Bande à part



Bande à Part -

1964
Jean-Luc Godard

Anna Karina : Odile || Sami Frey : Franz || Claude Brasseur : Arthur || Danièle Girard : la professeure d'Anglais || Louisa Colpeyn : Madame Victoria || Chantal Darget : la tante d'Arthur || Georges Staquet : Le légionnaire || Ernest Menzer : l'oncle d'Arthur || Jean-Claude Rémoleux : L'élève buveur d'alcool
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Bande à part

sur
Amazone

fleche
fleche


2623 lectures

Bande à part
En Images

Retour à Jean-luc Godard
Retour à Jean-luc Godard
Bande à part - Bande à part - Bande à part - Bande à part -
Bande à part - Bande à part - Bande à part - Bande à part -

Bande à part
Synopsis

Sur les conseils de sa tante chez qui elle vit, Odile, une charmante jeune fille quelque peu naïve, suit des cours d'anglais dans un institut privé parisien. Là, elle rencontre Franz et Arthur, deux mauvais garçons
Elle révèle à ses amis que sa tante loue une chambre de son pavillon de Joinville à un monsieur Stoltz qui cache dans un placard une forte somme d’argent.
Avec la complicité d’Odile, les deux jeunes gens décident de faire main basse sur ce magot.
Malheureusement, rien ne va se dérouler comme prévu : Franz met dans la confidence son oncle ; les garçons jouent à pile ou face les bonnes grâces d’Odile…

Quelques mots sur
Bande à part





Après le tournage long et difficile du « Mepris », JLG décide de réaliser un petit film, à la manière des séries B, qu’il affectionnait tant.
Il s’inspire d’un roman américain de Dolores Hitchens, paru à la « Série Noire », « Pigeon vole », pour construire le scénario de « Bande à part ».
Série B, film de genre, « Bande à part » respecte les grandes lignes du genre, mais avec JLG les lignes sont toujours des détours et des retours.
Car s’il filme bien une histoire de petits truands, il n’oublie pas de filmer la ville (Image 1-4), avec ses rues et ses passants, les brasseries et ses serveurs, la Seine et ses quais, le métro et son vacarme.
Paris et une banlieue sur le point de disparaitre, les axes routiers ou les entrepôts déserts (Image 8), servent de décor général aux gesticulations enfantines de ces deux garçons, qui tantôt un bas noir sur le visage, tantôt jouant au basket-ball ou faisant mine d’apprendre l’anglais travaillent leur look de dur à cuire.
Il les filme dansant (Image 3) ou courant (Image 7), s’adressant à la caméra pour nous raconter une histoire d’indien (Image 6) ou pour magnifiquement fredonner « J'entends J'entends ». (Image 5)
Mais ce que filme par-dessus tout JLG c’est le mouvement qui va de Paris à la Banlieue, qui traverse le Louvre en 9 minutes 43 secondes, qui voyage au centre de la terre… Il faut bouger, aller d’un lieu à l’autre, partir puis revenir, courir et courir encore. Peut-être, pour éviter que les corps s’engluer

Mais quand vient le dénouement, c'est-à-dire le hold-up, les gestes dérapent et l’action vire au désastre : c’est la poisse.
Au sujet d’une de scène de meurtre dans « Le Rideau Déchiré » , Alfred Hitchcock déclarait :
« Avec cette scène de meurtre très longue j'ai voulu, en premier lieu, prendre le contre-pied du cliché. D'ordinaire, dans les films, un meurtre va très vite. Un coup de couteau, un coup de fusil, le personnage du meurtrier ne prend même pas le temps d'examiner le corps pour voir si sa victime est morte ou non. Alors, j'ai pensé qu'il était temps de montrer combien il est difficile, pénible et long de tuer un homme. »
JLG semble adopter la même démarche au sujet du vol. Durant une vingtaine de minutes, il nous présente les tentatives maladroites et infructueuses des deux marlous pour faire main basse sur l’argent.
- La porte de la chambre est fermée à clé, et Odile n’a pas cette clé
- Alors, il faut trouver une échelle, faire le tour de la maison, hisser l’échelle… mais la fenêtre refuse de s’ouvrir
- Nos trois apprentis malfrats se disputent… la partie est remise au lendemain
- Mais le lendemain ce ne sera pas plus simple… l’argent aura disparu…
Et la poisse prend la forme d’un coup de revolver qui atteint un Arthur refusant de mourir ou mourant comme dans un jeu.

« Mon histoire finit là, comme dans un roman bon marché, à cet instant superbe de l'existence où rien ne décline, rien ne dégrade, rien ne déçoit. Et c'est dans un prochain film que l'on vous racontera, en CinémaScope et en Technicolor cette fois, les nouvelles aventures d'Odile et de Franz dans les pays chauds. » nous annonce, quelques minutes plus tard, la voix off de JLG, sorte de démon de Laplace qui nous aura guidés tout au long de ce film… ce qui n’a rien d’étonnant puisque c’est Son histoire.

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar