Week-End



Week-End -

1967
Jean-Luc Godard

Jean Yanne : Roland || Mireille Darc : Corinne || Jean-Pierre Kalfon : le chef du FLSO || Jean-Pierre Léaud : Saint-Just || Yves Beneyton : un membre du FLSO || Valérie Lagrange : la femme du chef du FLSO || Anne Wiazemsky : la fille à la ferme et un membre du FLSO || Michel Cournot : l'homme dans la basse-cour || Paul Gégauff : le pianiste || Daniel Pommereulle : Joseph Balsamo || Yves Afonso : Gros Poucet || Virginie Vignon : Marie-Madeleine || Juliet Berto : la bourgeoise dans l'accident et un membre du FLSO || Blandine Jeanson : Emily Brontë et une fille à la ferme || Ernest Menzer : le cuisinier || Helen Scott : une femme en voiture || Georges Staquet : le conducteur du tracteur || Sanvi Panou : l'éboueur noir || László Szabó : l'éboueur arabe || Michèle Breton : la fille dans les bois || Jean Eustache || Corinne Gosset || Louis Jojot
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Week-End

sur
Amazone

fleche
fleche


2537 lectures

Week-End
En Images

Retour à Jean-luc Godard
Retour à Jean-luc Godard
Week-End - Week-End - Week-End - Week-End -
Week-End - Week-End - Week-End - Week-End -

Week-End
Synopsis

Un couple de français moyens parti en week-end chez une parente dont ils doivent hériter est confronté aux embouteillages. Un accident le contraint à terminer son périple, à travers la barbarie et la misère, à pied.
Mais la parente refuse de leur léguer sa fortune : ils la tuent.
Enfin riches, ils sont kidnappés par le groupe armé du Front de Libération de Seine-et-Oise…

Quelques mots sur
Week-End





La rupture, c’est maintenant: en 1967. Mais elle n’est que formelle, il faudra attendre l’apprêt 68 pour qu’elle débouche sur le politique.
Pour autant, elle n’en contient pas moins les prémisses de l’exploration de cet immense continent.

« Week end » est célèbre pour au moins un plan-séquence : le travelling le plus long de l'histoire du cinéma ; un travelling de trois cents mètres le long d'une petite route départementale. Un travelling sur une apocalypse routière et meurtrière où explose la morgue de la petite bourgeoisie parvenue, individualiste et égoïste.
Mais ne convient-il pas de mettre ce mouvement rectiligne de caméra en écho avec un autre mouvement de caméra tout aussi long, mais circulaire ?
A la ligne droite, de la barbarie qui transforme les paysages bucoliques en champs de bataille, semble répondre le cercle, illustration de la culture et de la civilisation, décrit deux fois dans un sens puis une fois dans l’autre. Partant d’un Jean Yanne fumant et bâillant, la caméra embrasse une cour de ferme où chacun vaque paisiblement alors que résonnent des notes de Mozart et qu’un quidam jaillit du chaos acculturé ébauche une leçon de musique.
Et le film, né de la nécessité de tendre l’oreille, d’écouter attentivement les paroles et les discours, lors d’une scène à l’érotisme hallucinant, s’enfonce, chaque minute, dans la sauvagerie d’un monde en décomposition, d’un monde où l’on brule Emily Brontë, où la vie d’un semblable n’a pas plus d’importance que celle d’un lapin ou d’un porc.
Dans cet univers où le hurlement des klaxons annihile la musique, où les vivants demandent leur route aux morts, où le détour n’a plus le droit de cité, l’espoir peut-il venir de la destruction des totems et tabous ?
A l'horreur de la bourgeoisie, faut-il répondre par plus d'horreur encore ? Faut-il sortir de la civilisation et retourner au cannibalisme ?
A tout cela, JLG n’offre encore qu’un nihilisme absolu comme réponse. Un nihilisme aussi bien social qu’esthétique. A ceux qui lui ont reproché ses faux raccords, il répond par de faux raccords annoncés, des déraillements de pellicule pour accentuer des fracas de ferraille, des bégaiements de bande-son comme autant de nécessité de repenser l’Histoire. A ceux qui s’offusquent d’un cinéma offrant le spectacle de la noirceur sociale, il répond par le spectacle de l’indifférence. Indifférence au viol, au meurtre, à la mort, à la culture, à

« Tout ce que l'homme fut de grand et de sublime
Sa protestation ses chants et ses héros »

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar