En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Armide



Armide -

1987
Jean-Luc Godard
- Episode du film: Aria

Marion Peterson : Les Jeunes Filles || Valérie Allain : Les Jeunes Filles || Jacques Neuville : Culturiste || Luke Corre : Culturiste || Christiam Cauchon : Culturiste || Philippe Pellant : Culturiste || Patrice Linguet : Culturiste || Lionel Sorin : Culturiste || Jean Coffinet : Culturiste || Alexandre Des Granges : Culturiste || Gérard Vives : Culturiste || Frederick Brosse : Culturiste || Pascal Bermont : Culturiste || Jean Luc Corre : Culturiste || Bernard Gaudray : Culturiste || Dominique Mano : Culturiste || Patrice Tridian : Culturiste
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Armide

sur
Amazone

fleche
fleche


4040 lectures

Armide
En Images

Retour à Jean-luc Godard
Retour à Jean-luc Godard
Armide - Armide - Armide - Armide -
Armide - Armide - Armide - Armide -

Armide
Synopsis

? « Armide » est la dernière tragédie en musique (en cinq actes et un prologue) terminée par Jean-Baptiste Lully. Elle fut composée en 1686 sur un livret de Philippe Quinault. Le sujet de la tragédie est emprunté à la Jérusalem délivrée. Il narre l'amour malheureux de la magicienne Armide pour le chevalier Renaud.

? « La Jérusalem délivrée » est un poème épique écrit en 1581 par Le Tasse, retraçant un récit largement de fiction de la Première Croisade, au cours de laquelle les chevaliers chrétiens menés par Godefroy de Bouillon combattent les Musulmans (Sarrasins) afin de lever le Siège de Jérusalem.

Wikipédia

Quelques mots sur
Armide





 « Armide » est le segment que réalise le cinéaste dans le cadre d’un film collectif (1), commande du festival de cannes de 1987.

Chacun a noté qu’à cette époque, sous l’impulsion de Daniel Toscan du Plantier alors à la tête de la Gaumont, s’opère un rapprochement cinéma-opéra (2). Et que d’autre part, le milieu des années 80 marque le triomphe d’un mouvement de redécouverte du répertoire baroque.
Il semble donc naturel que JLG s’inscrive dans cet air du temps et ceci d’autant plus qu’il n’a jamais négligé la musique dans son œuvre cinématographique. Par contre, il est beaucoup plus surprenant, voire déconcertant, qu’il décide de transposer « Armide » dans l’univers des culturistes.
Les critiques ont vu entre ces deux univers des liens secrets : comme les culturistes, les chanteurs d’opéra musclent leur voix ; les machines de musculation seraient de pâle rappel des machines de guerre qui assiégèrent Jérusalem ; l’emblème d’Armide, le miroir, renverrait au Narcissisme des culturistes – ou l’inverse.

Mais doit-on être dérouté par un cinéaste qui n’a joué qu’à dérouter en fragmentant ou juxtaposant les images, en cherchant une autre logique que la linéarité du récit, en dissociant la bande-son de l’enchainement des images ?
En 1967, JLG réalisait un segment d’« Amore e Rabbia », or à bien considérer ces deux segments une évidence s’impose : dans les deux cas, JLG a recouru, globalement, au même procéder.
Sur des images de nue, JLG plaque un discours à tendance maoïste
Sur des images de musculeux, JLG plaque un opéra.
Et la distance entre son et image produit le même résultat : on entend et voit ; le son ne brouille pas l’image et l’image n’assourdit pas le son.

Mais au-delà, ou en deçà, de toutes ces considérations, une autre « explication » pointe le bout de son nez. Et si ceci n’était qu’un canular ? ou plutôt un pied de nez à la société de production Cannon (3) qui lui avait commandé, la même année, le film « King Lear »


1- Robert Altman : segment "Les Boréades"
Bruce Beresford : segment "Die tote Stadt"
Bill Bryden : segment "I pagliacci"
Derek Jarman : segment "Depuis le jour"
Franc Roddam : segment "Liebestod"
Nicolas Roeg : segment "Un ballo in maschera"
Ken Russell : segment "Nessun dorma"
Charles Sturridge : segment "La virgine degli angeli"
Julien Temple : segment "Rigoletto"

2- Ce rapprochement se note dans la parution de films tels que « La Flûte enchantée » d’Ingmar Bergman, en 1975, le « Don Giovanni palladien » de Joseph Losey (1979), « Parsifal » de Hans Jürgen Syberberg (1982)

3- Au milieu des années 80, les directeurs de la société « Cannon Film », Menahem Golan et Yoram Globus, qui produisait jusque-là Chuck Norris, Sylvester Stallone, Jean-Claude Van Damme… décident de modifier l’image de leur compagnie en se diversifiant. Et c’est ainsi qu’ils décident de produire Cassavetes (Love Streams), Robert Altman (Fool for love) ou encore Franco Zeffirelli (Otello).

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar


En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar





Vous avez dit farine
Hors Série
Paru au siècle dernier - 1999
8 Euros

(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique














Pinterest