan de Woody Allen qui assemble deux bouts de pellicule à l'aide d'une épingle à nourrice - on a physiquement un moment, comme un objet, comme ce cendrier. On a le présent, le passé et le futur. »(3)


1- Il suffit de se souvenir de ses tirades dans « Prénom Carmen » ou de ses apparitions dans ce film

2- « Une boucle bouclée » entretien avec Alain Bergala 1997 -dans JLG par JLG tome 2

3- Conférence de presse 1989 -dans JLG par JLG tome 2

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar