Francis Ford Coppola - La Vallée du bonheur - Finian's Rainbow - sur le site RayonPolar


La Vallée du bonheur



La Vallée Du Bonheur - Finian's Rainbow

1968
Francis Ford Coppola

Fred Astaire : Finian McLonergan
Keenan Wynn : Le sénateur Billboard Rawkins
Petula Clark : Sharon McLonergan
Al Freeman Jr. : Howard
Tommy Steele : Og le lutin
Don Francks : Woody Mahoney
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
La Vallée du bonheur
sur
Amazone


fleche
fleche


327 lectures

La Vallée du bonheur
En Images

Retour à Francis Ford  Coppola
Retour à Francis Ford Coppola
La Vallée du bonheur - Finian's RainbowLa Vallée du bonheur - Finian's RainbowLa Vallée du bonheur - Finian's RainbowLa Vallée du bonheur - Finian's Rainbow
La Vallée du bonheur - Finian's RainbowLa Vallée du bonheur - Finian's RainbowLa Vallée du bonheur - Finian's RainbowLa Vallée du bonheur - Finian's Rainbow

La Vallée du bonheur
Synopsis

Après avoir dérobé une marmite magique, remplie d’or, au lutin Og, Finian McLonergan se réfugie dans la "Rainbow Valley", il espère qu’en enterrant la marmite l’or va se multiplier.
Le sénateur Bilboard Rawkins veut exproprier la population noire vivant sur place, afin de faire main basse sur le filon.
Pendant ce temps-là, Sharon, la fille de Finian, tombe amoureuse; Susan, la sœur muette de Woody, l’amoureux de Sharon, s'éprend de Og qui a retrouvé l’auteur du larcin…

Par bonheur, Og est peu vindicatif puisqu’il accepte de contrecarrer les projets du sénateur, qu’il rend la parole à Susan et devient humain afin de l’épouser.

Quelques mots sur
La Vallée du bonheur

Voici le troisième film personnel du réalisateur.
Cette comédie musicale, reprise d’un classique de Broadway, est une commande des studios que certains amateurs du genre ont caractérisés de « la plus mauvaise des comédies musicales ». Et il est vrai qu’elle n’atteint pas la légèreté et la vivacité de Minnelli ou des autres grands noms du genre, peut-être à cause de sa durée -2h20- mais cela n’est pas de la responsabilité du réalisateur. Pour autant, certains aspects ne manquent pas d’intérêt.

En premier lieu, il convient de saluer la beauté des images d’ouverture, lorsque le couple père et fille, parti d’Irlande, traverse l’Amérique à la recherche de la vallée du bonheur.
Bien sûr, le volet politique du film constitue le second élément à souligner. D’un antiracisme, qui peut paraître aujourd’hui (1) fort aimable, cette comédie musicale vire au conte moral et s’inscrit dans la lutte pour les droits civiques des noirs nord-américains. Cet aspect qui court tout le long du film est particulièrement palpable lorsque le sénateur réactionnaire devient noir, victime du sort que lui jette Sharon. Et peut-être convient-il de penser au KKK lors du procès en sorcellerie et de l’incendie final.
Mais le plus intéressant de ce film, qui flirte avec le fantastique est, sans conteste, son aspect visuel. Ses couleurs vives, toujours impeccablement propres et joyeuses, effet que renforcent les scènes de studio, ne font pas qu’accentuer le caractère de « fantasy », elle semblent surtout annoncer l’esthétique d’un film comme « Coup de cœur ».

Pour finir rendons hommage au jeu impeccable de la pétillante Petula Clark (2) et de la légende des films de ce genre, Fred Astaire (3).

1- Un autre aspect daté de ce film est l’émerveillement qui brille au fond des yeux des protagonistes se penchant sur des plants de tabac.

2- Chanteuse de classe internationale, dont on se souviendra à jamais de « Downtown ».

3- Il s’agit de sa dernière comédie musicale

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar