En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar



Lorna, l'incarnation du désir

Filmographie de Russ Meyer

Lorna, L'incarnation Du Désir - Lorna

1964
Russ Meyer

Lorna Maitland : Lorna
Mark Bradley : L'évadé
James Rucker : Jim
Hal Hopper : Luther
Doc Scortt : Jonah
Althea Currier : Ruthie
F. Rufus Owens : Ezra
Frank Bolger : Silas
Ken Parker : Le pêcheur
James Griffith : L'homme de Dieu
1612 lectures

Lorna, l'incarnation du désir
En Images

Synopsis
Lorna, l'incarnation du désir - LornaLorna, l'incarnation du désir - LornaLorna, l'incarnation du désir - LornaLorna, l'incarnation du désir - Lorna
Lorna, l'incarnation du désir - LornaLorna, l'incarnation du désir - LornaLorna, l'incarnation du désir - LornaLorna, l'incarnation du désir - Lorna
Voilà un an que Lorna est mariée et voilà un an qu’elle rêve d’une autre vie, loin de ce village de volige, perdu au milieu de nulle part.
Et voilà que ce jour-là, alors qu’elle revient de prendre un bain dans la rivière, sa route croise celle d’un évadé. Après avoir vainement repoussé les avances de cet homme, Lorna cède et l’entraîne chez elle où elle se met à imaginer que ses rêves pourraient devenir réalité.
Mais la morale veille sur les pauvres pécheurs.

Quelques mots sur
Lorna, l'incarnation du désir

 
Lorsque le film débute, nous sommes à bord d’une voiture qui avale des kilomètres de route. A l’horizon surgit un homme qui se tient fermement au milieu de la chaussée. Il nous intime l’ordre de stopper :
« Savez-vous où mène cette route ? Alors, écoutez-moi bien bonnes gens ! Car je parle pour tous ! Petits et grands, riches et pauvres. Dites-vous vraiment la vérité ? Jugez-vous avec équité les enfants de l'Homme ? Ou rendez-vous coup pour coup ? Jugez-vous comme les autres jugent ? Et vous, les hypocrites, votre apparence est séduisante, mais votre cœur est rempli de débris humains. Comme vous jugez, vous serez jugés ! Comme vous condamnez, vous serez condamnés ! Qui se lèvera contre les méchants ? Qui relèvera avec moi le défi contre les soldats de l'injustice ? Personne ? Alors, passez... Mais ce sera sans retour ! »
Et nous passons.
Dans la ville où nous débouchons, le décor est fait de lignes droites et d’angles droits, tout comme le sera le film jusqu’à ce que les désirs de Lorna n’envahissent l’écran et que la sinuosité des droites ne s’impose.
Deux hommes, à la silhouette de Laurel et Hardy, sortent d’un bar. Leur route percute celle d’une jeune femme ivre. Ils lui emboîtent le pas à distance. L’un d’entre eux force la porte de son domicile. Il saisit sa victime et la jette sur le lit. Celle-ci se défend… L’homme lui assène sauvagement de grands coups de poing avant de rejoindre son complice à qui il confie : « Ce n’est pas mon genre de femme ». Phrase qui fait écho à ceux qu’il tenait en sortant du bar au sujet d’une autre fille.
Et les Laurel et Hardy de la bestialité remontent la rectitude de la rivière à bord de leur barque à moteur alors qu’à l’écran défile le générique.
Cette longue scène d’ouverture, hors du film, d’avant le générique contient et résume ce que sera « Lorna » (1). Une succession de lignes droites, tant morales que visuelles (2) ; un enchaînement d’angles droits au coin desquels les protagonistes se percutent (3) ; la présence d’une violence latente qui mine et, paradoxalement, soude les rapports sociaux (4) ; une série de hasards fluctuants comme l’image des rêves de Lorna (5).
Et à ce long moment répond le prêche de l’homme de Dieu (6), hors film par nature, qui conclut l’escapade en dehors du droit chemin de Lorna :
« Faites-vous aux autres ce que vous ne voulez pas qu'on vous fasse ? Vous les libertins qui croyez aux vertus des faibles. L'heure viendra où vous serez un faible... La victime d'un plus libertin que vous. Ecoutez ma prière mon Dieu. Eclairez mes yeux jusqu'au sommeil de la mort. Mais sa femme regarda par derrière et fut changée en une statue de sel. Ce que vous semez, vous le récolterez! »


1- Notons que Russ Meyer reprendra l’intrigue et de « Lorna », en la dépouillant de toute « complexité », quinze ans plus tard avec « UltraVixens »

2- Au désordre visuel de l’univers de Lorna s’opposent les rectitudes du décor de la ville, de la mine de sel où travaille son époux ou de la rivière le long de laquelle il se déplace.

3- Les routes de Lorna et de l’évadé se « percutent » littéralement sous l’effet du hasard, tout comme se percuteront celles de son mari et de l’évadé.

4- Seule la violence cimente les rapports d’« amitié » qu’unit le mari de Lorna et ses deux collègues de travail.

5- Hasard d’une évasion, d’un pêcheur croisé, d’un bain de soleil, d’une après-midi de repos, dans un univers de frustration et de rêves impossibles

6- Notons que ce rôle sera confié à Sœur Eufaula Roop dans « UltraVixens »

Les Cinéastes

Les Sagas

Les Acteurs


[Alfred Hitchcock]
[John Carpenter]
[Serguei Eisenstein]
[Quentin Tarantino]
[Jean-luc Godard]
[Claude Chabrol]
[Russ Meyer]
[Francis Ford Coppola]
[Dario Argento]
[Mario Bava]
[Brian de Palma]
[Orson Welles]
[Clint Eastwood]
[John Cassavetes]
[Woody Allen]

[Mad Max]
[ Stargate]
[Joseph Rouletabille]
[ Underworld]
[Arsène Lupin]
[Hannibal Lecter]
[ Angelique]
[La Planète des Singes]
[ Carrie]
[The Hunger Games]
[ Hercule]
[Robert Langdon]
[La Mutante]
[ Emmanuelle]
[Jason Bourne]
[ Terminator]
[Mission Impossible]
[John McClane]
[OSS 117]
[Arme Fatale]
[Resident Evil]
[Lemmy Caution]
[Men in Black]
[Star Wars]
[ Millenium]
[Indiana Jones]
[ Alien]
[James Bond]
[ Fantomas]

[Noomi Rapace]
[Marlène Jobert]
[Julia Roberts]
[Sean Connery]
[Peta Wilson]
[Harrison Ford]
[Bruce Willis]



reclame

Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar


En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar
Les forums du Rayon du polar ne sont pas modérés
...dans la mesure où chaque intervenant respecte les règles élémentaires du savoir vivre...
Alors n'hésitez pas :
poussez une porte...
"Site Fumeur.
Y'a plus que sur le Web qu'on peut maintenant"
RayonPolar
Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique