En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Numéro deux



Numéro Deux -

1975
Jean-Luc Godard
- coréalisé avec Anne-Marie Miéville -

Sandrine Battistella || Jean-Luc Godard || Pierre Oudrey || Alexandre Rignault || Rachel Stefanopoli
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Numéro deux

sur
Amazone

fleche
fleche


3797 lectures

Numéro deux
En Images

Retour à Jean-luc Godard
Retour à Jean-luc Godard
Numéro deux - Numéro deux - Numéro deux - Numéro deux -
Numéro deux - Numéro deux - Numéro deux - Numéro deux -

Numéro deux
Synopsis

- c'est pas de la politique, c'est du cul.
- non, c'est pas du cul, c'est de la politique.

Quelques mots sur
Numéro deux





« Numéro deux » aurait pu s’intituler « Numéros trois », puisqu’il marque le début d’une troisième période dans la démarche artistique de JLG, ainsi que dans sa vie (1).
Durant les dix premières minutes, nous entrevoyons l’ombre de JLG pendant que son visage est projeté sur un écran et nous l’écoutons justifier ce que nous allons voir : la fabrication d’un film possible là où il est, c'est-à-dire « qui regarde autour de soi » (2).
Exit le discours asphyxiant de la voix off marxiste-léniniste, exit la voix off immanente, place à la parole théâtralisée de la vie quotidienne. Et lorsque JLG cède sa place à deux écrans de télévision, et si la voix off a encore droit de cité, ce n’est que pour quelques minutes, et seulement pour s’interroger sur la nature du film :
« - c'est pas de la politique, c'est du cul.
- non, c'est pas du cul, c'est de la politique. »
À moins que ce ne soit les deux ensembles ?

Actualité et fiction ; politique et cul. C’est ce que suggèrent les images qui défilent sur les télévisions :
Sur l’écran du bas : manifestations syndicales du premier mai à Paris à Moscou ; discours des dirigeants syndicaux ; présentateur de TF1 (3) etc
Sur l’écran du haut : générique de « Vincent, François, Paul et les autres » ; du « Guépard » ; de « La Fureur du dragon » ; de « La tour infernale » et de « la dévoreuse de sexe » etc
Entre ces deux écrans, ou plutôt à côté, s’allume un troisième écran, troisième écran qui chasse les précédents avant de se diviser lui-même en deux et met un terme à la bataille sonore que se livraient réalité et fiction.
Ce que nous voyons n’est pas une réelle fiction, mais une fiction réelle. Ce n’est pas une image juste, ni juste une image, mais une image vidéo c'est-à-dire un film amateur, un film de famille qui s’auto envisage en terme d’usine, comme un lieu de production et reproduction, c'est-à-dire de tâches ménagères et de sexualité.
Mais la famille ne s’apparente pas uniquement à l’usine par ces deux activités, elle est, elle aussi, un univers de pouvoir et d’enfermement, de solitude et de lassitude, d’incommunicabilité et de violence.

• L’homme décide la position qu’il convient d’adopter dans cet « écran » étouffant (Image 4).

• « Et pourtant...
La solitude...
La solitude! » Léo Ferré
la passion cède la place à des gestes mécaniques (Image 5) ou solitaires (Image 6).

• « Les gens, il conviendrait de ne les connaître que disponibles à certaines heures pâles de la nuit » Léo Ferré
« Il s’est passé un truc assez terrible. Sandrine avait baisé avec un autre type et elle ne voulait pas me dire qui. J’ai eu envie de la violer. Elle s’est laissé faire. Finalement, je l’ai enculé… alors, elle s’est mise à hurler. Après on s’est aperçu que Vanessa avait tout regardé » (Image 3).

Et le film se clôture sur le retour à l’écran d’un JLG épuisé pendant que la bande-son est envahie de
• « Et l'on se dit qu'il est bien tard... (…)
les copains de ces temps-là vivaient parfois »

• « Ces yeux qui te regardent et la nuit et le jour
Et que l´on dit braqués sur les chiffres et la haine
Ces choses "défendues" vers lesquelles tu te traînes
Et qui seront à toi
Lorsque tu fermeras
Les yeux de l´oppression » Léo Ferré



1- En 1971, un accident de moto laisse Jean-Luc Godard alité et hospitalisé durant une très longue période. Il rompt avec le Groupe Dziga Vertov et rencontre Anne-Marie Miéville.

2- Il explique, aussi, que ce film résulte d’un besoin d’argent

3- De son ancêtre

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar


En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar





Itinéraire d’un flic
- Episode 4 -
Eventration
2.99 Euros

(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique














Pinterest