Made in USA



Made In USA -

1966
Jean-Luc Godard

Anna Karina : Paula Nelson || Jean-Pierre Léaud : Donald Siegel || László Szabó : Richard Widmark || Marianne Faithfull : Elle-même || Yves Afonso : David Goodis || Claude Bakka : L'homme avec Marianne Faithfull || Daniel Bart : Policier || Jean-Pierre Biesse : Richard Nixon || Jean-Claude Bouillon : Inspecteur Aldrich || Fernand Coquet : Bill Poster || Marc Dudicourt : Barman || Rémo Forlani : L'ouvrier au bar || Eliane Giovagnoli : Assistante du dentiste || Jean-Luc Godard : Richard Politzer (voix) || Sylvain Godet : Robert MacNamara || Anne Guegan : La fille bandée || Kyôko Kosaka : Doris Mizoguchi || Philippe Labro : Lui-même || Rita Maiden : Une femme || Ernest Menzer : Edgar Typhus || Miguel : Le dentiste || Jean-Philippe Nierman : Policier || Danielle Palmero : Une femme de chambre || Marika Perioli : Une femme || Alexis Poliakoff : Man || Isabelle Pons : Une journaliste || Philippe Pouzenc : Policier || Roger Scipion : Dr. Korvo
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Made in USA

sur
Amazone

fleche
fleche


3412 lectures

Made in USA
En Images

Retour à Jean-luc Godard
Retour à Jean-luc Godard
Made in USA - Made in USA - Made in USA - Made in USA -
Made in USA - Made in USA - Made in USA - Made in USA -

Made in USA
Synopsis

La journaliste Paula Nelson a rendez-vous avec son fiancé à Atlantic Cité. Mais à son arrivée elle découvre qu’il est mort depuis peu.
Alors, Paula n’a d’autre choix que d’enquêter parmi la foule de cadavres qui s’entasse sous ses pas…

« On était bien dans un film politique s'est à dire du Walt Disney + du sang » - Paula/Anna -

Quelques mots sur
Made in USA





« J'ai relié le thème à un épisode marginal et lointain de l'affaire Ben Barka. J'ai imaginé que Figon (1) n'était pas mort, et qu'il s'était réfugié en province, qu'il avait écrit à sa petite amie de venir le rejoindre. Celle-ci le rejoint à l'adresse prévue et, quand elle arrive, elle le trouve vraiment mort. » Alain Bergala, Godard au travail. Ed. Cahiers du Cinéma, 2006.

Dès les premières images la couleur est annoncée : Noire, comme la série, Noir comme « adieu la vie, adieu l’amour… ». Le tout en VO, c'est-à-dire en sons saturés, qui se superposent jusqu’à l’inécoutable. Car dans les sous-sols de la société, univers des polices parallèles, que reflète le roman noir (2), les paroles sont inaudibles, étouffées par les cris, les complots et les arrangements.
Que reste-t-il des morts de la station de métro Charonne (3) ? De la disparition de Ben Barka (4) ? Un tumulte d’où n’émerge aucune réponse.
Ce polar là ne peut être que ceci : des mots en vrac ; des phrases dénuées de sens ; des juxtapositions d’images sans raccord. Comme autant de miettes de vérités, synonyme de mensonges.
Et les mains de László Szabó - Richard Widmark « ressemble à celles sur qui ne s’effaceront jamais le sang de Charonne et Ben Barka » (5). Celles d’Andrée Malraux faible, vieux et fatigué, à l’image d’une l’époque qui a oublié que « la beauté sera convulsive ou ne sera pas ».

Exit les affiches de cinéma peintes, place aux salles de fitness.
Exit la couleur, place au rouge sang et aux tueurs d’état : Robert MacNamara, Richard Nixon…
Exit les collages, place aux décollages, aux déchirures, aux images qui hoquettent convulsivement, au silence qui est et reste encore et toujours de la musique quand les klaxons ne l’assassinent pas.

« La gauche et la droite, c’est une équation totalement périmée », « As Tears Go By ».

« La beauté sera convulsive ou ne sera pas » et « Made in USA » est cette beauté convulsive du monde qui s’achève :
« une époque qui sait qu’elle est sur sa fin, mais qui n’entrevoit pas encore ce qui va la remplacer : celle des 404 et des DS, du gaullisme vieillissant, des polices parallèles, de l’après-Kennedy, de la ténébreuse affaire Ben Barka, du téléphone rouge, de la puissance du parti communiste au sein d’une Union de la Gauche qui est encore bien indéniable » Alain Bergala, Godard au travail. Ed. Cahiers du Cinéma, 2006


1- Il s’était présenté comme producteur et envisageait de financer un film sur la décolonisation, réalisé par Georges Franju et scénarisé par Marguerite Duras. En fait, il semblerait qu’il ait été l’une des pièces du piège tendu au leader tiers-mondiste et opposant marocain. Le 10 janvier 1966 l'Express publie le témoignage de Georges Figon avec en une le titre « J'ai vu tuer Ben Barka ». Georges Figon se serait suicidé une semaine plus tard, ajoutant encore au scandale

2- Montalban dans la revue Mouvement n°15/16, 2001

3- À l'appel du Parti communiste français et d'autres organisations de gauche, une manifestation est organisée à Paris le 8 février 1962, pour dénoncer les agissements de l'OAS ainsi que la guerre d'Algérie. Étant donné le contexte des plus tendus et l'état d'urgence décrété en avril 1961 suite au putsch d'Alger, la manifestation est interdite. Avec l'accord du ministre de l'Intérieur Roger Frey et du président de la République Charles de Gaulle, le préfet Maurice Papon donne l'ordre de la réprimer.
Parmi les manifestants qui essaient de se réfugier dans la bouche de la station de métro Charonne, huit personnes trouvent la mort, étouffées ou à la suite de fractures du crâne, ainsi qu'une neuvième à l'hôpital, des suites de ses blessures. (Wikipedia)

4- Mehdi Ben Barka (né en janvier 1920 à Rabat, Maroc) était un homme politique marocain, principal opposant socialiste au roi Hassan II et leader du mouvement tiers-mondiste et panafricaniste. Le 29 octobre 1965, devant la brasserie Lipp à Paris, Ben Barka fut kidnappé et son corps ne fut jamais retrouvé. (Wikipedia)

5- JLG, Les Cahiers du Cinéma n°177 avril 1966.

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar