Le grand alibi

[Dario Argento] [Russ Meyer] [Claude Chabrol] [Serguei Eisenstein] [John Carpenter] [Quentin Tarantino] [Jean-luc Godard] [Robert Guediguian] [Mario Bava] [Francis Ford Coppola] [John Cassavetes] [Woody Allen] [Orson Welles] [Clint Eastwood] [Brian de Palma] [Agnès Jaoui] [Alfred Hitchcock]
[ Dracula] [ Divergent] [Jules Maigret] [Département V] [Sherlock Holmes] [Francis Coplan] [The Maze Runner] [ Stargate] [La Mutante] [Robert Langdon] [ Hercule] [Jurassic Park] [Star Trek] [Le Transporteur] [La Momie] [ Batman] [Harry Potter] [Dix Petits Negres] [Caroline Cherie] [ Rocambole] [ Matrix] [X Men] [ Ocean] [Xavier Rousseau] [48 heures - Le Flic de Beverly Hills] [Les Mystères de Paris] [The Hunger Games] [ Carrie] [James Bond] [Resident Evil] [Arme Fatale] [ Terminator] [John McClane] [Mission Impossible] [ Fantomas] [OSS 117] [Lemmy Caution] [Star Wars] [Indiana Jones] [ Alien] [ Millenium] [Jason Bourne] [ Underworld] [Arsène Lupin] [Mad Max] [Hannibal Lecter] [ Angelique] [La Planète des Singes] [Men in Black] [ Emmanuelle] [Joseph Rouletabille]
[Jacques Higelin] [Bruce Willis] [Marlène Jobert] [Noomi Rapace] [Sigourney Weaver] [Sean Connery] [Peta Wilson] [Harrison Ford] [Julia Roberts] [Meg Ryan]


Filmographie d'Alfred Hitchcock

Le Grand Alibi - Stage Fright

1950

Production: Alfred Hitchcock, Warner Bros, 1950, G. B.
Réalisation: Alfred Hitchcock.
Scénario: Whitfield Cook, d'après des histoires de Selwyn Jepson, « Man Running » et « Outrun the Counstable ».
Adaptation: Alma Reville.
Dialogues additionnels: James Bridie.
Directeur de la photographie: Wilkie Cooper.
Décors: Terence Verity
Musique: Leighton Lucas; dirigée par Louis Levy
Montage: Edward Jarvis,
Ingénieur du son: Harold King.
Studios: Elstree, G. B,
Distribution: Warner Bros, 1950, 110 minutes.
Interprétation: Marlène Dietrich (Charlotte Inwood), Jarre Wyman (Eve Gill), Michael Wilding (l'inspecteur Wilfred Smith), Richard Todd (Jonathan Cooper), Alastair Sim (commodore Gill), Dame Sybil Thorndike (Mrs. Gill) et Kay Walsh, Miles Malleson, André Morell, Patricia Hitchcock, Hector Mac Gregor, Joyce Grenfell.
fleche Soutenez RayonPolar en achetant
Le grand alibi

sur
Amazone

fleche
fleche






10551 lectures

Synopsis

Jonathan Cooper appelle à l’aide son amie d’enfance Eve Gill et, dans la voiture à bord de laquelle ils fuient la police, il lui raconte que la police le croit coupable du meurtre du mari de sa maîtresse, la chanteuse Charlotte Inwood.
La méprise résulte du fait qu’après avoir assassiné son époux Charlotte lui a demandé d’aller chez elle récupérer une robe, la sienne étant tachée de sang. Et c’est en ressortant que la police l’a pris en chasse
Eve accepte de cacher son ami chez ses parents et décide de s’introduire dans l’entourage de Charlotte afin de la démasquer.
Mais les apparences sont parfois trompeuses…
Voir toutes les apparitions d’Hitchcock

Du flash-back au réel...

Ce film s’ouvre sur un rideau de théâtre qui se lève et se termine sur un rideau de fer qui se referme en tuant le coupable. Entre, une jeune fille qui souhaite devenir comédienne, joue son premier rôle : celui de détective amateur. Ce qui ne va pas sans simulacres et déguisements.
Mais là n’est pas l’essentiel de ce « Grand Alibi ». Il est tout entier contenu dans l’utilisation que fait Hitchcock du flash-back -utilisation qui fut beaucoup reprochée au réalisateur.

Lorsque Eve aide à son ami de fuir la police, celui-ci lui raconte les événements qui ont accompagne le meurtre du mari de sa maîtresse. Pour ce faire le cinéaste a recourt au flash-back.
Le suspense à la Hitchcock se fonde sur le savoir : le spectateur en sait toujours plus que les protagonistes. Bien évidemment, ce savoir repose entièrement sur les images. Autant dire que les images ne peuvent qu’être la représentation véridique de la réalité.

Mais dans ce cas, le spectateur s’aperçoit, à la fin du film, que les images du flash-back étaient mensongères!
Hitchcock aurait-il enfreint une des lois qu’il s’était fixé lui-même? Aurait-il trompé le spectateur?
Que nenni! Le principe de véracité des images n’est valide que lorsqu’elles saisissent le réel dans toute sa complexité, c’est à dire de façon non subjective - ou parcellaire, ce qui est identique. (1)

Ici le flash-back n’est pas un retour à une réalité antérieure, il n’est que l’illustration cinématographique du récit de Jonathan Cooper, en d’autres termes de son mensonge, nœud de toute l’intrigue.
En fait, en filmant ce mensonge, Hitchcock le hisse au rang de vérité, il nous place dans la position d’Eva qui croit son ami car il ne peut mentir puisqu’il est son ami. Ainsi l’intrigue peut se dérouler jusqu’au dénouement, dans un long mouvement qui consiste à neutraliser l’objectif de la caméra subjective des premières images et à lui substituer la vérité.

(1) Ce subterfuge Hitchcock l’utilisera de nombreuses fois, ne serait-ce que pour rendre possible un film comme Psychose, où il ne nous montre de la mère de Norman Bates qu’une silhouette… Quant à Brian de Palma, il fondera tout son cinéma sur cette virtuosité.
Le grand alibi - Stage fright

Du sang.... sur la robe

 
 
Entre 1934 et 1954 Joseph Ignatius Breen dirigea la Production Code Administration chargé d’appliquer le Code Hays. Il pouvait couper n'importe quelle scène de n'importe quel film.
Hitchcock ne subit jamais c’est foudre de la PCA, comme ce fut le cas de Von Stroheim (1), Welles(2) ou Howard Hughes(3), mais il dut composer en permanence avec elle et revoir certaines scènes.
Reste quelques images surprenantes…
Le Grand Alibi  
Le Grand Alibi  
1 Pour Folies de femmes, il fut obligé de retirer des séquences trop excessives comme l'éclatement d'un bouton de pus en gros plan, ou encore celle où le comte, habillé en femme, batifole avec les deux princesses. La sanction fut plus lourde pour les Rapaces : le film ne sortit jamais sous le format souhaité par son auteur, et fut réduit de presque deux tiers. (Wikipédia)
2 Plus de quarante-trois minutes furent retirées de La Splendeur des Amberson
3 Les Banni (1943), fut la cible de la censure en raison de plans très révélateurs sur la poitrine de Jane Russell
Le grand alibi - Stage fright



Pour être informé des Mises à Jour, Abonnez-vous à l'Hebdo du RayonPolar
Indiquez votre Mail

Les réclames du RayonPolar
getfluence.com


Pour votre publicité, contactez le site

Pub sur RayonPolar

Sur les 32200 pages du Site
chiffres Google Le jeudi 3 Novembre 2011

1.89 euros au format Kindle
4.97 euros au format broché
sur








En accédant à ce site marchand par l'intermédiaire de ce lien vous soutenez financièrement le RayonPolar






Site dédié au Polar (roman policier)
Si vous entrez directement sur cette page,
Retrouvez ses nouvelles en ligne, ses critiques de polars, de films, de séries TV
Sa liste de revues et sa galerie de couvertures de polars anciens.
Visitez le Rayon Polar
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
- Benjamin Disraeli (1804-1881), homme politique britannique

















Pinterest
(C) Les textes n'engagent que leurs signataires
RayonPolar
La majorité des illustrations de ce site sont des reprises des couvertures de la collection Néo et sont signées de
Jean-Claude Claeys.

Reproduit ici avec son aimable autorisation
Pour visiter son Site
Pour acheter des originaux
Cliquez sur l'image
RayonPolar