One + One



One + One - Sympathy For The Devil

1968
Jean-Luc Godard

Sean Lynch ... voix || Mick Jagger ... Lui-meme - The Rolling Stones || Brian Jones ... Lui-meme - The Rolling Stones || Keith Richards ... Lui-meme - The Rolling Stones || Charlie Watts ... Lui-meme - The Rolling Stones || Bill Wyman ... Lui-meme - The Rolling Stones || Anne Wiazemsky ... Eve Democracy || Iain Quarrier ... Fascist porno book seller || Frankie Dymon ... militant Black power || Danny Daniels ... militant Black power || Illario Pedro || Roy Stewart ... militant Black power || Linbert Spencer || Tommy Ansah || Michael McKay
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
One + One

sur
Amazone

fleche
fleche


2822 lectures

One + One
En Images

Retour à Jean-luc Godard
Retour à Jean-luc Godard
One + One - Sympathy for the DevilOne + One - Sympathy for the DevilOne + One - Sympathy for the DevilOne + One - Sympathy for the Devil
One + One - Sympathy for the DevilOne + One - Sympathy for the DevilOne + One - Sympathy for the DevilOne + One - Sympathy for the Devil

Quelques mots sur
One + One





1968, année de la rupture ? Certes, mais pour JLG la rupture semble devoir s’inscrire dans une certaine continuité.

« De façon générale, le reportage n’a d’intérêt qu’inséré dans la fiction, mais la fiction n’a d’intérêt que si elle se vérifie dans le documentaire » JLG, Cahiers du Cinéma n°138, 1962

Ce film, considéré dans sa globalité, est un documentaire sur la vie telle qu’elle est, non pas pensée, mais vécue. Un documentaire sur la vie où se succèdent des scènes disparates et sans liens, où les voix se chevauchent, avec chacune son discours. Car c’est ainsi que se déroule la vie, par adjonction de moments distincts dont le seul lien est l’être vivant qui les traverse.

Si nous le considérons maintenant chaque élément qui le constitue dans une alternance que seule semble organiser une voix lisant un roman politico-pornographique, nous sommes de nouveau confrontés aux rapports que tissent fiction et documentaire.

Les Rolling Stones travaillent « Sympathy for the Devil ». JLG les filme en douceur, sans à-coups, les observe, les scrute, les détaille. Sa caméra les enveloppe d’un mouvement lent, pendant qu’ils hésitent, reprennent, s’interrompent. D’évidence, il s’agit d’un documentaire… pourtant, celui-ci contient sa dose de fiction. Qui aurait pu imaginer, en 1968, que les Rolling Stones, lorsqu’ils entraient en studio, se métamorphosaient en de gentils garçons studieux et travailleurs, en de doux besogneux qui ne s’accordaient qu’une ou deux cigarettes de détente?
La scène dans le cimetière d’automobile et mettant en scène des militants armés des Black Panthers n’échappe pas à cette même règle. Seules les images relèvent de la fiction, les textes renvoient au réel et sont signés Amiri Baraka (1) ou Eldridge Cleaver (2), Malcolm X (3) ou Lumumba (4).
Quant au moment ayant pour décors une librairie à tendance pornographique où le patron lit « Mein Kampf » et ordonne à ses clients de gifler deux jeunes qui hurlent « Peace in Vietnam » ou « Mao », seuls le scénario et le gestus sont fictifs, car les revues, le texte lu et les gifles sont bien réels, même si, en ce qui concerne les gifles, elles révèlent de la métaphore. Comme l’est interview de Eve Democracy par une équipe de reporters.

Fiction et documentaire, l’un contient l’autre pendant que l’autre contient l’un… mais encore faut-il que l’un vérifie l’autre et réciproquement.
JLG ne filme pas les Rolling Stones chantant « Sympathy for the Devil », il filme le processus de création (5), comme il filme une mystérieuse « graffeuse » politique qui couvre les murs ou les voitures de « Cinemarxisme » ou « Mao ». En marxiste militant JLG ne s’intéresse qu’au processus de production, car il sait que tout dépend de lui.
Et c’est ce processus, véritable sujet du film, qui organise de façon cohérente l’ensemble : Rolling Stones créent une chanson, les Black Panthers créent des idées, le vieux monde crée de la violence. Un peu plus tôt, un peu plus tard, chacune de ses créations explosera.

Mais en attendant que l’addition un plus un trouve son résultat, JLG crée un film qui se termine sur des images d’un film qui se termine.



1- Sa plus grande contribution au mouvement du Black Power est l'ouvrage « Le Peuple du Blues » (Blues People), où il développe la thèse révolutionnaire que l'évolution du statut des Afro-américains a trouvé un écho dans les modifications de la musique noire. Sa lecture sociale et politique du blues et du jazz a eu une influence très importante dans le domaine des Popular Music Studies. (Wikipédia)

2- Leroy Eldridge Cleaver (31 août 1935 à Wabbaseka, Arkansas - 1er mai 1998 à Pomona, Californie) est un militant des droits civiques (qui devint un membre important du Black Panther Party) et un essayiste américain. (Wikipédia)

3- Malcolm X (19 mai 1925 - 21 février 1965), né Malcolm Little, également connu sous le nom d'El-Hajj Malik El-Shabazz, est un prêcheur musulman afro-américain, orateur et militant des droits de l'homme. Il est assassiné le 21 février 1965(Wikipédia)

4- Patrice Émery Lumumba1 (né le 2 juillet 1925 à Onalua, Congo belge - assassiné le 17 janvier 1961 au Katanga) est le premier Premier ministre de la République démocratique du Congo de juin à septembre 1960. Il est, avec Joseph Kasa-Vubu, l'une des principales figures de l'indépendance du Congo belge. (Wikipédia)
Il a en effet été assassiné par des responsables de l'État du Katanga avec la complicité de la sûreté de l'État belge, puissance coloniale du Congo, et des services secrets (CIA) des États unis d'Amérique(USA) (Wikipédia)

5- Le 29 décembre au National film Theater, Godard frappe son producteur. Celui-ci avait remonté le film pour faire écouter le titre « Sympathy for the devil » en entier. Or une chanson en entier c'est une chanson avec une fin, c’est un travail terminé, le contraire du sujet du film.

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar