En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



La Vallée des Plaisirs / Orgissimo

Filmographie de Russ Meyer

La Vallée Des Plaisirs / Orgissimo - Beyond The Valley Of The Dolls / Hollywood Vixens

1970
Russ Meyer

Dolly Read : Kelly Mac Namara
Cynthia Myers : Casey Anderson
Marcia McBroom : Petronella Danforth
John Lazar : Ronnie 'Z-Man' Barzell
Michael Blodgett : Lance Rocke
David Gurian : Harris Allsworth
Edy Williams : Ashley St. Ives
Erica Gavin : Roxanne
Phyllis Davis : Susan Lake
Harrison Page : Emerson Thorne
Duncan McLeod : Porter Hall
James Inglehart : Randy Black
Charles Napier : Baxter Wolfe
Henry Rowland : Otto
Princess Livingston : Matron
Pam Grier
1864 lectures

La Vallée des Plaisirs / Orgissimo
En Images

Synopsis
La Vallée des Plaisirs / Orgissimo - Beyond the Valley of the Dolls / Hollywood VixensLa Vallée des Plaisirs / Orgissimo - Beyond the Valley of the Dolls / Hollywood VixensLa Vallée des Plaisirs / Orgissimo - Beyond the Valley of the Dolls / Hollywood VixensLa Vallée des Plaisirs / Orgissimo - Beyond the Valley of the Dolls / Hollywood Vixens
La Vallée des Plaisirs / Orgissimo - Beyond the Valley of the Dolls / Hollywood VixensLa Vallée des Plaisirs / Orgissimo - Beyond the Valley of the Dolls / Hollywood VixensLa Vallée des Plaisirs / Orgissimo - Beyond the Valley of the Dolls / Hollywood VixensLa Vallée des Plaisirs / Orgissimo - Beyond the Valley of the Dolls / Hollywood Vixens
Un groupe de rock composé de trois filles arrivent à Hollywood pour réussir. Elles vont accéder au succès mais également se rouler dans le stupre. Ce qui commence comme l'histoire d'une réussite se révèle une plongée en eaux troubles d'où on ne ressort pas forcément vivant.

Quelques mots sur
La Vallée des Plaisirs / Orgissimo

 
En 1967, la 20th Century Fox produit « Valley Of The Dolls »(1), adaptation cinématographique du roman à succès de Jacqueline Susan (2) et prend soin, par contrat, de s’autoriser à réaliser une suite.
« Valley Of The Dolls » (3), qui dépeint les mœurs d’une jeunesse ambitieuse et décadente connaît un succès comparable au roman, dans de telles conditions la Fox ne peut qu’envisager de produire une « Vallée des poupées » II. Malheureusement, le scénario, que propose Jacqueline Susan, ne trouve pas grâce aux yeux de la compagnie. Et celle-ci se tourne vers le sulfureux Russ Meyer (4) qui traîne la réputation de n’avoir jamais perdu un sou au cours de ses réalisations (5).
Russ Meyer, cinéaste des excès, aussi bien visuels que filmiques, bouscule les tabous, la bienséance, la morale puritaine d’une Amérique qui s’extirpe avec enthousiasme du code Hays (6) et plonge sa caméra dans un Hollywood où le rock 'n' roll endiablées rythme des Bacchanales modernes, reflet fictif du bouillonnement de l’underground culturel, prétexte aux désordres les plus extravagants mais aussi aux créations les plus « actuelles »(7).
L’alcool coule à flots, la drogue se dissout dans les veines ou embrume les poumons et l’amour est libre, éphémère, changeant, excessif, mais toujours physique. Les couples se font et se défont au bord de la mer, dans une piscine, une baignoire, au détour d’un couloir ou entre deux portes… au milieu de bottes de foin ou aux pieds d'un arbre pour les plus bucoliques. Qu’importe le sexe des uns et des autres, il suffit d’être deux pour être un couple.
Mais au sein de cette débauche de sens, toujours contenue dans un intérieur psychédélique, pointe une inquiétude indéfinissable. Le film s’était ouvert sur une étrange scène : une ombre se faufilait dans la nuit puis s’introduisait dans une chambre où dormait une jeune femme; l’ombre enfonçait le canon d’un revolver dans la bouche de la dormeuse; la femme se réveillait et poussait un cri de terreur. A la bouche de celle que l’on devinait future victime de l’ombre succédait à l’écran celle d’une rockeuse… et le film commençait.
Que signifiait cet avant-propos narratif?
La réponse s’ébauche au terme d’une heure vingt, lorsque apparaît à l’écran le major d’homme de John Lazar dans un uniforme de SA et qu’il distribue à chacun un déguisement.
Car John Lazar n’est pas seulement un producteur de musique, il est un adepte du pouvoir et aime entraîner ses invités dans les jeux les plus « border line »
A chacun, il distribue drogue et alcool, alors que la caméra cadre obliquement des visages inquiets qu’éclaire une lumière aux couleurs changeantes. Et la « fête » devient Bacchanale. Revêtu d’une tenue aux relents d’empereur romain, John Lazar décapite d’un coup de sabre son amant, qu’il avait ligoté nu à ses pieds avant d’embrocher son major d’homme et de révolvériser l’ « innocente » dormeuse.
La boucle se referme et le triptyque sexe, drogue et rock 'n' roll, s’est métamorphosé en puissance, folie et mort



1- Les « poupées » mentionnées dans le titre sont les pilules que chacune des héroïnes du film consomme pour supporter son existence

2- Jacqueline Susann, née à Philadelphie, se rendit à New York à l'âge de seize ans pour devenir comédienne. Elle y épousa Irving Mansfield, producteur de cinéma et de télévision, et se fit connaître au théâtre et à la télévision.
Mais c'est avec « La Vallée des Poupées », vendu à 14 millions d'exemplaires, qu'elle acquit une renommée internationale. Quant à « The Love Machine », dès sa parution, l'accueil réservé à ce roman est apparu comme une répétition du succès précédent. Numéro un sur la liste des best-sellers pendant plus de cinq mois, le tirage a dépassé 4 500 000 exemplaires aux U.S.A.
Jacqueline Susann est décédée à New York en septembre 1974, à l'âge de cinquante-trois ans. (source www.bibliopoche.com)

3- Anne Welles quitte sa famille et son fiancé pour s’installer à New York, où elle devient la secrétaire d’un avocat. Là, elle fait la connaissance de deux jeunes femmes ambitieuse qui souhaite faire carrière dans le monde du spectacle.
L’une d’entre elles, après un succès fulgurant, se laissera piéger par les médicaments puis l’alcool.
L’autre se suicidera lorsqu’elle réalisera qu’elle doit renoncer à son corps…
Quant à Anne après une carrière de mannequin et des amours décevants, elle regagnera sa ville natale

4- Russ Meyer fait appel à l’un de ses amis, Roger Ebert, célèbre critique cinématographique, pour l’écriture du scénario.

5- Mais l’air du temps n’est peut-être pas étranger à ce choix. En 1972 sortait le célébrissime « Deep throat »

6- Ensemble de règles qui régissaient la censure entre 1934 et 1966

7- Entre janvier 1964 et 1968, Warhol « ouvre » la Factory dans un loft sur la 47e rue. C'est une sorte d'atelier artistique qui sert en même temps de studio d'enregistrement pour ses œuvres cinématographiques et de lieu de rencontre pour son entourage. C’est entre 1966 et 1968 qu’il se liera au Velvet Underground (Lou Reed, Sterling Morrison, John Cale, Moe Tucker) dont les thèmes de prédilection sont les drogues dures, le sadomasochisme, homosexualité…

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs


[Alfred Hitchcock]
[John Carpenter]
[Serguei Eisenstein]
[Quentin Tarantino]
[Jean-luc Godard]
[Claude Chabrol]
[Russ Meyer]
[Francis Ford Coppola]
[Dario Argento]
[Mario Bava]
[Orson Welles]
[Brian de Palma]
[John Cassavetes]
[Clint Eastwood]
[Woody Allen]

[Mad Max]
[ Emmanuelle]
[Joseph Rouletabille]
[ Underworld]
[La Mutante]
[Arsène Lupin]
[Hannibal Lecter]
[ Angelique]
[La Planète des Singes]
[ Carrie]
[The Hunger Games]
[ Hercule]
[Robert Langdon]
[Jason Bourne]
[ Terminator]
[Mission Impossible]
[John McClane]
[OSS 117]
[Lemmy Caution]
[Arme Fatale]
[Resident Evil]
[Men in Black]
[Star Wars]
[Indiana Jones]
[ Alien]
[James Bond]
[ Millenium]
[ Fantomas]

[Noomi Rapace]
[Bruce Willis]
[Julia Roberts]
[Sean Connery]
[Peta Wilson]
[Harrison Ford]
[Marlène Jobert]



reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar


En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique