L'homme qui en savait trop

[Dario Argento] [Russ Meyer] [Claude Chabrol] [Serguei Eisenstein] [John Carpenter] [Quentin Tarantino] [Jean-luc Godard] [Robert Guediguian] [Mario Bava] [Francis Ford Coppola] [John Cassavetes] [Agnès Jaoui] [Alfred Hitchcock] [Brian de Palma] [Woody Allen] [Clint Eastwood] [Orson Welles]
[ Divergent] [ Dracula] [Département V] [Jurassic Park] [La Momie] [Jules Maigret] [Francis Coplan] [The Maze Runner] [ Stargate] [La Mutante] [Robert Langdon] [Star Trek] [Le Transporteur] [Les Mystères de Paris] [Sherlock Holmes] [ Ocean] [ Batman] [Harry Potter] [Dix Petits Negres] [Caroline Cherie] [ Rocambole] [ Matrix] [Henri de Lagardère / Le Bossu] [X Men] [Xavier Rousseau] [48 heures - Le Flic de Beverly Hills] [ Hercule] [The Hunger Games] [ Carrie] [ Millenium] [Resident Evil] [Arme Fatale] [ Terminator] [John McClane] [Mission Impossible] [ Fantomas] [OSS 117] [Lemmy Caution] [Star Wars] [Indiana Jones] [ Alien] [Jason Bourne] [ Emmanuelle] [La Planète des Singes] [ Angelique] [Hannibal Lecter] [Arsène Lupin] [Joseph Rouletabille] [ Underworld] [Mad Max] [James Bond] [Men in Black]
[Noomi Rapace] [Meg Ryan] [Jacques Higelin] [Julia Roberts] [Bruce Willis] [Marlène Jobert] [Harrison Ford] [Peta Wilson] [Sean Connery] [Sigourney Weaver]


Filmographie d'Alfred Hitchcock

L'homme Qui En Savait Trop - The Man Who Knew Too Much

1956

Production: Alfred Hitchcock, Paramount, Filmwite Prod., 1955.
Producteur associé: Herbert Coleman.
Réalisation: Alfred Hitchcock.
Scénario: John Michael Hayes et Angus MacPhail, d'après une histoire de Charles Bennett et D. B. Wyndham Lewis.
Directeur de la photographie: Robert Burks, A.S.C.
Couleurs: Technicolor.
Conseiller: Richard Mueller.
Effets spéciaux: John P. Fulton, A.S.C.
Décors: Hal Pereira, Henry Bumstead, Sam Comer et Arthur Krams.
Musique: Bernard Herrmann.
Chansons: Jay Livingston et Ray Evans : “ Whatever will be “; “ We’ll love again”; cantate “Storm Cloud” de Arthur Benjamin et D. B. Wyndham-Lewis, exécutée par le London Symphony Orchestra, sous la direction de Bernard Herrmann.
Montage: George Tomasini, A. C. E.
Costumes: Edith Head.
Ingénieurs du son: Franz Paul et Gene Garvin, Western Electric.
Assistant réalisateur: Howard Joslin.
Studios: Paramount.
Extérieurs: au Maroc.
Distribution: Paramount, 1956, 120 minutes.
Interprétation: James Stewart (docteur Ben MacKenna), Doris Day (Io, sa femme), Daniel Géhn (Louis Bernard), Brenda de Menzie (Mrs. Drayton), Bernard Miles (Mr. Drayton), Ralph Truman (inspecteur Buchanan), Mogens Wieth «ambassadeur), Alan Mombray (Val Parnell), Hillary Brooke (Jan Peterson), Christopher Olsen (le petit Hank MacKenna), Reggie Malder (Rien, l'assassin), et Yves Brainville, Richard Wattis, Alix Talton, Noel Willman, Caroline Jones, Leo Gordon, Abdelhaq Chraibi, Betty Baskomb, Patrick Aherne, Louis Mercier, Anthony Warde, Lewis Martin, Richard Wordsworth.
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
L'homme qui en savait trop

sur
Amazone

fleche
fleche






15099 lectures

Synopsis

Après avoir assisté à un congrès médical à Paris, le docteur Ben McKenna et sa famille visitent le Maroc où ils font la connaissance d’un étrange Français, Louis Bernard. Un type qui pose beaucoup de questions mais reste évasif quant à ses occupations.
Lors de la visite du souk de Marrakech, Ben se porte au secours d’un Arabe grièvement blessé au cours d’une altercation. Mais à sa grande surprise, il reconnaît Louis Bernard…
Celui-ci, avant de mourir, lui murmure un secret à l’oreille : un assassinat doit avoir lieu à Londres.
Alors que la police interroge les McKenna, un correspondant anonyme les prévient que leur fils a été kidnappé et que s’ils souhaitent le revoir vivant, ils ne doivent rien révéler des paroles de Louis Bernard.
La recherche de leur fils conduira les McKenna jusqu’à l’Albert Hall à Londres où doit retentir un coup de cymbale meurtrier.
Voir toutes les apparitions d’Hitchcock

Du remake

Voici un cas unique dans la filmographie d’Hitchcock : le remake.
En 1934 le réalisateur avait adapté le roman de Herman ‘Sapper’ McNeile, Bulldog Drummond’s Baby, sous le titre de « L’homme qui en savait trop ». En 1954, il en tourne une nouvelle version.

Dans ces deux versions, le cœur de l’intrigue est identique. Une famille en vacances se retrouve, par hasard, mêlée à une affaire de meurtre. Les circonstances font qu’elle recueille les confidences d’un espion à l’agonie et que pour la contraindre au silence les tueurs kidnappent leur enfant.
Par contre d’une version à l’autre les décors et les personnages diffèrent. Le film de 1934 met en scène une famille anglaise en vacances dans la station de ski de Saint-Moritz, parmi la jet-set. Et c’est leur fille qui est kidnappée. Dans cette seconde version, il s’agit d’une famille américaine en vacances au Maroc. Et la fille est devenue un garçon.
Si dans les deux cas l’agent secret est français et est assassiné au début du film, au pistolet de la première version se substitue un poignard dans la seconde. De même, le temple du Tabernacle du Soleil, où est séquestré l’enfant, devient l’Eglise Presbytérienne Ambrose dans le remake. Enfin, si dans le premier film, c’est la mère qui sauve sa fille en abattant le ravisseur qui la menace, c’est le père qui sauve son fils dans le film de 1954.

Autant de différences qui, pour certaines, n’en sont peut-être pas.

Pour le public de 1954, le Maroc est aussi lointain, exotique et mystérieux que la station de ski Suisse pour le public de 1934. Et qu’un crime vienne troubler la quiétude de ces lieux semble naturel. Par contre, l’utilisation du poignard dans la seconde version n’est pas sans conséquences. Le danger qui rode autour des protagonistes n’est plus lointain et désincarné, il devient palpable et prégnant. L'enlèvement de l’enfant n’est plus un coup de tonnerre mais une conséquence inéluctable de cette proximité.
Dans un premier temps, Hitchcock avait envisagé d’inscrire son remake dans le contexte de la guerre froide : les assassins appartenaient au bloc soviétique. Cette volonté d’inscrire l’intrigue dans l’actualité explique, peut-être, que le temple du Tabernacle du Soleil devienne l’Eglise Presbytérienne Ambrose dans la seconde version. En 1954 le danger ne venait pas des sectes, il venait de l’Est et se terrait dans les lieux les plus insoupçonnés. Finalement Hitchcock décida de faire disparaître toutes références à l’actualité politique.
Une autre différence entre les deux versions concerne les deux familles : l’une est anglaise et riche, l’autre est américaine et de la middle class. Mais s’agit-il vraiment d’une différence? Les McKenna pouvaient-ils être de riches américains?
Il ne reste plus qu’à émettre une hypothèse quant au « transfert des sexes ».
En 1934, c’est une fille qui est kidnappée et c’est sa mère qui la sauve. En 1954, c’est un garçon qui est kidnappé et c’est son père qui le sauve. Ceci renvoie-t-il à une différence de la place de la femme dans la société Américaine et Anglaise? Ou aux effets sournois de la censure qui régentait les studios Américains? Car à bien observer les rôles féminins dans le cinéma hitchcockien, ils semblent être radicalement dissemblables d’une période à l’autre. Et si c’était cette différence qui permettait de définir la période dite anglaise et celle dite américaine?
L'homme qui en savait trop - The man who knew too much

Du plan fixe

 
 
Comment parler de ce film sans s’attarder sur la célèbre scène de cymbales?
Fidèle à sa définition du suspense, Hitchcock s’attache à ce que le spectateur soit informé par avance des événements qui vont se dérouler.
Voilà pourquoi le cinéaste introduit une scène au cours de laquelle les espions écoutent par deux fois les mesures qui précédent le coup de cymbales. Le spectateur doit être capable d’identifier, par avance, le moment du crime. Et comment pourrait-il en être autrement puisque dès le générique, Hitchcock filme le London Symphony Orchestra en précisant au coup de cymbales : « un simple coup de cymbales et voilà bouleversée la vie d’une famille paisible ».
Lorsqu’enfin nous nous retrouvons au Royal Albert Hall, nous savons précisément ce qui va advenir.

Et le suspense s’ installe tout naturellement.

Un plan fixe nous présente l’orchestre dans son ensemble. Puis un autre plan fixe cadre le cymbalier qui se lève, saisit son instrument et se dirige vers son pupitre. Un plan bref nous permet de découvrir le tueur qui est lui aussi en place.
Une seule question assaille notre esprit : les McKenna vont-ils parvenir à déjouer le complot ?
Brièvement la caméra cadre Jo, puis son mari qui discute avec la police dans les couloirs du Royal Albert Hall.
La camera revient sur Jo qui trépigne d’impatience et d’angoisse, elle enchaîne quatre vues d’ensemble des choristes qui tourne les pages de leur partition… Finalement elle cadre le cymbalier avant de revenir sur Ben, toujours en discussion avec la police.
La menace se précise : dans une loge vide, le tueur brandit son arme. La caméra se porte sur la cible : un paisible ambassadeur.
Jo réalise qu’il est certainement trop tard…
Le chef d’orchestre tourne la page de la partition. La caméra parcourt les notes. Le cymbalier brandit son instrument. Le coup de cymbale va retentir…

L'homme Qui En Savait Trop Le cymbalier se prépare
L'homme Qui En Savait Trop Pendant ce temps Ben cherche la loge du tueur
L'homme Qui En Savait Trop Sa complice guette
L'homme Qui En Savait Trop Le canon du revolver apparaît
L'homme Qui En Savait Trop La complice guette
L'homme Qui En Savait Trop Jo cherche des yeux le tueur
L'homme Qui En Savait Trop Le tueur se prépare
L'homme Qui En Savait Trop Nous decouvrons l'ambassadeur
L'homme Qui En Savait Trop La cible
L'homme Qui En Savait Trop Joe découvre le tueur et crie
L'homme Qui En Savait Trop Le tueur vise
L'homme Qui En Savait Trop Le coup de cymbales retentit
L'homme Qui En Savait Trop L'ambassadeur est touché
L'homme Qui En Savait Trop La foule se lève
L'homme Qui En Savait Trop Ben localise enfin le tueur... trop tard
L'homme Qui En Savait Trop Le tueur tente de s'enfuir, mais il tombe du haut du balcon
L'homme qui en savait trop - The man who knew too much



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar