La loi du silence

[Alfred Hitchcock] [Brian de Palma] [Clint Eastwood] [Woody Allen] [John Cassavetes] [Orson Welles] [Francis Ford Coppola] [Russ Meyer] [Claude Chabrol] [Serguei Eisenstein] [John Carpenter] [Quentin Tarantino] [Jean-luc Godard] [Dario Argento] [Mario Bava] [Robert Guediguian] [Agnès Jaoui] [Jean-Pierre Mocky] [Luc Besson]
[James Bond] [ Alien] [Indiana Jones] [Star Wars] [Lemmy Caution] [OSS 117] [ Fantomas] [Mission Impossible] [John McClane] [ Terminator] [Arme Fatale] [Resident Evil] [ Millenium] [Jason Bourne] [ Emmanuelle] [Men in Black] [Mad Max] [ Underworld] [Joseph Rouletabille] [Arsène Lupin] [Hannibal Lecter] [ Angelique] [La Planète des Singes] [ Carrie] [The Hunger Games] [ Hercule] [Robert Langdon] [La Mutante] [ Stargate] [The Maze Runner] [Francis Coplan] [Jules Maigret] [ Divergent] [ Dracula] [Département V] [Jurassic Park] [Star Trek] [Le Transporteur] [Les Mystères de Paris] [48 heures - Le Flic de Beverly Hills] [Xavier Rousseau] [X Men] [ Matrix] [ Rocambole] [Caroline Cherie] [Dix Petits Negres] [Harry Potter] [ Batman] [Sherlock Holmes] [La Momie] [ Ocean] [Henri de Lagardère / Le Bossu] [ Predator] [Les Animaux Fantastiques] [Ryan Jack] [Eugène-François Vidocq] [Slim Callaghan] [San Antonio] [John Rambo] [Donatien Alphonse François de Sade] [ Tarzan] [Allan Quatermain] [ Jumanji] [Retour vers le Futur] [ Taken] [Charlie's Angels] [Tomb Raider] [Bad Boys] [Le Retour des Morts Vivants] [Matt Helm] [ Zorro] [Pirates des Caraibes]
[Harrison Ford] [Julia Roberts] [Noomi Rapace] [Peta Wilson] [Sean Connery] [Marlène Jobert] [Bruce Willis] [Meg Ryan] [Sigourney Weaver] [Jacques Higelin] [Laura Antonelli] [Brigitte Bardot] [Jean-Paul Belmondo] [Raquel Welch]


Filmographie d'Alfred Hitchcock

La Loi Du Silence - I Confess

1952

Production: Alfred Hitchcock, Warner Bros, 1952
Producteur associé: Barbara Keon.
Producteur superviseur: Sherry Shourdes,
Réalisation: Alfred Hitchcock.
Scénario: George Tabori et William Archibald, d'après la pièce de Paul Anthelme, « Our Two Consciences »,
Directeur de la photographie: Robert Burks, A.S,C,
Décors: Edward S. Haworth et George-James Hopkins.
Musique: Dimitri Tiomkin; dirigée par Ray Heindorf.
Montage: Rudi Fehr, A C E
Costumes: Orry-Kelly
Ingénieur du son: Olivier S. Garretson,
Conseiller technique: le père Paul La Couline
Conseiller policier: inspecteur Oscar Tanqvay,
Studios: Warner Bros,
Extérieurs :Québec,
Assistant-réalisateur: Don Page.
Distribution: Warner Bros, 1952, 95 minutes.
Interprétation: Montgomery Clift (le père Michael Logan), Anne Baxter (Ruth Grandfort), Karl Malden (l'inspecteur Larrue), Brian Aherne (le procureur Willy Robertson), O E. Hasse (Otto Keller), Do11y Haas (Alma Ke11er, sa femme), Roger Dann (Pierre Grandfort), Charles André (Le père Millais), Judson Pratt (Murphy, un policier), Ovila Legare (Vilette, l'avocat), Gilles Pelletier (le père Benoît),
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
La loi du silence
sur
Amazone


fleche
fleche






11768 lectures

Synopsis

Sacristain dans une église de Québec, Otto Keller assassine l'avocat Vilette pour le voler.
De retour à l’église, Otto quitte son déguisement de prêtre et déclare au père Michael Logan qu’il a besoin de son aide. Celui-ci l’écoute en confession.
Pris dans le piège du secret de la confession celui-ci ne peut plus dénoncer l’assassin.
A la suite du témoignage de deux fillettes les soupçons de la police se portent sur Logan.
Et le sort s’acharne contre le père Logan. Ruth, qui espérait lui fournir un alibi en déclarant que la nuit du crime elle était avec lui, ne fait que le déstabiliser un peu plus.
Au final, le père Logan est déclaré coupable du meurtre de l’avocat Vilette…
Voir toutes les apparitions d’Hitchcock

De la droite...

Il est fréquent que les films d’Hitchcock s’organisent autour d’une forme géométrique, plus où moins simple. Dans ce cas, la figure semble être la droite, tant d’un point de vue esthétique que moral.
Dés le début du film Hitchcock apparaît à l’écran, conformément à son habitude. Simple passant, sa silhouette travers l’écran, en haut d’un escalier, parmi la multitude de lignes droites que dessinent les marches, les rampes, les bâtiments et les trottoirs.
L’image suivante nous montre un panneau de signalisation qui porte la mention « direction », et c’est en suivant celle-ci que la caméra franchit une fenêtre avant de se fixer sur le cadavre de Vilette.
La ligne droite, nous la retrouvons tout au long du film à travers des éléments architecturaux : l’intérieur de la cathédrale, avec ces travées et ces alignements de chaises; le décor urbain, avec ces avenues rectilignes et ces façades; au tribunal, avec son mobilier…
Mais cette figure géométrique n’est pas uniquement présente à l’écran, elle est surtout le nœud de l’intrigue. Le père Logan est finalement reconnu coupable du meurtre de Vilette parce qu’il se refuse à rompre le secret de la confession qui le lie à Keller, sa droiture morale ne soufre d’aucune exception. Et son silence n’est que le fruit de ce trait de caractère.
Ces deux aspects de cette configuration géométrique élémentaire fusionnent dans un double mouvement : le regard du prêtre et ces déplacements.
Ses yeux fixent avec courage, droit dans les yeux, ses interlocuteurs ou ses accusateurs, quand ce n’est pas le ciel, seule justice dont il se sent redevable.
A la façon d’Hitchcock, lors de la scène d’ouverture, il remonte la travée centrale de l’église sans se détourner de la ligne droite. Lorsque la police vint l’appréhender, il parcourt la ville en suivant ce même trajet rectiligne qui le conduit, dans une sorte de chemin de croix, jusqu’au commissariat.
La scène qui conclut ce film est probablement la plus instructive de ce point de vue.
Keller, qui vint de tirer sur sa femme, se réfugie dans un hôtel. La police et Logan le suivent.
Keller est maintenant retranché dans la salle des fêtes de l’hôtel où le décor n’est que lignes droites. La police tire, Keller est touché. Logan pénètre dans la salle et s’avance droit vers lui. Dans une succession de champs, contre-champs et travelling avant, Hitchcock souligne, à l’extrême, la droiture morale du père Logan
La loi du silence - I confess

De la courbe...

 
 
Le bien n’existe qu’au regard du mal. Il n’est, en dernière analyse, que l’une des faces de la réalité. De façon similaire, la droite se définit au regard de la courbe.
L’ombre de l’assassin -sorte de reproduction de celle de Nosferatu - n’est faites que d’arrondis et d’angles. Mais, au-delà de cette possible référence au comte Orlock, la courbe est présente tout au long de ce film.

Avant de devenir prêtre Logan avait une relation avec Ruth et c’est parce que Vilette a surpris les anciens amants, alors qu’ils se réfugiaient sous une tonnelle par une nuit d’orage, qu’il les fait chanter, menaçant de tout révéler au mari de Ruth. Pris dans les filets du passé et des sentiments, Ruth et Logan sont contraints à l’esquive et au mensonge. Autant d’éléments qui donnent corps à l’accusation… qui entache la rectitude morale du père Logan

Ainsi la courbe serait liée au meurtre et au mensonge… et au sexe fantasmé.
Ruth apparait en haut de l'escalier en colimaçon
Elle décrit une courbe pour rejoindre la première marche
Elle descend l'escalier à la rampe courbe...
Pour se jeter dans les bras de Logan... le tout dans un ralenti irréel
La loi du silence - I confess



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011







En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar-Film-Série
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
Certaines illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar