Francis Ford Coppola - L'Idéaliste - The Rainmaker - sur le site RayonPolar


L'Idéaliste



L'Idéaliste - The Rainmaker

1997
Francis Ford Coppola

Matt Damon : Rudy Baylor
Danny DeVito : Deck Shifflet
Claire Danes : Kelly Riker
Jon Voight : Leo F. Drummond
Mary Kay Place : Dot Black
Dean Stockwell : Juge Harvey Hale
Teresa Wright : Colleen 'Miss Birdie' Birdsong
Virginia Madsen : Jackie Lemancyzk
Mickey Rourke : Bruiser Stone
Andrew Shue : Cliff Riker
Red West : Buddy Black
Johnny Whitworth : Donny Ray Black
Wayne Emmons : Prince Thomas
Adrian Roberts : Butch
Roy Scheider : Wilfred Keeley
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
L'Idéaliste
sur
Amazone


fleche
fleche


407 lectures

L'Idéaliste
En Images

Retour à Francis Ford  Coppola
Retour à Francis Ford Coppola
L'Idéaliste - The RainmakerL'Idéaliste - The RainmakerL'Idéaliste - The RainmakerL'Idéaliste - The Rainmaker
L'Idéaliste - The RainmakerL'Idéaliste - The RainmakerL'Idéaliste - The RainmakerL'Idéaliste - The Rainmaker

L'Idéaliste
Synopsis

Rudy Baylor est devenu avocat par idéalisme. Barman pour se payer les études, il décroche un emploi dans le plus louche des cabinets de Memphis, qui ne manque pas de ce genre d’officine.
Deck Shifflet, qui le seconde, va vite lui apprendre la réalité du métier…Ce dont il aura besoin pour mener à terme les affaires dont il est en charge

Quelques mots sur
L'Idéaliste

Pour cette adaptation du roman éponyme de John Grisham qui raconte l’affrontement entre un avocat novice et une puissante compagnie d’assurance représentée par une armée d’hommes de loi, Coppola a recourt à une narration en voix off.
L’histoire nous est exposée par le jeune Rudy Baylor, que l’on imagine plus âgé et plus expérimenté lorsqu’il nous présente ce procès.
Par ce procédé nous sommes immédiatement expédiés hors de ce que nous allons voir, nous sommes tenus à distance de l’affaire qui va se dérouler sous nos yeux. Et cette distance c’est la voix hors champ. Ce sentiment d’éloignement ou d’étrangeté est d’autant plus accentué que la caméra demeure souvent frontale, comme extérieur à ce qu’elle filme. La scène où Rudy Baylor est accueilli par les avocats de la compagnie d’assurance dans leur cabinet en constitue un des exemples les plus frappants. Une caméra fixe observe, durant un long moment, l’échange de poignets de mains au travers d’une fenêtre. Lorsque Deck Shifflet, qui recherche un témoin vital, se « penche » par-dessus le comptoir de l’accueil d’une clinique pour fouiller un tiroir, la caméra le cadre avec cette même immobilité et éloignement, tout comme elle filme le repas entre Rudy Baylor, Deck Shifflet et Bruiser Stone.
Mais peut-être cette forme n’est-elle que l’adaptation esthétique au fond. Rudy Baylor fait face à la compagnie Great Benefit, comme il fait face au président du tribunal, comme il doit se tenir à distance des témoins s’il n’a pas reçu l’autorisation du juge de s’en approcher.
Ce parti pris filmique a pour effet de mettre en relief les rares moments où la caméra pénètre dans le film comme pour en extraire toute la charge émotive
Rudy raccompagne Kelly dans sa chambre d’hôpital. Il la prend dans ses bras pour l’aider à quitter son fauteuil roulant. La caméra cadre son poignet bandé, ses genoux meurtris, son pied dénudé, sa main sur l’épaule de Rudy, les deux visages… et lorsque Rudy dépose Kelly sur le lit, la caméra demeure comme engluée dans ces fragments de corps qui s’effleurent.
Plus tard comme en écho à cette scène, Rudy accompagne Kelly à son domicile pour qu’elle y récupère ses affaires. Son ex-mari, armé d’une Batte de base-ball, fait irruption dans la maison. Et la violence se déchaîne. La caméra s’accroche à des dos, à des mains, à des visages, à des pieds. Elle se retrouve au centre de la bagarre, entre les deux hommes, sous les meubles ou aux pieds de Kelly
Le troisième moment où la caméra se défait de sa neutralité est l’instant de la plaidoirie de Rudy Baylor. Le père de Donny Ray se lève et brandit en direction du PDG de la compagnie d’assurance le portrait de son fil qui vient de décède. Certes, le cadrage reste classique mais la frontalité disparaît à ce moment là, emportée par l’émotion.

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs




Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar